Possibilités de collaboration pour restaurer, améliorer et protéger les terres humides côtières des Grands Lacs

06 mars 2019
coastal wetlands

Les terres humides procurent des avantages vitaux aux lacs et aux autres cours d’eau. Ils servent d’habitat à une grande diversité de plantes, d’insectes, de reptiles, d’animaux et d’espèces aquatiques, réduisent l’érosion, piègent et filtrent les sédiments et les polluants, et absorbent les nutriments qui autrement se retrouveraient directement dans les lacs, les rivières et les ruisseaux. Un récent webinaire a exploré les défis et les possibilités que présente la réalisation d’un « gain net d’habitat » pour les terres humides côtières des Grands Lacs.  

Les terres humides du bassin des Grands Lacs améliorent la qualité de l’eau à divers titres (p. ex. piégeage des nutriments et des sédiments, rétention des eaux, régulation de la température de l’eau) et offrent de nombreux avantages sociaux, culturels et économiques à la société. Pourtant, ils continuent de faire face à des menaces et à des facteurs de stress, et une quantité importante de zones humides ont été dégradées ou perdues dans l’ensemble de la région.

coastal wetlands
Les terres humides côtières fournissent un habitat essentiel et jouent un rôle clé dans la santé des Grands Lacs.

 

Les gouvernements du Canada et des États-Unis ont reconnu l’importance des terres humides des Grands Lacs en vertu de l’Annexe sur les habitats et les espèces de l’Accord relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs, dont le premier objectif est « d’établir un objectif de gain net d’habitat pour l’écosystème du bassin des Grands Lacs ».

Le groupe de travail sur les nouveaux enjeux du Conseil de la qualité de l’eau des Grands Lacs a coanimé un webinaire avec l’Assemblée côtière des Grands Lacs et le Michigan Office of the Great Lakes le 19 décembre 2018 afin de discuter des défis et des possibilités que présente la réalisation d’un « gain net d’habitat » pour les terres humides côtières des Grands Lacs.

L’objectif était de fournir aux experts en terres humides, aux scientifiques, aux décideurs et aux gestionnaires de ressources des organismes l’occasion de partager de l’information et de discuter de ce qui devrait être considéré pour réaliser un gain net d’habitat dans les terres humides côtières des Grands Lacs.

Les présentations ont porté sur l’état des terres humides côtières et la nécessité de les évaluer, la façon de faire progresser les pratiques qui les améliorent et les élargissent, les efforts pilotes pour établir les cibles écologiques et en faire le suivi, ainsi que les diverses lois, règlements et pratiques qui peuvent influer sur un gain net d’habitat dans les terres humides côtières.

Parmi les organismes et organisations qui ont fait des présentations au cours du webinaire ont compte le Michigan Office of the Great Lakes, Environnement et Changement climatique Canada, l’Université de l’État de l’Oregon, le Département de la qualité de l’environnement du Michigan, Conservation de la nature Canada, l’Ontario Federation of Anglers and Hunters, la Michigan Technological University, le Service des pêches et de la faune des États-Unis et la Great Lakes Coastal Assembly.

Les participants au webinaire ont contribué à la conversation au moyen de questions en ligne et en temps réel, d’un sondage en direct et d’un sondage à la sortie. Plus de 400 personnes y ont participé. Un enregistrement du webinaire est disponible sur la page Web du Conseil (inscription obligatoire).

Plus de 90 p. 100 des participants au webinaire qui ont participé à un sondage à la sortie ont déclaré que le webinaire leur avait permis de mieux comprendre les défis et les possibilités que présente  la réalisation d’un gain net d’habitat pour les terres humides côtières des Grands Lacs.

Les participants ont désigné le financement, les politiques et les règlements comme étant les trois principales mesures que les gouvernements devraient prendre pour réaliser un gain net d’habitat dans les terres humides. La majorité des participants ont indiqué que la résilience, l’état et l’étendue spatiale des terres humides étaient des facteurs importants qui devraient être pris en compte dans l’établissement d’un objectif de gain net d’habitat pour les terres humides côtières des Grands Lacs.

Les partenaires du webinaire souhaitent que ce dernier ait marqué le début d’un effort à plus long terme visant à faire participer davantage les membres des collectivités et les intervenants des Grands Lacs à la restauration et à la protection des terres humides.