LE POINT SUR LE DÉBIT SORTANT DU LAC SUPÉRIEUR ET LES CONDITIONS PRÉVUES - AOÛT 2018

Date

Au début du mois d’août, le niveau du lac Supérieur se situe à 13 cm au-dessus de la moyenne (1918 à 2017), mais à 9 cm sous le niveau observé à la même période l’an dernier. Le niveau du lac Michigan-Huron se situe actuellement à 39 cm au-dessus de la moyenne, mais à 4 cm sous le niveau observé au début du mois d’août l’an dernier. Le niveau du lac Supérieur devrait demeurer relativement stable en août, et celui du lac Michigan-Huron devrait poursuivre sa baisse saisonnière. 

Les niveaux supérieurs à la moyenne combinés aux forts vents et aux vagues continuent de causer l’érosion des berges et des dommages sur les côtes dans tout le secteur supérieur des Grands Lacs. Si ces conditions météorologiques se poursuivent cet été et cet automne, l’érosion des berges pourrait continuer et d’autres dommages sur les côtes pourraient être causés.  

Le Conseil a obtenu l’autorisation de la Commission mixte internationale (CMI) en vue de déroger au Plan de régularisation 2012 de mai à novembre 2018 et de prendre des mesures similaires à celles prises au cours des trois dernières années, lesquelles ont également été marquées par un niveau et un débit sortant élevés dans les lacs. Le Conseil ajuste actuellement l’ouverture des vannes aux ouvrages compensateurs et rejette un débit supérieur à celui prescrit dans le Plan de régularisation 2012 afin d’atténuer les conséquences de la diminution du débit aux installations hydroélectriques pour les travaux d’entretien réalisés l’hiver dernier et se poursuivant cet été et cet automne.  

Par conséquent, suivant l’autorisation de la CMI, le Conseil a établi le débit du lac Supérieur à 2 760 mètres cubes par seconde (m3/s) pour le mois d’août, de sorte que le débit est plus élevé de 150 m3/s que le débit prescrit dans le Plan de régularisation 2012. L’augmentation du débit permet de compenser la réduction du débit l’hiver dernier. Le mois d’août sera le dernier mois où le débit doit être supérieur au débit prescrit dans le Plan pour compenser l’interruption de service aux installations hydroélectriques. Le débit réel pourrait varier en fonction des conditions hydrologiques ainsi que des travaux d’entretien aux installations hydroélectriques qui se trouvent sur la rivière St. Marys. 

L’ouverture des vannes devrait continuer à être ajustée aux ouvrages compensateurs en août en raison du projet de construction pour l’automatisation des quatre vannes. Le 7 août 2018, chacune des vannes, no 2 à 11, sera ouverte de 140 cm. La seconde phase du projet de construction devrait débuter la semaine prochaine. Les vannes no 12 à 15 seront donc fermées le 7 août. Aucun changement ne sera apporté à l’ouverture de la vanne no 1, laquelle rejette un débit d’environ 15 m3/s dans le chenal au nord de la digue protégeant le passage des poissons. La vanne no 16 sera également ouverte de 5 cm pour faciliter le piégeage de la lamproie marine. 

Le débit moyen des rapides de la rivière St. Marys devrait être d’environ 870 m3/s en août, ce qui correspond au débit rejeté si six vannes sont complètement ouvertes. Les pêcheurs et autres usagers des rapides de la rivière St. Marys doivent faire preuve de prudence en raison de la variation du débit et du niveau d’eau observés dans les rapides en août. Par ailleurs, il pourrait y avoir des inondations dans les basses terres sur l’île Whitefish lorsque l’ouverture des vannes et le débit augmenteront. Certains sentiers récréatifs et autres installations dans ces zones pourraient être inondés et endommagés. Les usagers doivent faire preuve d’une très grande prudence.                                                                                                                                        

Le Conseil insiste sur le fait que les conditions hydrologiques constituent le facteur principal des fluctuations du niveau d’eau. Le niveau des Grands Lacs ne peut pas être entièrement contrôlé par la régularisation du débit, et la régularisation ne peut pas éliminer complètement le risque de niveau extrême lorsqu’il y a des phénomènes météorologiques violents et des apports d’eau supérieurs à la normale. Il est impossible de prédire avec exactitude ces conditions des semaines à l’avance, mais, compte tenu du niveau actuel des lacs, le Conseil recommande à toutes les personnes pouvant être touchées de se préparer à une augmentation du niveau d’eau à l’été et à l’automne.

 

États-Unis
Charles Sidick
313-226-3395
Charles.L.Sidick@usace.army.mil


Canada
Rob Caldwell
613-938-5864
Rob.Caldwell@canada.ca