Des décennies après s’être évanoui du paysage, le touladi fraie de nouveau dans un des affluents du lac Supérieur