Le contenu de ce site a été archivé et le site n'est plus mis à jour.

Faire entendre la voix des Autochtones dans l’étude de la rivière Souris

Les 6 et 7 novembre 2019, le Jardin international de la paix a été un endroit accueillant pour tenir l’atelier de mobilisation des Autochtones du Groupe d’étude international de la rivière Souris. Organisé par des membres du Groupe d’étude de la Commission mixte internationale (CMI), l’atelier a été une réponse au désir exprimé par des Premières Nations, des Métis et des tribus de se rencontrer pour discuter de l’étude ainsi que de domaines d’intérêt et de préoccupations. Les commissaires Yohe et Phare ont également participé à l’activité.

 

Au cours des deux journées, des représentants des Premières Nations et de la nation des Métis de la Saskatchewan et du Manitoba de même que des représentants de tribus du Dakota du Nord et du Dakota du Sud ont été informés du rôle de la CMI et des objectifs de l’étude et, en particulier, sur la manière dont ils peuvent poursuivre leur participation. De nombreux thèmes communs sont ressortis, notamment le rôle primordial que l’eau a joué, et continue de jouer, dans la vie et le bien-être de tous les peuples du bassin de la rivière Souris. On a également manifesté un vif intérêt à protéger la quantité et la qualité des ressources hydriques pour les générations à venir, tout en déterminant et en préservant les zones d’importance particulière.

Dans l’ensemble, l’atelier a renforcé l’importance d’une participation continue des Autochtones aux travaux de la CMI dans le bassin de la rivière Souris ainsi qu’une vision commune que nous sommes tous les gardiens de cette ressource précieuse. On a manifesté un intérêt à former un groupe consultatif des peuples autochtones pour l’étude, qui ferait ensuite partie du Conseil international permanent de la rivière Souris à la fin de l’étude. La CMI présentera cette proposition aux membres du Conseil, à l’équipe d’étude ainsi qu’aux tribus et aux nations participantes afin d’en discuter.