Conseil international de la rivière Souris : discussion publique sur la quantité d’eau et la qualité de l’eau

04 septembre 2013

Le Conseil international de la rivière Souris tient des réunions publiques au moins une fois par année afin de rencontrer des habitants du bassin et d’autres citoyens intéressés.

La réunion de cette année, qui a eu lieu le 7 août à Weyburn, en Saskatchewan, a principalement porté sur les activités et les objectifs du Conseil liés à la gestion de l’eau dans le bassin de la rivière Souris.

Les membres du Conseil ont répondu aux questions des participants et ont discuté des enjeux actuels dans le bassin – qu’il s’agisse de sécheresses ou d’inondations, de santé des écosystèmes ou de répartition des eaux.

La rivière Souris s’étend sur 700 kilomètres et draine une superficie de plus de 60 000 kilomètres carrés. Conformément au Traité des eaux limitrophes de 1909, le Conseil doit veiller au respect des mesures de répartition des eaux de la rivière Souris, examiner l’incidence des besoins en eau et de l’utilisation de l’eau sur les eaux transfrontalières du bassin afin de pouvoir en rendre compte, et contribuer à la mise en œuvre de l’Accord conclu entre le gouvernement du Canada et le gouvernement des États-Unis concernant l’approvisionnement en eau et la protection contre les crues dans le bassin de la rivière Souris, qui date de 1989. 

Trois comités aident le Conseil à remplir son mandat :

  • un comité sur la santé des écosystèmes aquatiques, qui rend compte de la qualité de l’eau et de la santé des écosystèmes aquatiques dans le bassin;
  • un comité sur l’hydrologie, qui prend part à la détermination des débits naturels, à l’examen des aménagements pouvant avoir des répercussions sur la disponibilité de l’eau et à la réalisation d’études hydrologiques;
  • un comité de prévision des débits et de liaison, chargé d’informer le Conseil des activités et des aménagements pouvant avoir une incidence sur la prévision des débits et les crues.

Des problèmes passés et présents ayant trait à la quantité d’eau et à la qualité de l’eau ont été discutés lors de la réunion. Ces enjeux demeurent prioritaires pour les membres du Conseil.

The Souris River Basin. Credit: USGS

Bassin de la rivière Souris. Image : USGS

En ce qui concerne la quantité d’eau, les mesures de répartition des eaux entre le Canada et les États‑Unis, établies pour le printemps 2013, ont été respectées, et on a revu le fonctionnement des réservoirs Rafferty et Alameda pour assurer l’atteinte des objectifs d’approvisionnement en eau et de protection contre les crues.

À la suite d’une crue importante survenue en 2011, le Conseil a établi un groupe de travail et a rédigé un Plan d’étude, dont les recommandations ont été présentées au CMI en vue de l’obtention de financement. Le Plan d’étude décrit les études devant être réalisées pour revoir le fonctionnement des réservoirs visés par l’Accord de 1989, et présente des mesures supplémentaires, structurelles ou non, visant à réduire les effets des inondations et à améliorer l’approvisionnement en eau dans le bassin.

En ce qui concerne la qualité de l’eau, des dépassements ont été signalés dans le cadre des programmes de surveillance des sites de Sherwood et de Westhope, par rapport aux objectifs établis par la CMI pour certains paramètres, dont le phosphore. Le comité sur la santé des écosystèmes aquatiques tente actuellement de déterminer les causes de ces dépassements.

Pour obtenir plus d’information sur le Conseil international de la rivière Souris, on peut visiter le site Web du Conseil.