Une peau virtuelle (technologie e-skin) pourrait contribuer à la lutte contre la lamproie marine