Lac Champlain, la baie Missisquoi et la rivière Richelieu

Category

Introduction


Le lac Champlain, la baie Missisquoi et la rivière Richelieu continuent de souffrir de concentrations excessives d’éléments nutritifs et des efflorescences algales nuisibles. Le lac Champlain, partagé par les états de New York et du Vermont, se déverse vers le nord dans la rivière Richelieu, pour terminer sa course dans le fleuve Saint-Laurent. Bien que d’importants travaux aient été réalisés au Canada et aux États-Unis sur la qualité de l’eau dans l’ensemble du réseau hydrographique, les conditions écologiques ne se sont pas améliorées. Par conséquent, le public est confiant que les efforts existants et prévus amélioreront la qualité de l’eau. Puisque la Commission Mixte Internationale (CMI) a déjà une importante étude en cours dans le lac Champlain et la rivière Richelieu, un important objectif de communication de ce plan de travail consiste à faire la distinction entre la requête des gouvernements à l’inondation de 2016 et la présente requête relative à la qualité de l’eau, tout en rapprochant les activités parallèles qui pourraient soutenir les deux.


Stratégie


La stratégie que la CMI utilisera pour atteindre les objectifs de cette étude comprend l’examen de l’état des connaissances sur les problèmes d’apport en éléments nutritifs dans le réseau hydrographique, le réseautage avec des organismes clés, et le partenariat avec des organismes de bassin versant pour communiquer et pour clarifier le mandat de la CMI au sujet de cette étude. La stratégie cherchera également à solliciter les réactions du public à l’étude, y compris les approches binationales existantes qui se concentrent sur la réduction de la concentration d’éléments nutritifs et les causes des efflorescences algales nuisibles. En conséquence de ces activités, la CMI, avec la collaboration des organisations et associations pertinentes, formulera des recommandations pour permettre aux gouvernements d’améliorer les efforts binationaux, les approches et la coordination au sujet des efforts de réduction de la concentration d’éléments nutritifs et les facteurs responsables des efflorescences algales nuisibles pour le lac Champlain, la baie Missisquoi et la rivière Richelieu.

Dès le début de l’étude, la CMI entretiendra un dialogue constant avec les représentants élus, les hauts fonctionnaires des ministères, les intervenants et le public. Au cours de la première année de l’étude, les efforts seront axés sur la collecte et l’examen d’information, le réseautage avec les organismes clés et les institutions académiques, et le partenariat avec les organismes de bassin versant en vue d’une compréhension collective de l’état actuel des connaissances des enjeux. Pour renforcer les efforts existants et accélérer les progrès, des mécanismes binationaux concertés (p.ex., des approches intégrées de la gestion des ressources de bassins hydrographiques) seront également examinés.


L’engagement du public pourrait inclure un site Web de la CMI instructif et à jour et un profil actif dans les médias sociaux, à rédiger des dépliants et brochures et à produire des communiqués de presse et des bulletins d’information. Des consultations publiques auront également lieu pendant la deuxième année. Tous les produits de communication et les rapports seront disponibles en français et en anglais. Pour le sous bassin de la baie Missisquoi et les autres régions autour du lac et de la rivière, les journaux locaux seront également utilisés. Pour favoriser l’engagement utile avec les personnes et les intervenants dans le bassin des deux côtés de la frontière, la CMI collaborera avec les organismes de bassin versant (p. ex., le Programme du bassin versant du lac Champlain (LCBP) et l’Organisme de bassin versant de la baie Missisquoi (OBVBM) pour tenir des rencontres ciblées.
 

Considérations

Les répercussions des apports de nutriments ne sont pas réparties également dans l’ensemble du réseau du lac Champlain et de la rivière Richelieu. Les effets les plus graves de ceux-ci se produisent dans la baie Missisquoi, une baie relativement peu profonde sur les rives nord-est du lac Champlain, partagée par le Québec et le Vermont, qui a fait l’objet de requêtes antérieures des gouvernements à la CMI.
Les efforts porteront sur les régions les plus touchées par les problèmes liés aux nutriments, y compris la baie Missisquoi et la baie St-Albans; toutefois, une analyse binationale du bassin versant portant sur les sources de nutriments et leurs répercussions sera effectuée afin de bénéficier d’autres endroits. Cette perspective à l’échelle du bassin versant permet de tenir compte de la façon dont la qualité de l’eau est touchée par l’hydrologie de bassins versants et par l’hydrodynamique des rivières et des lacs. Les connaissances générées par cette requête sur les inondations du lac Champlain et de la rivière Richelieu seront pertinentes pour une intégration plus vaste des facteurs pouvant avoir une incidence sur la qualité de l’eau.


Plan de travail

Pour répondre aux requêtes des gouvernements concernant le lac Champlain, la baie Missisquoi et la rivière Richelieu, cinq grands travaux sont prévus :

  1. Réseautage avec des organismes clés, examen de l’état du bassin versant, examen de l’information et données de recherche et de surveillance, et efforts de gestion binationaux et locaux.
  2. Analyse de l’information recueillie.
  3. Détermination d’approches visant la réduction des apports de nutriments et aux causes des efflorescences algales nuisibles.
  4. Consultation auprès d’organismes du bassin versant et du public au sujet des approches proposées.
  5. Élaboration de recommandations pour renforcer les efforts actuels.

