Revue de la CMI à la recherche d’une perspective mondiale sur la résolution des problèmes de qualité de l’eau

14 février 2019
cyanobacteria bloom in Missisquoi Bay

La Commission mixte internationale (CMI) regarde au-delà des frontières de l’Amérique du Nord pour trouver des solutions potentielles aux problèmes d’excès d’éléments nutritifs dans les bassins partagés par le Canada et les États-Unis.

Une revue de la littérature mondiale des cadres et des approches utilisés par d’autres gouvernements permettra de donner suite à une demande faite en octobre 2017 par les gouvernements du Canada et des États-Unis de formuler des recommandations sur les problèmes persistants de charge en éléments nutritifs et de proliférations d’algues nuisibles (PAN) dans le lac Champlain et le bassin de la rivière Richelieu, ce qui comprend la baie Missisquoi et le lac Memphrémagog.

« Nous savons que l’enrichissement en éléments nutritifs est un enjeu mondial », affirme Pierre-Yves Caux, directeur des sciences et du génie à la Section canadienne de la CMI.

« Notre intention est de nous appuyer sur les connaissances que nous pouvons acquérir grâce aux ressources locales, tout en cherchant à mieux comprendre comment les PAN affectent d’autres territoires, et ce que les organes directeurs ailleurs dans le monde font pour gérer le problème. »

cyanobacteria bloom in Missisquoi Bay
Floraison de cyanobactéries dans la baie Missisquoi, août 2018. Source : Organisme du bassin versant de la baie Missisquoi

La CMI s’est associée aux organismes locaux du bassin hydrographique, aux administrations locales et à la communauté scientifique et universitaire dans le cadre de cette revue.

« En combinant les connaissances et l’expertise provenant de diverses sources locales et internationales, nous sommes en mesure de présenter un ensemble de recommandations plus solides sur la façon de renforcer les programmes et les mesures actuels », indique Michael Laitta, conseiller en sciences physiques à la Section américaine de la CMI.

Les impacts des éléments nutritifs comme le phosphore et l’azote dans les eaux transfrontalières constituent un enjeu complexe et une préoccupation de longue date pour les gens qui vivent, travaillent et jouent le long des lacs Champlain et Memphrémagog. L’objectif de l’étude de deux ans est de faire le point sur ce qui est fait par divers organismes dans les bassins, d’engager les intervenants dans un dialogue de collaboration et de recommander des approches et des solutions préventives pour aider à améliorer la santé des eaux communes du bassin.

Ce printemps, une série d’ateliers techniques réunira des experts scientifiques et politiques afin d’examiner les résultats de la revue de la littérature mondiale et de réfléchir à des approches viables pour ces questions dans un contexte local. Une fois que les rapports préliminaires des ateliers auront été rédigés, ils seront rendus publics pour commentaires avant d’être soumis aux gouvernements.

La CMI a récemment présenté son rapport d’étape aux gouvernements fédéraux; les recommandations finales sont attendues cet automne.

Pour suivre ce projet et apprendre comment partager vos points de vue, abonnez-vous aux mises à jour sur la page Web de l’étude à https://www.ijc.org/fr/lclm.