Le débit de la rivière à la Pluie est ajusté en vertu du nouveau protocole sur l’esturgeon afin de favoriser la fraie

Picture of Kevin Bunch
Kevin Bunch
18 novembre 2019
sturgeon rainy

Cette année, les gestionnaires des eaux du bassin hydrographique du lac des Bois et de la rivière à la Pluie se sont attachés à créer les conditions idéales pour la migration de fraie de l’esturgeon jaune, dans la rivière à la Pluie.

L’esturgeon jaune, autrement appelé esturgeon de lac, est menacé ou est en voie de disparition partout au Canada et aux États-Unis en raison d’une surpêche historique et du faible taux de croissance de l’espèce. Au Minnesota, l’espèce est considérée comme « préoccupante » et, dans l’ouest de l’Ontario elle est jugée « menacée ». Ces désignations signifient essentiellement que l’espèce est devenue rare et qu’elle doit être surveillée et gérée avec soin pour éviter un effondrement des populations.

« La population n’est plus qu’une fraction de ce qu’elle était il y a 100 ans », affirme Matt DeWolfe, ingénieur-conseil auprès du Comité du niveau des eaux du Conseil international du bassin du lac des Bois et de la rivière à la Pluie.

Grâce à aux ensemencements printaniers d’alevins d’esturgeon provenant de l’écloserie de Manitou Rapids, la population a toutefois rebondi, jusqu’à atteindre 92 000 individus en 2014. La fraie printanière annuelle dans la rivière Rainy est essentielle à l’amélioration continue de la population.

Le réseau hydrographique du lac à la Pluie comprend un barrage qui chevauche la rivière du même nom et qui permet de contrôler le débit du réseau. Ce barrage, qui présente un intérêt pour les résidents, agit sur le débit naturel des eaux qui, à son tour, peut avoir une incidence sur toute l’écologie du réseau. 

Au printemps 2013, la régulation au niveau du barrage du lac à la Pluie a donné lieu à une réduction considérable du débit dans la partie aval de la rivière, exposant à l’air les œufs d’esturgeon et occasionnant de grosse pertes. Après un examen de la situation, le Comité du niveau des eaux du Conseil a établi des modalités informelles pour éviter que de tels événements ne se reproduisent.

Sur la base de ces modalités, qui constituent le Protocole relatif à l’esturgeon, le ministère des Richesses naturelles et des Forêts de l’Ontario, le ministère des Richesses naturelles du Minnesota, les exploitants du barrage du lac à la Pluie (Packaging Corp. of America et H2O Power), le couvoir et les pêcheurs sportifs locaux surveillent activement l’état des frayères et ajustent la régularisation à hauteur du barrage, dans la mesure du possible, afin d’assurer un débit stable aux étapes critiques du développement des œufs et des alevins.

En vertu du protocole, la température de l’eau est contrôlée et est communiquée quotidiennement aux membres du Comité, aux représentants des organismes concernés, à la Première Nation de Rainy River, au club de pêche sportive et aux exploitants du barrage.

Normalement, la stabilisation de la températures de l’eau à 12 °C (53,6° F) deux jours de suite, marque le début de la période de fraie de l’esturgeon. Les observateurs, répartis le long de la rivière, s’activent alors pour confirmer que la fraie a bel et bien commencée et l’on veille bien à ne pas trop réduire le débit à la sortie du lac à la Pluie.

DeWolfe indique que la température de l’eau s’est retrouvée dans la fourchette favorable à la fraie le 31 mai 2019. Après avoir obtenu confirmation visuelle que la fraie avait débuté et que le débit avait diminué dans le bassin hydrographique, le Comité a demandé aux exploitants du barrage de reporter les diminutions de débit prévues afin de stabiliser le débit de la rivière à la Pluie, conformément au protocole. Selon DeWolfe, cette mesure a été maintenue jusqu’au 19 juin, date à laquelle les observateurs ont indiqué que la fraie n’était plus menacée.

DeWolfe fait remarquer que le respect du protocole ne s’impose que lorsqu’il commence à manquer d’eau dans le réseau hydrographique, car les questions de sécurité et de protection des structures prennent le pas sur le reste. Les directives du Comité des niveaux d’eau tiennent compte des autres intérêts dans le réseau et des objectifs visés par l’application des courbes d’exploitation pour le lac à la Pluie (en anglais seulement), qui est une bande de niveaux d’eau que les exploitants de barrages essaient de respecter tout au long de l’année en ajustant le débit des eaux dans le réseau.

Malgré l’absence de vérifications après-coup pour voir si la fraie a été bonne, DeWolfe estime que, les conditions météorologiques de cette année ayant été favorables, il est fort probable que les esturgeons aient réussi à pondre leurs œufs sans que ceux-ci ne soient exposés à l’air.

Picture of Kevin Bunch
Kevin Bunch

Kevin Bunch is a writer-communications specialist at the IJC’s US Section office in Washington, D.C.