Un consortium de l’enseignement supérieur vise à renforcer les partenariats binationaux

15 juillet 2021
u of wisconsin madison

Le Great Lakes Higher Education Consortium ne cesse de prendre de l’expansion depuis son lancement à l’automne 2020.

Tout a commencé sous l’impulsion de trois cofondateurs, soit le University of Illinois System (regroupement de trois universités), l’Université de Toronto et le Council of the Great Lakes Region. L’objectif était d’établir des partenariats transfrontaliers en vue de former la main-d’œuvre de demain tout en comblant le manque de talents constaté dans la région, au Canada et aux États-Unis.

« Le consortium fournira une plateforme unique aux établissements de l’éducation supérieure pour qu’ils puissent se connecter au-delà des frontières afin de s’attaquer à tout un éventail de questions socioéconomiques et environnementales d’importance régionale et de favoriser la mobilisation autour de l’équité, de la diversité et de l’inclusion » devait déclarer Jay Walsh, vice-président, Développement économique et Innovation au University of Illinois System et coprésident du comité exécutif du consortium.

Nous visons à faire de la mégarégion des Grands Lacs un lieu d’apprentissage et de travail, un lieu propice au démarrage des entreprises et à l’innovation grâce aux atouts de la région. »

En outre, le consortium cherche à positionner la région en tant que carrefour mondial de la recherche et de l’innovation en appliquant des approches inclusives, et en soutenant l’entrepreneuriat d’une manière qui permette aux partenaires commerciaux d’établir des liens avec les incubateurs et les accélérateurs afin de favoriser l’essor des entreprises.

great lakes higher education consortium logo

Cette année, l’Université du Michigan, l’Université du Wisconsin, l’Université McGill et l’Université Queens se sont jointes au consortium dans le but de créer un réseau d’experts en enseignement et en recherche de calibre mondial qui aidera à faire progresser la région.

Dans l’immédiat, le consortium va élaborer un plan stratégique fondé sur les principales tendances mondiales et sur les collaborations de recherche déjà en place, recherches qui tiennent compte des atouts de la mégarégion sur le plan de l’innovation, ainsi que des programmes d’entrepreneuriat et de perfectionnement de la main-d’œuvre.

Les membres du consortium chercheront à répondre à des questions fondamentales comme l’évolution de la mobilité dans l’avenir, la protection de notre approvisionnement en eau et l’adaptation des stratégies de production agricole face aux changements climatiques. Ces programmes pourraient comprendre des partenariats avec des entités gouvernementales, la formation de travailleurs à de nouvelles carrières pour l’économie de demain ou l’aide au lancement de nouvelles entreprises.

« Ensemble, nous sommes en train d’ouvrir une nouvelle ère de partenariats transfrontaliers dans le domaine de l’enseignement supérieur pour que cette région devienne un chef de file en matière de science, d’innovations et de création d’entreprises, autant d’éléments grâce auxquels la région des Grands Lacs sera concurrentielle et réussira sur le marché nord-américain et mondial qui est en plein évolution » estime Mark Fisher, président et chef de la direction du Council of the Great Lakes Region qui a des bureaux en Ontario et en Ohio.

Le consortium, bénéficiaire de fonds de la United States Mission au Canada, lancera un appel de propositions plus tard cette année au sujet des risques hérités et émergents liés à la qualité et à l’utilisation de l’eau dans le bassin versant des Grands Lacs et dans l’ensemble de la région.

Le futur projet sera axé sur des projets binationaux au Canada et aux États-Unis qui favorisent la recherche collaborative et la formation de talents, la création d’approches ou de technologies novatrices pour protéger et conserver l’eau, et la transformation de solutions novatrices en matière d’eau.

Pour en savoir plus sur le consortium, communiquez avec Mark Fisher à l’adresse mark@councilgreatlakesregion.org.