Les chercheurs sur les proliférations d’algues s’adaptent à la demande en données