Bannière
.

Communiqué de presse

Le 6 décembre 2000

La Commission mixte internationale mets en garde le bassin de la rivière Rouge contre un ralentissement des efforts de préparation en vue de la prochaine inondation.

La Commission mixte internationale a rendu public aujourd’hui son rapport final sur les inondations de la rivière Rouge de 1997. Ce rapport, intitulé Vivre le long de la rivière Rouge, mets en garde les habitants du bassin de la rivière Rouge contre un ralentissement des efforts de préparation en vue d’une inondation semblable ou même plus importante que celle de 1997. Les pertes économiques subies au Canada comme aux États-Unis se chiffrent maintenant à plus de 5 milliards de dollars américains et les coûts de reconstruction continuent de grimper.

Bien que des initiatives importantes aient vu le jour depuis 1997, la population du bassin de la rivière Rouge court toujours le risque de subir d’importantes pertes tant que des mesures binationales globales de protection contre les inondations ne sont pas développées et mises en oeuvre.

Les différentes juridictions du bassin doivent se pencher sur la protection des grands centres urbains du bassin. Il est fort possible que l’infrastructure de défense contre les inondation de Winnipeg ne tienne pas le coup advenant une crue similaire à celle de 1997. Le renforcement de ces infrastructures est souhaitable. L’évaluation des risques que courent les villes de Fargo et de Moorhead devrait être complétée de sorte que la construction des mesures de protection puisse commencer. Finalement, les travaux actuellement en cours à Grand Forks et East Grand Forks devraient être complétés dans les meilleurs délais.

Les besoins des petites communautés comme des maisons et des bâtiments de ferme isolés ne devraient pas être sous-évalués. De plus, l’intégrité de l’écosystème du bassin de la rivière Rouge est menacé en cas d’inondation tant que les différents paliers de gouvernement n’adoptent pas des mesures visant à prévenir ces risques.

La Commission a noté qu'il y existe plusieurs approches à la réduction des dommages liés aux inondations - le stockage dans de vastes réservoirs, les digues, l’expropriation préventive, le microstockage, la restauration des zones humides - et qu'aucune d'entre elles ne saurait à elle seule représenter une solution à tous les problèmes. Il n'y a pas de solution miracle. Les biens et la population du bassin de la rivière Rouge seront sujets à risque inacceptable jusqu'à ce que des solutions globales, intégrées et binationales soient élaborées et mises en oeuvre.

La Commission mixte internationale est un organisme bilatéral établi en 1909 par le Traité des eaux limitrophes afin de prévenir et de résoudre les différends qui pourraient survenir entre le Canada et les États-Unis par rapport à l'utilisation des eaux limitrophes le long de la frontière Canado-américaine. Le rapport Vivre le long de la rivière Rouge est la réponse de la CMI au renvoi des gouvernements du Canada et des États-Unis du 12 juin 1997 qui demandait à la CMI de formuler des recommandations sur les moyens à prendre afin de réduire les dégâts causés par les inondations dans le bassin de la rivière Rouge.

De plus amples informations comme le texte intégral du rapport de la Commission sont disponibles à partir du site Internet de la Commission ou encore à l’un des bureaux de la Commission.

 
Contacts:
Frank Bevacqua Washington, D.C. (202) 736-9024
Fabien Lengellé Ottawa, Ontario (613) 995-0088

Salle de presse         Haut de page
Bannière