En souvenir de Claude Lanthier

21 avril 2015

Claude Lanthier a été président de la Section canadienne de la Commission de 1992 à 1995. On se souviendra de lui comme d’un défenseur infatigable du fleuve Saint-Laurent.

M. Lanthier, qui a aussi été ingénieur, professeur et député, a été nommé à la Commission en 1990. Il en a présidé la Section canadienne du 16 juillet 1992 au 28 juillet 1995.

Pendant son mandat, la CMI a publié le très influent Septième rapport biennal, en 1994, qui demandait d’adopter un plan d’action clair et exhaustif visant à la quasi-élimination des substances toxiques rémanentes qui mettent en péril la santé humaine et l’avenir de l’écosystème des Grands Lacs.

Avant la parution du rapport, un nombre record de 1 900 personnes ont assisté à la réunion biennale de la CMI sur la qualité de l’eau dans les Grands Lacs, à Windsor (Ontario), en octobre 1993.

« Claude a été président durant mon premier mandat à la CMI et s’est bien acquitté de ses fonctions », a indiqué Gordon Walker, le président actuel de la Section canadienne de la CMI. « Il était aimable et tout à fait dédié à son travail ; c’était un leader motivant ».

Claude Lanthier est né le 24 janvier 1933, à Montréal (Québec), a obtenu son diplôme d’ingénieur de l’École Polytechnique, a enseigné comme professeur de génie à l’Université de Montréal et a joué divers rôles au service de l’État.Claude Lanthier

Dans les années 1970 et 1980, il a siégé au conseil de la Société des alcools du Québec.

Élu en 1984 comme député progressiste-conservateur de la circonscription de Lasalle, il a été secrétaire parlementaire du ministre des Finances, puis du ministre d’État chargé des Sciences et de la Technologie. Il a aussi été secrétaire parlementaire du ministre des Travaux publics et président du Comité permanent du travail, de l’emploi et de l’immigration.

Dans sa vie personnelle, Claude Lanthier était un fin connaisseur de vins et un fervent cycliste.

Il est mort le 12 avril 2015 des suites d’une longue maladie, à l’âge de 82 ans.

Des dons à sa mémoire peuvent être versés à la Douglas Institute Foundation.