Suivi des espèces envahissantes

17 juin 2013

Les espèces aquatiques envahissantes sont considérées comme la deuxième menace en importance pour la biodiversité indigène, derrière la disparition des habitats.

La 18e Conférence internationale sur les espèces aquatiques envahissantes, tenue récemment à Niagara Falls, en Ontario, a fourni l’occasion d’examiner cette menace en détail. Les scientifiques de la CMI ont présidé deux séances sur l’évaluation des risques que présentent les espèces aquatiques envahissantes (EAE) et ont participé aux travaux du comité du programme technique de la Conférence.

Aux séances de la CMI, 10 spécialistes d’un peu partout dans le monde ont fait le point sur l’état des connaissances pour prévoir les impacts et les déplacements des espèces envahissantes.

Un grand enjeu est de réduire l’incertitude entourant ces impacts et déplacements. Les façons de l’aborder sont multiples, depuis les modèles jusqu’aux efforts de surveillance et de suivi.

Les scientifiques de la CMI ont aussi participé à des séances de la Conférence portant sur la gestion des voies de transport des EAE, sur le repérage des nouveaux envahisseurs et sur les mesures de lutte.

La CMI appliquera les renseignements obtenus de la Conférence pour aider à orienter les activités concernant les Grands Lacs, y compris celles du Groupe de collaboration des Grands Lacs sur l’eau de ballast.

En 2009, la CMI et la Saint Lawrence Seaway Development Corporation des États-Unis ont créé ce groupe, afin de réunir les entreprises, les autorités des États et les autorités fédérales pour faire face au problème des espèces envahissantes introduites par les eaux de ballast dans la région. Jusqu’ici, plus de 180 espèces non indigènes ont été observées dans les Grands Lacs (dont la lamproie et la moule zébrée), parmi lesquelles les carpes asiatiques constituent une menace persistante. Cela dit, le Seizième Rapport biennal sur la qualité de l’eau dans les Grands Lacs que la CMI a récemment fait paraître indique qu’aucun nouvel envahisseur n’a été introduit par les eaux de ballast depuis 2006.

Les débats de la Conférence au sujet de la détection précoce et de l’intervention rapide des EAE s’accordent avec le projet de la CMI de produire un plan pilote binational d’intervention pour les Grands Lacs. La CMI a reçu un financement de la Great Lakes Restoration Initiative pour établir ce plan pilote binational et un certain nombre de rapports connexes.

A flying silver carp, one of the invasive Asian carp species. Credit: Great Lakes Fishery Commission. Une carpe argentée, qui fait partie des espèces de carpes asiatiques envahissantes. Photo : Commission des pêcheries des Grands Lacs.

L’Accord sur la qualité de l'eau dans les Grands Lacs entre le Canada et les États-Unis, mis à jour en 2012, comprend de nouvelles dispositions pour faire face aux espèces aquatiques envahissantes.

En fin de compte, les efforts déployés aideront les gestionnaires des ressources à comprendre les risques que présentent de multiples espèces, les stratégies de lutte valables et les meilleures façons de mettre en œuvre les moyens pour une prévention et une intervention efficaces. 

Cette année, le Centre de recherche sur les espèces envahissantes en Ontario a été l’hôte de la Conférence.

Celle-ci a été parrainée par la CMI, ainsi que par des partenaires fédéraux, provinciaux et non gouvernementaux et par le secteur privé. Elle a accueilli plus de 300 participants représentant 26 pays. Nombre des spécialistes présents ont participé aux travaux des groupes de travail consultatifs de la CMI.