La science locale dans les salles de classe du lac à la Pluie

14 février 2019
project wet article

Le Conseil du bassin du lac des Bois et de la rivière à la Pluie fait équipe avec des éducateurs locaux pour créer des leçons qui mettent l’accent sur le système d’approvisionnement en eau dans leur cour arrière.

Si tout se passe comme prévu, les leçons feront partie de la trousse d’outils du « Projet WET » des districts locaux, un programme que l’on retrouve dans les écoles du Minnesota et de l’Ontario. Comme son nom l’indique, le projet WET est un outil éducatif utilisé pour enseigner les questions relatives à l’eau, à sa conservation et à son intendance. Le projet du lac des Bois et de la rivière à la Pluie, financé dans le cadre de l’Initiative internationale sur les bassins hydrographiques (IIBH) de la CMI, se concentrerait sur ces sujets en rapport avec le réseau du lac des Bois et de la rivière à la Pluie.

« Il s’agit d’un projet unique pour la CMI », a déclaré Teika Newton, membre du conseil du bassin versant et coprésidente du comité d’engagement du conseil. « Nous ne travaillons habituellement pas sur les programmes d’enseignement, mais le raisonnement ici est qu’ils pourraient incorporer un contenu (scientifique et éducatif) local. »

project wet article
Un projet financé par la CMI fournira des activités et des outils éducatifs. Source : D Wang

Deux membres du conseil d’administration ont été à l’origine de cette proposition. Karen Cederwall, membre canadienne et éducatrice métisse, a rédigé la proposition initiale. Matthew Gouin, un membre américain, a établi un lien entre le conseil et l’International Falls School Division au Minnesota.

Le projet est divisé en trois phases; la première phase a été financée par l’IIBH au montant de 2 500 $ et est en cours, a indiqué Mme Newton. Cette première phase implique l’embauche d’un éducateur pour rédiger le curriculum local du projet WET. À cette fin, Carol Jaksa, professeure de sciences à l’International Falls School Division, s’est chargée de cette tâche; l’argent est versé au district scolaire d’International Falls.

Cela comprendra des activités et des sujets importants pour la région, comme la pollution par les nutriments, et des activités connexes comme l’échantillonnage de l’eau, a dit Mme Newton.

international falls sign
Source : daveynin

Le surintendant d’International Falls, Kevin Grover, a déclaré que l’objectif d’aligner le programme sur les normes de l’État du Minnesota était attrayant, car cela signifiait que les enseignants n’auraient pas besoin de creuser dans un nouvel ensemble de documents pour en retirer des activités pertinentes.

De plus, comme le programme est divisé en plusieurs parties, une activité ou un sujet particulier peut être intégré à des plans de cours existants sans trop de travail supplémentaire, a ajouté M. Grover.

« Il y a un certain nombre de choses liées à des questions comme l’eau salée. Nous n’y avons pas accès localement », a dit M. Grover. « Mais il y a des choses qui peuvent être apportées et liées à notre bassin et à notre région, ce qui est un processus d’apprentissage que nous pouvons communiquer (aux élèves). »

Par exemple, a dit M. Grover, un district scolaire pourrait faire appel à un spécialiste local des systèmes d’alimentation en eau de la région, comme un membre du personnel du parc national Voyageurs, et lui demander d’expliquer comment la leçon actuelle de la classe s’applique au système du lac des Bois et de la rivière à la Pluie. Il pourrait s’agir d’une discussion sur le cycle de l’eau et sur la façon dont l’eau circule dans le système ou sur les liens entre le système et l’eau que les gens utilisent.

Mme Newton indique que la première phase devrait être terminée au printemps; si le calendrier est respecté, le conseil a l’intention de soumettre une proposition de financement à la CMI pour faire avancer la deuxième phase à l’automne 2019. Il s’agirait de mettre à l’essai le programme d’études élaboré au cours de la première phase dans un seul district scolaire – International Falls – pour voir dans quelle mesure il fonctionne bien au cours d’une année scolaire. La troisième et dernière phase comprendrait un déploiement plus large à d’autres districts scolaires locaux des deux côtés de la frontière, si le financement le permet.

M. Grover a déclaré qu’avec la mise en œuvre complète de la troisième phase, il serait intéressé à trouver des moyens pour que les districts voisins – y compris ceux de l’autre côté de la rivière à la Pluie en Ontario – puissent travailler ensemble à des activités conjointes du projet WET.