L’harmonisation canado-américaine des données fournit de nouveaux outils – on étend StreamStats à la rivière à la Pluie

08 avril 2014

La rivière à la Pluie dans le bassin du lac des Bois est le lieu du tout premier projet international StreamStats.

StreamStats, élaboré par le Service géologique des États-Unis (USGS), est un système d’information géographique (SIG) sur le Web. Il donne accès à un éventail d’outils d’analyse utiles pour planifier et gérer les ressources hydriques, ainsi que des applications de génie, par exemple pour concevoir des ponts.

Le USGS, la CMI, le Conseil du bassin du lac des Bois et de la rivière à la Pluie, le ministère des Richesses naturelles de l’Ontario et Environnement Canada participent à élargir StreamStats au bassin du lac des Bois.

Le bassin du lac des Bois s’étend sur une partie de l’Ontario et du Manitoba, au Canada, et du Minnesota, aux États-Unis. Les travaux StreamStats en cours ont été présentés dans le détail au Forum international du bassin du lac des Bois et de la rivière à la Pluie qui s’est déroulé les 12 et 13 mars à International Falls, au Minnesota.

L’application de StreamStats à la rivière à la Pluie dérive d’un projet d’harmonisation des données qui a commencé en 2008, quand la CMI a créé le Groupe de travail sur l’harmonisation des données hydrographiques transfrontalières.  

Transboundary hydrologic units for the Lake of the Woods basin. Credit: USGS.

Unités hydrologiques transfrontalières du bassin du lac des Bois. Carte : USGS.

L’an dernier, on a terminé le traitement des données hydrographiques pour les 120 dernières unités hydrologiques transfrontalières le long de la frontière canado-américaine, qui s’étend sur 5 000 milles (8 000 kilomètres). L’« unité hydrologique » renvoie aux ensembles de données d’un bassin versant.

Les dernières unités achevées portaient sur certains des secteurs les plus grands du bassin des Grands Lacs, y compris les lacs Érié, Supérieur et Huron.

Maintenant que les bases de données des organismes canadiens et américains ont été intégrées et reproduites, les organismes emploient la même série normalisée d’interprétations hydrographiques. Les données combinées englobent celles des débitmètres, des dispositifs de contrôle de la qualité de l’eau et d’autres dispositifs de collecte de données.

Topographic relief, significant flow and large watersheds (catchments) in the Lower Rainy River hydrologic unit. Credit: USGS.

Topographie, écoulements importants et grands bassins hydrographiques dans l’unité hydrologique du cours inférieur de la rivière à la Pluie. Carte : USGS.


L’intégration des données apporte de nombreux avantages, y compris la capacité de mieux suivre les contaminants à l’état de trace qui pénètrent dans les cours d’eau.

L’application de StreamStats à la rivière à la Pluie permettra de délimiter les bassins hydrographiques à partir de n’importe quel point d’un cours d’eau dans le secteur. En outre, on pourra résumer un certain nombre de caractéristiques de bassin, comme les valeurs annuelles moyennes de précipitations, de température et de ruissellement, la surface drainée, la pente du chenal, la couverture terrestre, les zones humides et l’emmagasinement des eaux.

Ceux qui participent au projet élaborent des types d’analyse en temps réel en plus des informations canadiennes et américaines intégrées par les travaux d’harmonisation des données.

Une fonction centrale de StreamStats est la collecte d’informations sur les écoulements. Pour la rivière à la Pluie, on catalogue les débits de pointe, en raison des risques d’inondation et autres problèmes.

Par exemple, un planificateur qui souhaite concevoir un pont ou un ponceau a besoin de savoir quelle quantité d’eau s’écoule dans un secteur donné. Souvent, il n’y a pas de débitmètre près de l’emplacement de l’ouvrage à construire. StreamStats permettra d’interpoler les données de débit d’après les valeurs provenant des zones où le débit est mesuré et d’équations de régression.

Aux États-Unis, les données harmonisées sont stockées dans les National Hydrography Dataset (NHD) et Watershed Boundary Dataset (WBD). Au Canada, le Réseau hydrographique national (RHN) est accessible par le portail GéoBase.