Un nouveau comité appliquera la gestion adaptative à la surveillance des niveaux d’eau

24 février 2015

Est-il possible d’affermir les efforts de la CMI visant à régulariser les niveaux et débits d’eau, à mesure que les connaissances et les sciences progressent? Le nouveau Comité de gestion adaptative des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent (Comité GAGL) réalisera la surveillance, la modélisation et l’évaluation nécessaires pour répondre à cette question, tandis que les conditions du bassin évoluent avec le temps.

Les niveaux d’eau des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent fluctuent de plusieurs pieds au fil des ans, sous l’effet des tendances à long terme de la pluie, de la neige et de l’évaporation. Ces fluctuations modifient les charges que les navires peuvent transporter, les lieux où les bateaux de plaisance peuvent se mettre à quai, la gravité des dommages qu’infligent les tempêtes aux rives et la santé de l’habitat des poissons et autres espèces sauvages.

La CMI a approuvé des plans s’appliquant aux barrages qui régularisent les débits des lacs Supérieur et Ontario. De plus, la CMI a établi des critères pour régulariser le niveau dans une partie du cours supérieur de la rivière Niagara.

Les critères et les plans de régularisation sont mis en œuvre par les conseils internationaux de contrôle du lac Supérieur, du fleuve Saint-Laurent et de la rivière Niagara, créés par la CMI. Même si les niveaux d’eau sont d’abord déterminés par des facteurs naturels, la régularisation aide à en modérer les extrêmes, et elle procure d’autres avantages.

Le Paul R. Tregurtha entrant dans les écluses de Sault Ste. Marie. Photo : U.S. Army Corps of Engineers.
Le Paul R. Tregurtha entrant dans les écluses de Sault Ste. Marie. Photo : U.S. Army Corps of Engineers.

Ces dernières années, la CMI a mené d’importantes études en vue de revoir ses plans de régularisation, qui n’avaient pas été actualisés depuis des dizaines d’années. L’Étude internationale sur le lac Ontario et le fleuve Saint-Laurent (2000-2006) a porté sur la régularisation des niveaux et débits de l’hydrosystème. L’Étude internationale des Grands Lacs d’amont [site en anglais] (2007-2012) a fait le point sur les conditions dans les Grands Lacs d’amont et sur le plan de régularisation du débit du lac Supérieur.

Les vagues du lac Michigan déferlent. Photo : Tom Gill.
Les vagues du lac Michigan déferlent. Photo : Tom Gill.

Ces études ont réuni des données et produit des modèles et des indicateurs de performance qui aident à déterminer comment la régularisation des niveaux et des débits influe sur les intérêts socioéconomiques et sur l’environnement. Le Comité GAGL maintiendra les connaissances acquises et les mettra à jour afin de fournir aux conseils internationaux de contrôle des informations qui leur permettront d’évaluer la régularisation en permanence, sans avoir à lancer d’autres études d’envergure.

Le Comité GAGL est le résultat des travaux de l’Équipe de travail internationale sur les Grands Lacs et le fleuve Saint-Laurent, à qui la CMI avait confié la tâche d’étudier comment appliquer la gestion adaptative aux eaux des lacs et du fleuve et de guider ses conseils qui assurent la régularisation.

La gestion adaptative est une démarche structurée et itérative destinée à améliorer continuellement la gestion à la lumière des leçons tirées des politiques et des pratiques antérieures. Autrement dit, la gestion adaptative consiste à appliquer les connaissances acquises de l’expérience.

Le Comité GAGL relève des conseils internationaux de contrôle du lac Supérieur, du fleuve Saint-Laurent et de la rivière Niagara. Les informations qu’il fournira aux conseils, au fil de l’acquisition des connaissances et de l’évolution des conditions du bassin, aideront ceux-ci à déterminer s’il convient de recommander des améliorations à apporter aux plans de régularisation. Dans l’affirmative, la CMI devra approuver les nouveaux critères et plans de régularisation, après avoir consulté le public et les gouvernements du Canada et des États-Unis.

Voilà une des façons dont la CMI appliquera la gestion adaptative aux Grands Lacs et au fleuve Saint-Laurent.

Un quai de l’île Birch au Michigan. Photo : Ray Dumas.
Un quai de l’île Birch au Michigan. Photo : Ray Dumas.