Projet binational en cours en vue d’élaborer des indicateurs de la durabilité des Grands Lacs

Picture of Raj Bejankiwar
Raj Bejankiwar
IJC
15 octobre 2019

Les mesures de gestion et d’élaboration de politiques relatives aux Grands Lacs reposent sur des données provenant d’indicateurs scientifiques. À l’heure actuelle, les indicateurs permettent principalement de surveiller la santé physique, chimique et biologique des lacs et ils éclairent les mesures nécessaires pour maintenir un écosystème sain. D’autres indicateurs sociaux et économiques sont en cours d’élaboration dans le cadre d’un projet financé par l’Erb Family Foundation.

Les indicateurs existants sont le résultat d’efforts régionaux et binationaux, y compris les Conférences sur l’état de l’écosystème des lacs (SOLEC), les efforts déployés par la CMI et l’initiative Blue Accounting pour les Grands Lacs. Au fil des ans, de nombreux habitants de la région ont reconnu la nécessité de disposer d’indicateurs supplémentaires pour suivre les nombreuses façons dont la société tire profit des Grands Lacs. Cependant, après avoir renouvelé l’Accord relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs en 2012, les gouvernements du Canada et des États-Unis mettent l’accent sur l’amélioration des indicateurs physiques, chimiques et biologiques par rapport aux mesures sociétales connexes.

Lors de la tenue d’événements publics en 2015 pour élaborer son rapport triennal sur les progrès réalisés en vertu de l’Accord relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs, la CMI a reçu des questions sur l’accès à de l’eau potable propre et salubre et sur les arrêts d’approvisionnement en eau. Sans données provenant d’indicateurs sur ces sujets, la CMI n’était pas en mesure de répondre à ces questions. La CMI et l’Erb Family Foundation ont ainsi entamé un dialogue sur le besoin continu d’indicateurs sociétaux pour surveiller la façon dont la région profite d’un écosystème sain des Grands Lacs, déterminer les inégalités d’accès à ces avantages et mettre en évidence les menaces émergentes potentielles à la durabilité des Grands Lacs. En réponse, la fondation a accordé une subvention de planification d’un an à l’Université du Michigan pour déterminer les indicateurs de durabilité liés à la santé des Grands Lacs et élaborer un plan de mise en œuvre.

Le projet d’indicateur de la durabilité des Grands Lacs vise trois objectifs, à savoir déterminer de cinq à sept indicateurs de la durabilité, choisir un indicateur à mettre à l’essai et élaborer un plan de mise en œuvre.

Ces indicateurs sociétaux compléteront les indicateurs physiques, chimiques et biologiques actuellement utilisés pour brosser un tableau plus complet de la durabilité des Grands Lacs. L’équipe du projet comprend du personnel et des professeurs de quatre entités, à savoir le Water Center, l’Institute for Social Research, la School of Social Work et le Département d’économie de l’Université du Michigan. L’équipe du projet est guidée par un comité directeur composé de représentants de la CMI, de la Commission des Grands Lacs et de la Commission des pêcheries des Grands Lacs.

L’équipe s’appuie sur des travaux antérieurs, y compris les indicateurs sociétaux dont il a été question à la réunion de 2011 des SOLEC, les travaux d’autres régions et la documentation sur les services écosystémiques. Elle se fonde également sur les observations d’experts, y compris des entrevues et des sondages auprès de personnes qui travaillent à la politique et à la gestion des Grands Lacs, pour documenter la façon dont la société tire profit des Grands Lacs et trouver des idées sur la façon de mesurer ces avantages.

kayaker - great lakes connection
Un kayakiste sur le lac Sainte-Claire. Photo : Michigan Sea Grant

Des ateliers tenus en juillet à Ann Arbor, au Michigan, et en août à Mississauga, en Ontario, ont réuni près de 45 participants d’organismes gouvernementaux, d’organismes sans but lucratif et de défense des intérêts et d’établissements d’enseignement pour confirmer les avantages, déterminer des indicateurs pour les mesurer, permettre à l’équipe de mieux comprendre comment les indicateurs pourraient être utilisés et l’aider à déterminer quels indicateurs choisir.

Parmi les avantages les plus intéressants pour les Grands Lacs, mentionnons l’approvisionnement en eau potable, l’offre de possibilités récréatives, le soutien de la santé publique et l’établissement de bases de la culture et de l’identité. Les utilisations les plus fréquemment mentionnées pour ces indicateurs concernaient le travail consistant à défendre les politiques, informer et éduquer le public sur l’eau, cibler les investissements et démontrer leur valeur.

Après avoir peaufiné les indicateurs, l’équipe choisira un ensemble d’indicateurs et, à partir de là, un ou deux indicateurs de durabilité à mettre à l’essai. Au cours de l’automne, l’équipe tirera les leçons du processus pilote et élaborera un plan de mise en œuvre qui sera rendu public en 2020. Le plan de mise en œuvre pourrait notamment prévoir la surveillance de la proportion de résidents des Grands Lacs qui ont accès à de l’eau potable abordable et salubre ou la production de rapports sur les tendances observées au fil du temps dans les médias sociaux (p. ex., sur Twitter ou Instagram) qui mentionnent ou montrent sous un jour positif des gens qui utilisent les Grands Lacs à des fins récréatives.

Picture of Raj Bejankiwar
Raj Bejankiwar
IJC

Rajesh Bejankiwar is a physical sciences officer at the IJC’s Great Lakes Regional Office in Windsor, Ontario.