Retour sur les cent premières années de la CMI

18 novembre 2019
first century book

Dans « The First Century of the International Joint Commission » qui paraîtra bientôt, les auteurs cherchent à faire la part entre mythes et réalités en retraçant l’histoire de la CMI, de sa création à nos jours.

La Commission mixte internationale, créée en vertu du Traité des eaux limitrophes de 1909, est l’un des plus anciens organismes internationaux à vocation environnementale au monde. Pionnier de la gouvernance des eaux transfrontalières, il fait partie intégrante de l’histoire des relations modernes entre le Canada et les États-Unis, et de la vie des nombreux plans et cours d’eau que partagent ces deux pays.

Bien que la CMI soit souvent considérée comme un véritable symbole de la nature particulière de cette relation, l’histoire de la Commission n’a, jusqu’ici, que très peu retenu l’attention des chercheurs.

L’ouvrage, édité par Murray Clamen et Daniel Macfarlane, met en vedette un impressionnant groupe interdisciplinaire de chercheurs qui se penchent sur les différentes facettes environnementales dans les régions frontalières d’est en ouest, sous la forme de contributions axées sur la qualité et la quantité de l’eau ainsi que sur la qualité de l’air et sur les questions autochtones.

ijc water bodies
Plans et cours d’eau dont il est question dans « The First Century of the International Joint Commission ». Crédit photo : Jason Glatz

L’ouvrage est préfacé par la présidente sortante de la section américaine, Lana Pollack, et par le président sortant de la section canadienne, Gordon Walker, tandis que d’anciens commissaires américains, Rich Moy et Allan Olson, ont contribué à certains chapitres.

Ce recueil révisé répond à des questions telles que : Dans quelle mesure la CMI a-t-elle abouti dans ses entreprises? Quelle est l’importance de la Commission dans les relations canado-américaines? Pourquoi l’histoire de la Commission n’a, jusqu’ici, que très peu retenu l’attention des chercheurs? En quoi les expériences de la CMI peuvent-elles éclairer les politiques actuelles et futures, alors que les gouvernements sont aux prises avec des problèmes complexes de quantité et de qualité de l’eau, ainsi que de changements climatiques?

Comme le déclarent les deux auteurs dans la conclusion du livre, « C’est probablement dans son pragmatisme et dans sa position sur le plan géographique, ainsi que dans sa structure institutionnelle et dans sa culture que se trouve la meilleure explication du succès de la CMI. C’est en grande partie parce que le Canada et les États-Unis se partagent des eaux sur lesquelles aucun des deux pays n’a la mainmise en amont comme en aval, que la Commission a obtenu de bons résultats. »

Ce recueil de contributions d’un impressionnant groupe de chercheurs interdisciplinaires (et internationaux) obéit à la volonté des auteurs de s’appuyer sur des travaux en histoire, en droit, en environnement, en relations internationales, en sciences politiques, en écologie politique et en géographie, et, en retour, de contribuer à ces domaines.

nixon trudeau
Richard Nixon et Pierre Trudeau signent l’Accord relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs. Source : Bibliothèque et Archives Canada

The First Century of the International Joint Commission intéressera à la fois les universitaires et le grand public, ainsi que les décideurs politiques et les gouvernements contemporains qui sont aux prises avec des problèmes de durabilité, de changements climatiques, de pollution et de résilience le long de la frontière internationale.

L’ouvrage, publié par la University of Calgary Press, devrait être publié le 15 janvier 2020. L’éditeur indique qu’une version en libre accès gratuit sera disponible en ligne une à deux semaines plus tard.