Grands travaux de modernisation du barrage du lac Kootenay

Picture of Kevin Bunch
Kevin Bunch
14 juin 2018
cora linn dam

Le lac Kootenay se situe en Colombie-Britannique, dans le réseau hydrographique de la rivière Kootenay. La rivière se forme dans les Rocheuses canadiennes, en Colombie-Britannique, coule vers le sud dans le Montana et l’Idaho, d’où elle remonte vers le nord en Colombie-Britannique. C’est dans ce dernier tronçon britanno-colombien que se trouvent le lac Kootenay et le barrage Corra Linn. Source : CMI.
Le lac Kootenay se situe en Colombie-Britannique, dans le réseau hydrographique de la rivière Kootenay. La rivière se forme dans les Rocheuses canadiennes, en Colombie-Britannique, coule vers le sud dans le Montana et l’Idaho, d’où elle remonte vers le nord en Colombie-Britannique. C’est dans ce dernier tronçon britanno-colombien que se trouvent le lac Kootenay et le barrage Corra Linn. Source : CMI.

Le barrage Corra Linn retient l’eau du lac Kootenay depuis sa mise en service en 1932 afin de produire de l’électricité à partir de la rivière Kootenay. Or, depuis, il n’a été fait que de petits travaux, exception faite des améliorations apportées à trois groupes électrogènes. À compter de cet été, un vaste projet permettra de remplacer les vannes de l’évacuateur et d’améliorer d’autres éléments du barrage.

En 1938, la CMI a approuvé l’exploitation du barrage Corra Linn et le stockage de 1,8 mètre (5,9 pieds) d’eau dans le lac Kootenay. L’ordonnance d’approbation renferme des dispositions qui visent à protéger le secteur agricole en Idaho, touché par l’élévation du niveau d’eau dans la portion de la rivière Kootenay qui se jette dans le lac Kootenay. La CMI a mis sur pied le Conseil international de contrôle du lac Kootenayafin de surveiller la régularisation du niveau du lac.

Pour les travaux maintenant envisagés, les 14 vannes de l’évacuateur et les composants intégrés qui s’y rattachent seront évalués, puis remis à neuf ou remplacés, explique Darren McElhinney, gestionnaire du projet de modernisation, mené en collaboration avec l’exploitant FortisBC.

La superstructure de l’évacuateur sera renforcée et reconstruite, les portiques qui ouvrent les vannes seront remis à neuf et de multiples éléments redondants seront installés pour les vannes. Le projet devrait se terminer à l’automne 2021 et ne devrait pas avoir d’incidence importante sur le niveau ou le débit d’eau pendant toute sa durée. FortisBC finance les travaux, qui devraient coûter 66,7 millions de dollars canadiens (51,4 millions de dollars américains).

La Colombie-Britannique a mis à jour son règlement sur la sécurité des barrages en 2009. Selon le nouveau règlement, les vannes de l’évacuateur du barrage ne répondent pas aux exigences relatives aux séismes extrêmes. Les travaux sont donc entrepris pour satisfaire à ces nouvelles exigences, ainsi qu’en raison de l’âge du barrage.

« Les vannes ont 85 ans, explique M. McElhinney. Selon la norme établie par le corps de génie de l’armée américaine, une vanne, si elle est bien entretenue, devrait avoir une durée de vie utile d’environ 100 ans, donc elles approchent de la fin. »

Le barrage Corra Linn, situé à l’embouchure du lac Kootenay, à l’extrémité ouest de la rivière Kootenay, a été construit dans les années 1930, et ses vannes doivent être modernisées. Source : Jeffrey Werner.
Le barrage Corra Linn, situé à l’embouchure du lac Kootenay, à l’extrémité ouest de la rivière Kootenay, a été construit dans les années 1930, et ses vannes doivent être modernisées. Source : Jeffrey Werner.

Trois vannes, tout au plus, seront remplacées à la fois, explique Jamie King, directeur des opérations d’alimentation électrique de FortisBC. Le barrage pourra ainsi continuer à laisser passer l’eau en cas d’inondation au cours des prochaines années, malgré les travaux en cours. Ces derniers n’auront aucune incidence sur la capacité de l’entreprise de gérer le niveau du lac Kootenay, précise M. King, bien que l’automatisation et les améliorations supplémentaires apportées au système devraient faciliter un peu le travail de FortisBC.

« Nous n’avons constaté aucune défaillance ni rien de ce genre, mais nous savons que l’équipement vieillit. Le barrage fonctionnera mieux et sera plus facile et plus sûr à exploiter une fois les travaux terminés. »

Gwyn Graham, secrétaire canadienne du Conseil international de contrôle du lac Kootenay, indique que le conseil a été en contact étroit avec FortisBC et examine régulièrement les données du projet afin de s’assurer que rien ne vient compromettre la capacité de l’entreprise d’exploiter le barrage conformément aux règles relatives au niveau d’eau maximal et aux autres conditions de l’ordonnance de la CMI pour le lac Kootenay.

Selon Mme Graham, le barrage n’a pas besoin des 14 vannes de l’évacuateur pour laisser passer la quantité maximale d’eau – une redondance a été intégrée à sa conception. Le conseil ne s’attend donc pas à ce que la gestion du niveau du lac soit compromise.

Les travaux aux portiques devraient débuter en juillet 2018. Ils ont été prévus après la saison des crues du printemps pour réduire le plus possible les risques d’inondation, explique M. McElhinney. Les travaux au barrage devraient ensuite se poursuivre à temps plein jusqu’en novembre 2021. Outre les vannes, on est à installer de nouveaux équipements de surveillance pour déceler tout problème aux portiques utilisés pour soulever les vannes.

Le niveau d’eau du lac Kootenay est partiellement régularisé par des barrages en amont et en aval, y compris le barrage Corra Linn. Source : D. Taylor in Idaho.
Le niveau d’eau du lac Kootenay est partiellement régularisé par des barrages en amont et en aval, y compris le barrage Corra Linn. Source : D. Taylor in Idaho.

 

Picture of Kevin Bunch
Kevin Bunch

Kevin Bunch is a writer-communications specialist at the IJC’s US Section office in Washington, D.C.