Prendre conscience de la différence que font nos mesures et nos investissements dans les Grands Lacs

07 décembre 2018
children enjoying water shutterstock

Deux pays, huit États, deux provinces et des centaines de comtés, d’organisations non gouvernementales et d’entreprises privées prennent des décisions qui touchent les Grands Lacs. Ces organisations génèrent une masse écrasante de données qui nous disent tout, de la quantité de phosphore dans l’eau jusqu’au nombre de tonnes de marchandises ayant été transportées par les lacs. Le défi a consisté à comprendre ce que toutes ces données nous disent au sujet de la santé de nos ressources en eau et de s’en servir pour adopter des mesures efficaces et concertées. Nous devons trouver des moyens de travailler ensemble aux enjeux qui transcendent les frontières internationales, étatiques et organisationnelles. Blue Accounting s’attaque à ce défi.

Blue Accounting réunit les gens et l’information, ce qui aide la collectivité des Grands Lacs à suivre les progrès accomplis en vue de l’atteinte d’objectifs communs. Le projet, codirigé par la Commission des Grands Lacs et The Nature Conservancy, traduit les données existantes en information pertinente afin que les décideurs et les membres de leur personnel puissent consulter le site blueaccounting.org pour comprendre l’impact des investissements et des mesures sur la région.

children enjoying water shutterstock
Des enfants s’amusent dans l’eau. Photo : Shutterstock

Blue Accounting tire ses origines d’un rapport présenté en 2014 au Conseil des gouverneurs des Grands Lacs (aujourd’hui les gouverneurs et premiers ministres des provinces des Grands Lacs et du Saint‑Laurent) qui établissait le cadre d’une approche globale de l’utilisation des données de surveillance de l’eau pour éclairer les décisions. L’initiative a officiellement démarré en 2016, grâce à un investissement fondateur de 4 millions de dollars de la Charles Steward Mott Foundation.

Blue Accounting met à l’essai cette approche autour de cinq enjeux clés, soit les espèces aquatiques envahissantes, les milieux humides côtiers, le transport maritime, la pollution par le phosphore dans le lac Érié et les sources d’eau. L’objectif visé est un système de diffusion de l’information alimenté par les intervenants où les dirigeants des organismes, les gestionnaires, les décideurs et le public peuvent voir les progrès réalisés dans chacun de ces dossiers et trouver un soutien pour la prise de décisions éclairées et concertées.

Protection des sources d’eau

Le cadre qui sous-tend Blue Accounting est simple, mais la collaboration en soi est complexe. Prenons la question de la protection des sources d’eau dans le bassin drainant. Premièrement, nous avons mis sur pied un groupe binational équilibré de professionnels de l’eau. Ce groupe comprend des représentants d’organismes étatiques et fédéraux, d’autorités municipales de gestion de l’eau, de municipalités, d’universités, d’intérêts commerciaux et d’organismes sans but lucratif à vocation environnementale. Dans le cadre de nos cinq projets pilotes, chacun ayant son propre groupe de collaboration, nous comptons plus de 75 organisations municipales, étatiques, provinciales, fédérales, non gouvernementales et du secteur privé.

Ensuite, le groupe a déterminé cinq objectifs communs pour ce qu’il veut faire, et des mesures communes pour mesurer les progrès réalisés dans l’amélioration de la protection des sources d’eau. Ce processus permet de traduire de nombreux intérêts différents en un langage commun pour la réussite.

blue accounting
Photo : Michael D-L Jordan/dlp

L’un des objectifs veut que tous les systèmes publics d’approvisionnement en eau soient guidés par des stratégies de gestion à jour conçues pour protéger l’eau de source, et ils mesurent les progrès réalisés en vue de cet objectif en faisant le suivi du nombre de personnes protégées par un plan de protection et une évaluation de l’eau de source.  Une visualisation des données sur la page des résultats du projet pilote représente le premier effort déployé pour normaliser les conventions d’appellation entre les approches de protection des sources d’eau des secteurs de compétence, fournissant un aperçu structuré de la provenance de l’eau de source et de la façon dont les risques sont évalués, et précisant si des plans sont en place pour gérer ces risques.

Avec des objectifs et des paramètres communs en main, le groupe de collaboration a cerné des stratégies et des investissements visant à améliorer la qualité de l’eau de source et à fournir un contexte pour expliquer comment et pourquoi nous réalisons ou non des progrès.

Vous pouvez filtrer les stratégies et les investissements par administration et objectif pour comprendre la diversité des approches adoptées dans l’ensemble du bassin, comme la façon dont le Minnesota a élaboré un programme de protection des têtes de puits et allouera 617 000 $ au cours de l’exercice 2018 aux systèmes publics locaux d’approvisionnement en eau qui mettent en œuvre des programmes comme celui-ci.

Comme la protection efficace de l’eau de source dépend des engagements et des investissements municipaux, nous présentons également les stratégies des collectivités locales qui ont volontairement mis en œuvre des efforts de planification novateurs. Par exemple, vous pouvez en apprendre davantage sur la façon dont l’alliance Fox-Wolf Watershed du Wisconsin met au point un outil SIG pour suivre les pratiques de conservation agricole nécessaires, ainsi que les pratiques actuelles, pour aider à cibler les futures propositions de subventions.

Blue Accounting synthétise les données et l’information, les encadre et livre cette information pour raconter l’historique global de la protection des sources d’eau dans le bassin drainant.

Vous pouvez prendre connaissance ici de cette historique de l’eau de source, depuis un aperçu de haut niveau jusqu’aux stratégies, aux investissements et aux résultats. Nous continuerons d’améliorer et d’élargir cet historique et d’autres en nous fondant sur les commentaires des intervenants et sur de nouvelles données.