Composante 1 : Réseautage avec des organismes clés, examen de l’état du bassin, examen de l’information et données de recherche et de surveillance, et efforts de gestion binationaux et locaux

  • Réseautage avec des organismes, institutions et organisations clés de la région : Cela devrait se faire immédiatement pour s’assurer que la CMI définit la portée de ses activités, recueille des commentaires, travaille en collaboration et gère les attentes avec les représentants élus, les hauts fonctionnaires ministériels, les intervenants et le public.
     
  • Établir des partenariats avec le LCBP au Vermont et à New York et l’OBVBM au Québec, car on s’attend à ce qu’ils jouent un rôle essentiel consistant à aider la CMI à effectuer son travail, en collaborant avec ses comités consultatifs et techniques existants, et en communiquant l’objet de la requête des gouvernements au public en temps opportun.
     
  • Au moyen d’une revue de la littérature et de discussions avec des experts qui connaissent bien le système, réunir des renseignements sur : 1) les rapports scientifiques des organismes fédéraux, provinciaux, d’État et municipaux, des institutions académiques et des organismes de bassin versant (p. ex., les articles révisés par les pairs, les publications techniques, l’information locale sur la santé publique et les ensembles de données sur les enjeux liés à la qualité de l’eau qui aident à définir les principales questions environnementales et de santé); 2) les programmes et les politiques, y compris ceux qui ont trait à la recherche, à la surveillance, aux mesures d’atténuation, aux initiatives de restauration et aux pratiques de conservation; 3) les pratiques d’évaluation et de comptes rendus; et 4) les activités qui orientent et sensibilisent le secteur agricole et les municipalités à l’égard des pratiques, des règlements et des mesures incitatives relatifs à la gestion des nutriments et des déchets.
  1. Échéancier : période d’environ six mois
  2. Produit livrable : rapport sommaire

Composante 2 : Analyse de l’information recueillie

  • Cette tâche portera sur le contenu de l’information recueillie connexes à la réduction de l’apport en éléments nutritifs et aux causes des efflorescences algales nuisibles dans la baie Missisquoi et dans l’ensemble du réseau hydrographique du lac Champlain et de la rivière Richelieu. Les facteurs naturels et anthropiques qui influencent le réseau seront analysés.

     
  • L’analyse permettra également d’évaluer les autres méthodes de protection et de restauration et des solutions possibles (p. ex., le traitement de l’eau et les options technologiques).
     
  • L’efficacité des efforts nationaux et binationaux actuels et la détermination des possibilités de renforcement des mécanismes de coordination et de gouvernance seront également examinées. Une analyse des écarts au chapitre du travail effectué jusqu’à maintenant et la détermination de « ce qui a fonctionné / ce qui n’a pas fonctionné » seront effectuées.
  1. Échéancier : d’ici un an
  2. Produit livrable : rapport de synthèse


Composante 3 : Détermination d’approches relativement à la réduction de l’apport en éléments nutritifs et aux causes des efflorescences algales nuisibles

  • Une ou plusieurs approches seront élaborées qui pourraient renforcer les efforts actuels et établir une stratégie à long terme pour la réduction de l’apport en éléments nutritifs afin de s’attaquer aux causes des efflorescences algales nuisibles. Les cadres, les programmes et les politiques des divers gouvernements ainsi que la gouvernance binationale seront entre autres considérés.

 

  1. Échéancier : ~18 mois
  2. Livrable Un rapport détaillant l’approche ou les approches


Composante 4 : Consultation auprès d’organismes du bassin versant et auprès du public au sujet des approches proposées

  • Des communications ciblées avec des élus, des hauts fonctionnaires des ministères, des intervenants et le public, par l’intermédiaire d’organismes du bassin versant existants, seront offertes.
     
  • En collaboration avec les organismes du bassin versant, la CMI tiendra des assemblées publiques au Québec, au Vermont et dans l’état de New York pour recueillir des commentaires au sujet des constatations et des approches potentielles visant à protéger et à rétablir la qualité de l’eau.
     
  • On déterminera les principales conclusions et les premières recommandations pouvant être transmises aux gouvernements.
  1. Échéancier : ~18 mois : après la rédaction des rapports à l’appui
  2. Livrable Résumés des commentaires du public

Composante 5 : Élaboration de recommandations pour renforcer les efforts actuels

  • Terminer le rapport et les recommandations soutenant une approche cohérente d’un plan de gestion binational pour la réduction de l’apport en éléments nutritifs et des causes des efflorescences algales nuisibles dans le réseau hydrographique de la baie Missisquoi, du lac Champlain et de la rivière Richelieu. La CMI terminera la rédaction de ses principales conclusions et recommandations, qui seront transmises aux gouvernements.
  1. Échéancier : Transmission aux gouvernements du rapport final et de ses recommandations d’ici octobre 2019

 

Échéancier

Octobre 2017 Réception de la requête des gouvernements
Février 2018 Achèvement du plan de travail
Octobre 2018 Achèvement du rapport sur l’état de la situation pour les gouvernements
Été 2019 Assemblées publiques portant sur les constatations, les approches potentielles et les prochaines étapes possibles
Octobre 2019 Soumission du rapport final contenant des recommandations à remettre aux gouvernements