Un groupe de travail élabore un plan d’attaque contre les algues à l’intention des États et de la province du bassin du lac Érié

26 mars 2015

Un nouveau comité international de la Commission des Grands Lacs se met à la recherche de solutions au problème des fleurs d’eau, ces efflorescences d’algues nuisibles, dans le lac Érié.

Le Groupe de travail chargé des cibles de réduction des nutriments dans le lac Érié (Lake Erie Nutrient Targets [LENT] Working Group) réunit des représentants de la province de l’Ontario et des États américains de l’Indiana, du Michigan, de New York, de l’Ohio et de la Pennsylvanie qui partagent avec les deux gouvernements fédéraux les responsabilités à l’égard des programmes de conservation agricole, de maîtrise des pollutions diffuses en milieu rural et de qualité de l’eau.

Le Groupe de travail a pour mission de déterminer les programmes, politiques et pratiques susceptibles d’être rehaussés, modifiés ou augmentés pour améliorer la qualité de l’eau du lac Érié. Il devrait produire plus tard cette année un plan d’action commun ou un ensemble de recommandations à l’intention des cinq États et de la province.

Le Groupe de travail est né d’une résolution prise par la Commission des Grands Lacs [site en anglais] à son assemblée annuelle de septembre 2014, à Buffalo, dans l’État de New York.

 Les fleurs d’eau souillent le lac Érié depuis des années. Photo : NOAA.
Les fleurs d’eau souillent le lac Érié depuis des années. Photo : NOAA.

La résolution concernant la pollution de l’eau du lac Érié reconnaît les défis que présentent les fleurs d’eau et les toxines, dont les microcystines, qui ont pollué l’eau des habitants de Toledo en août 2014.

La responsabilité première de mettre en œuvre des programmes d’assainissement de l’eau qui s’attaquent aux sources multiples de phosphore incombe aux États et aux provinces. Ces instances sont aussi les mieux placées pour trouver des solutions afin de réduire les apports de nutriments qui contribuent à la prolifération d’algues nuisibles et à d’autres problèmes écologiques dans le lac Érié.

Les efforts qu’entreprend le Groupe de travail servent les objectifs énoncés dans la Clean Water Act des États-Unis et dans l’Accord relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs (AQEGL) entre le Canada et les États-Unis.

La CMI a soumis des recommandations apparentées aux gouvernements des États-Unis et du Canada dans le rapport sur la priorité de l’écosystème du lac Érié (PELE), publié en février 2014.

Le Groupe de travail s’associe à un sous-comité créé pour mettre en œuvre l’annexe 4 de l’AQEGL. Celui-ci définit les objectifs de gestion des éléments nutritifs dans le lac Érié à fixer pour 2016.

Au cours de la première moitié de 2015, le Groupe de travail et le sous-comité de l’annexe 4 documenteront les politiques et programmes fédéraux, provinciaux et étatiques de gestion de la qualité de l’eau déjà en place qui peuvent aider à atteindre les cibles de réduction des apports au lac Érié. Ils vont aussi déterminer les améliorations à apporter aux pouvoirs et aux programmes qui satisferont toutes les autorités ayant compétence sur le lac Érié.

De plus, le Groupe de travail examinera les principaux documents d’orientation, consultera les décideurs régionaux et s’entretiendra avec des dirigeants nationaux, régionaux et étatiques afin de cerner des politiques, pratiques et programmes novateurs qui promettent d’améliorer la qualité de l’eau du lac.

Ces activités déboucheront sur l’établissement d’un plan d’action commun qui prévoira des mesures précises destinées à rendre plus efficaces et plus durables les politiques et les programmes en vigueur. Le plan pourra aussi envisager de nouvelles approches en vue d’atteindre les cibles de réduction du phosphore dans le lac Érié et de réaliser les autres objectifs de qualité de l’eau.

Le Groupe de travail doit présenter d’ici juin un rapport provisoire aux gouverneurs des États et aux premiers ministres des provinces des Grands Lacs. Son rapport final est attendu pour septembre.

On espère que l’Ontario et les États du bassin du lac Érié accepteront le plan d’action commun et que celui-ci aidera à orienter les approches réglementaires et autres pour améliorer la qualité de l’eau et protéger les sources d’eau potable du lac Érié et des autres Grands Lacs.