Le Conseil international de contrôle du lac Kootenay souligne le 75e anniversaire de l’ordonnance et répond aux questions au sujet du dragage

01 octobre 2013
Kootenay-lake-nelson bridge

Cette année marque le 75e anniversaire de l’ordonnance d’approbation concernant le lac Kootenay [en anglais] que la CMI a rendue en 1938.

L’ordonnance permet au demandeur – l’actuelle entreprise de service public FortisBC – d’emmagasiner jusqu’à 6 pieds d’eau dans le lac Kootenay et énonce les principales exigences : que le demandeur subventionne les frais de pompage des agriculteurs en amont, limite le niveau maximal du lac à certaines périodes de l’année et améliore de la façon précisée le chenal de la rivière par des travaux de dragage dans un secteur en amont du barrage (Grohman Narrows).

Le respect de l’ordonnance par l’entreprise a été un des nombreux sujets abordés à la réunion annuelle du Conseil international de contrôle du lac Kootenay, le 12 septembre, à Nelson (Colombie-Britannique).

La Commission a rendu l’ordonnance il y a 75 ans en réponse à la demande présentée par la West Kootenay Power and Light Company d’ériger le barrage Corra Linn en aval de la décharge du lac Kootenay, et compte tenu des préoccupations exprimées par les agriculteurs américains concernant l’effet de remous du barrage proposé par delà la frontière et en amont, dans la région de plaine des Kootenay Flats.

La réunion du 12 septembre a attiré plus de vingt parties prenantes du bassin de la rivière Kootenay, y compris sept élus. M. Bruno Tassone, coprésident du Conseil pour le Canada, a examiné le rôle de la CMI, la portée de l’ordonnance d’approbation concernant le lac Kootenay et le respect de l’ordonnance par Fortis BC, et il a répondu aux questions de l’auditoire. Une fois le compte rendu officiel établi, l’exposé sera affiché sur le site web du Conseil.

Il s’agissait de la première réunion au Canada depuis les épisodes de pluies records du printemps 2012 qui ont fait monter le niveau du lac à son point le plus haut depuis l’aménagement des barrages d'écrêtement des crues en amont, à la fin des années 1960 et au début des années 1970. De nombreuses questions ont été posées au sujet de l’exploitation des ouvrages en 2012 et en 2013 et de la façon dont les débits entrants naturels, l’exploitation des ouvrages en amont et l’exploitation du barrage Corra Linn par Fortis BC jouent sur les niveaux élevés du lac. Les deux années, FortisBC a exploité le barrage Corra Linn conformément à l’ordonnance.

Le public s’est aussi intéressé au secteur de la rivière appelé Grohman Narrows, qui a été dragué comme l’exigeait l’ordonnance de la CMI. Il s’agit d’un goulet en aval du lac Kootenay mais en amont du barrage Corra Linn qui constitue la principale contrainte au débit provenant du lac quand le niveau du réservoir derrière le barrage est maintenu bas.

BC Hydro étudie la faisabilité d’augmenter encore la capacité du chenal. Dans l’assistance, beaucoup avaient des questions à poser au sujet des avantages et conséquences de creuser davantage le secteur.

Jusqu’ici, il semble que la capacité du chenal n’ait pas diminué depuis le dragage d’origine. Cela étant, d’autres travaux de dragage pourraient aider à gérer les risques de débordement du lac Kootenay, et le projet pourrait en intéresser certains. BC Hydro tiendra le public au courant des progrès et des conclusions de l’étude de faisabilité. Les résultats de la première phase de l’étude devraient être connus plus tard cet automne.

La prochaine réunion publique du Conseil international de contrôle du lac Kootenay aura lieu à Bonners Ferry (Idaho), à l’automne 2014.