Le contenu de ce site a été archivé et le site n'est plus mis à jour.

algal bloom in Lake Memphremagog

La Commission mixte internationale publie des recommandations pour protéger la baie Missisquoi du lac Champlain et le lac Memphrémagog des proliférations d’algues nuisibles

Date

La Commission mixte internationale (CMI) a publié aujourd’hui son rapport final à l’intention des gouvernements du Canada et des États-Unis qui fait suite à leur demande d’octobre 2017 au sujet des problèmes persistants de l’apport de nutriments et des proliférations d’algues nuisibles, qui sont néfastes pour les activités récréatives, la santé humaine et les écosystèmes des deux côtés de la frontière dans la baie Missisquoi du lac Champlain et le lac Memphrémagog.

Les préoccupations du public à l’égard des proliférations d’algues nuisibles (PAN) ou d’algues bleues n’ont cessées de s’intensifier au cours de la dernière décennie dans toute la région du lac Champlain et du lac Memphrémagog. Au cours de l’été, les PAN ont entraîné des pertes socio-économiques et ont menacé la salubrité de l’eau potable. Pour s’attaquer à ces problèmes, la CMI a recommandé que les gouvernements du Canada et des États-Unis fassent preuve d’un leadership renforcé et plus ciblé à propos des tâches suivantes :

  1. Renforcer les efforts gouvernementaux actuels (délai de réalisation estimé à 10 ans) : Les gouvernements fédéraux devraient accélérer le rythme de rétablissement et de protection en travaillant avec les gouvernements des provinces, des États et des collectivités locales et autochtones pour renforcer les efforts actuels de mise en œuvre systématique des recommandations dans les rapports des GCE. 
     
  2. Améliorer les mécanismes de gouvernance existants (délai de réalisation estimé à 2 ans) : Les gouvernements fédéraux devraient fournir des ressources pour soutenir les mécanismes de gouvernance existants au niveau des provinces, des États et des collectivités locales qui coordonnent la surveillance binationale des bassins afin de soutenir plus efficacement la gestion à long terme des actions et des efforts communs.
     
  3. Comprendre les apports et les sorties de nutriments (délai de réalisation estimé à 3 ans) : Les gouvernements fédéraux devraient contribuer à une meilleure compréhension des apports et des sorties de nutriments dans chacun des deux bassins en soutenant une plus grande harmonisation des efforts scientifiques des provinces, des États et des collectivités locales afin de créer un modèle de bilan massique binational complet qui permette aux administrations publiques d’évaluer et de gérer efficacement les mesures d’atténuation des apports de nutriments.
     
  4. Élaborer et lancer la mise en œuvre de plans d’action propres à chaque bassin (délai de lancement estimé à 7 ans) : En utilisant le modèle de bilan massique, les gouvernements fédéraux devraient travailler avec les gouvernements provinciaux, étatiques, locaux et autochtones afin d’élaborer et mettre en œuvre des plans d’action binationaux durables propres à chaque bassin (environ de 20 à 30 ans) pour s’attaquer aux apports en nutriments dans les deux bassins. Ces plans d’action devraient comprendre les tâches suivantes, ainsi que les calendriers correspondants, et devraient être mis en œuvre en consultation avec le public, les parties prenantes et les communautés locales et autochtones :
     
    • Fixer des buts et des objectifs de durabilité sociétale;
    • Assurer une compréhension des apports et des sorties de nutriments (c’est-à-dire le bilan de masse);
    • Fixer des objectifs propres aux nutriments qui ciblent les zones sources critiques et qui seront appliqués par le gouvernement concerné;
    • Mettre en œuvre des plans de gestion ciblés qui comprennent des pratiques de gestion bénéfiques (PGB), des mécanismes de marché et des mesures incitatives financières pour atteindre les objectifs portant sur les nutriments;
    • Élaborer une stratégie de communication soutenue pendant la mise en œuvre des plans d’action;
    • Établir un plan de surveillance et d’évaluation continues accompagné d’un examen systématique des plans de gestion.
       

La CMI a travaillé en collaboration avec les organismes de bassin versant, les administrations locales ainsi que les milieux scientifique et universitaire en vue d’examiner les données existantes et de rassembler les plus récentes études. Le rapport final des gouvernements fédéraux comprend également des rapports techniques et des recommandations plus détaillées qui ont été formulées en partenariat avec les organismes de bassin suivants : le Lake Champlain Basin Program, l’Organisme de bassin versant de la baie Missisquoi, la Memphremagog Watershed Association et Memphremagog Conservation Inc.

Pour obtenir des détails au sujet de l’examen de l’apport de nutriments et de ses impacts dans les lacs Champlain et Memphrémagog, nous vous invitons à consulter : ijc.org/fr/lclm. La CMI entreprend également une étude sur les inondations du lac Champlain et de la rivière Richelieu, que l’on peut consulter à : ijc.org/fr_lcrr.
 

Pour obtenir des détails à ces sujets, veuillez communiquer avec :

Kevin Bunch              202-632-2014             BunchK@Washington.IJC.org            

Michele D’Amours     613-947-1420             DamoursM@ottawa.ijc.org