Bannière
.

COMMUNIQUÉ
Le 23 mai 2006

La CMI entreprend une étude sur les Grands Lacs d'amont

La Commission mixte internationale (CMI) annonce aujourd'hui qu'elle entame une importante étude sur les Grands Lacs d'amont. L'étude portera sur les lacs Supérieur, Michigan, Huron et Érié et les cours d'eau qui les relient (rivières St. Marys, Sainte-Claire, Detroit et Niagara), jusqu'aux chutes Niagara.

La CMI, qui a reçu les lettres d'appui des gouvernements du Canada et des États-Unis pour l'étude, se fondera sur les résultats de celle-ci afin de déterminer s'il est possible de mieux régulariser les débits sortants du lac Supérieur de façon à répondre aux besoins en évolution des divers intérêts des Grands Lacs d'amont et si elle a besoin pour ce faire d'actualiser ses ordonnances d'approbation visant la rivière St. Marys entre Sault Ste. Marie (Michigan) et Sault Ste. Marie (Ontario).

La CMI identifiera les facteurs qui influent sur les niveaux et les débits d'eau, élaborera des plans de régularisation, en vérifiera la performance, notamment selon des scénarios de changements climatiques, et en évaluera les incidences sur l'écosystème et les intérêts humains. Les changements physiques qui surviennent dans la rivière Sainte-Claire, susceptibles d'influer sur les niveaux et les débits d'eau, seront un des premiers facteurs étudiés. Selon la nature et l'ampleur des changements physiques et leur incidence sur les niveaux et les débits d'eau, l'étude pourra porter sur des mesures correctives possibles.

La CMI va maintenant créer un groupe d'étude et un groupe consultatif public binationaux, et elle collaborera avec les gouvernements du Canada et des États-Unis afin de mettre en place les mécanismes de financement et les autres ressources nécessaires. L'étude devrait s'échelonner sur cinq ans et coûter 14,6 millions de dollars américains. Les coûts seront répartis également entre les deux gouvernements, et la Commission poursuivra sa collaboration avec les gouvernements vers l'obtention de ressources nécessaires à l'étude.

En commençant l'étude dès maintenant, la CMI pourra mettre à profit les leçons tirées de l'étude qu'elle a terminée récemment sur le lac Ontario et le fleuve Saint-Laurent et faire appel au personnel technique qui y a participé. Cette étude découlait de l'ordonnance d'approbation de la CMI concernant Massena (New York) et Cornwall (Ontario).

La Commission mixte internationale a été créée en vertu du Traité des eaux limitrophes de 1909 pour aider les États-Unis et le Canada à prévenir et à résoudre les différends relatifs à l'utilisation des eaux qu'ils partagent. Elle s'occupe notamment d'étudier les demandes visant des aménagements qui ont une incidence sur les niveaux et les débits naturels des eaux limitrophes, comme les ouvrages dans la rivière St. Marys entre Sault Ste. Marie (Michigan) et Sault Ste. Marie (Ontario) qui servent à régulariser les débits sortants du lac Supérieur. Lorsque la CMI autorise un aménagement, habituellement elle exige dans ses ordres d'approbation que les débits respectent certaines conditions afin de protéger les intérêts des deux pays et elle constitue un conseil de contrôle qui s'assure que les conditions sont respectées.

Pour plus d'informations, consulter le site Web de la CMI à www.ijc.org ainsi que celui de l'étude à www.ijc.org/lacsdamont.

Personnes-ressources

Frank Bevacqua Washington (202) 736-9024
Paula Fedeski-Koundakjian Ottawa (613) 947-1420

 

Salle de presse         Haut de page
Bannière