Bannière
.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Lundi le 31 mai 1999

La CMI annonce la mise sur pied d'un plan d'action pour la revue de la régulation du lac Ontario et du fleuve Saint-Laurent.

La Commission mixte internationale (CMI) a aujourd'hui rendu publique une Directive qui cré un Groupe de travail sur le lac Ontario et le fleuve Saint-Laurent. Ce groupe de travail aura pour tâche de transformer l'actuel énoncé des travaux en un plan d'étude du fonctionnement des ouvrages de régularisation du débit et des niveaux du lac Ontario et du fleuve Saint-Laurent.

En 1996, le Conseil international de contrôle du fleuve Saint-Laurent (CICFSL) de la CMI avait développé un rapport donnant un aperçu des études requises afin de déterminer si des modifications à l'Ordonnance de contôle de la CMI étaient nécessaires, ce qui incluait l'ajout de critères reconnaissant l'importance des plaisanciers et de l'environnement. Bien que la CMI l'ait à mainte reprises demandé, les études proposées par le CICFSL n'ont jamais reçu le financement nécessaire des gouvernements fédéraux du Canada et des États-Unis.

Ce nouvel effort de la CMI a pour objectif de relancer le débat sur la mise à jour des méthodes de gestion des ouvrages de régularisation du débit et des niveaux du lac Ontario et du fleuve Saint-Laurent, de mettre de l'avant les agences capables de mener à bien les études requises à cette fin, d'identifier les sources d'information nécessaires et de donner une estimation réaliste des coûts d'un tel projet.

En tout, le Groupe de travail compte 6 membres qui agiront en leur qualité personnelle et professionnelle et non comme des représentants de leurs employeurs respectifs. Ces membres ont déjà été nommé par la CMI.

La CMI continue à rechercher l'appui et le financements nécessaires pour compléter une recherche en profondeur des méthodes de gestion des ouvrages de régularisation du débit et des niveaux du lac Ontario et du fleuve Saint-Laurent. et des effets de la régulation sur le lac Ontario et le fleuve Saint-Laurent. Entre autres choses, la CMI cherche à approfondir les aspects suivants:

  • Les facteurs environnementaux qui n'étaient que peu connus quand l'Ordonnance de contrôle a été adoptée dans les années 1950;
  • Les besoins des plaisanciers qui utilisent le système dans la région;
  • Les effets combinés des débits de la rivière des Outaouais et du fleuve Saint Laurent pendant la fonte des neiges printanière;
  • Les quantités d'eau reçues par le lac Ontario depuis l'adoption de l'Ordonnance de contôle, et,
  • Les effets sur le bassin des changements climatiques et des variations climatiques.

Des fonds supplémentaires ne sont pas nécessaires pour l'élaboration du Plan de travail car la CMI a demandé à du personnel de plusieurs agences ministères gouvernementaux de compléter ces travaux dans le cadre de leurs fonctions présentes. Toutefois, une fois le Plan de travail complété, il faudra des montants importants pour mener à bien ces travaux. La CMI demande aux gouvernements de lui accorder les fonds nécessaires pour achever toutes les études qui seront mises de l'avant dans le Plan de travail.

La Commission mixte internationale a été créée en vertu du Traité des eaux limitrophes afin de prévenir et de résoudre les différends relativement à l'utilisation de l'eau le long de la frontière entre le Canada et les États-Unis. Ses responsabilités comprennent l'approbation de certains projets qui pourraient modifier les niveaux de l'eau de l'autre côté de la frontière, comme le projet hydroélectrique international de Massena (New York) et de Cornwall (Ontario). Si elle autorise le projet, les ordres d'approbation de la Commission pourraient exiger que les débits nécessaires au projet respectent certaines conditions afin de protéger les intérêts touchés dans les deux pays. Pour plus d'information, visitez le site internet de la Commission (www.ijc.org).

Contacts:

Frank Bevacqua Washington, D.C. (202) 736-9024
Fabien Lengellé Ottawa, Ontario (613) 995-0088

Salle de presse         Haut de page
Bannière