Bannière
.

COMMUNIQUÉ
Le 3 mai 2006

Intervention urgente pour protéger les Grands Lacs contre
les carpes asiatiques - La CMI demande un financement
d'urgence pour la barrière anti-carpes

La Commission mixte internationale Canada et États-Unis (CMI) a appelé aujourd'hui le Congrès étatsunien à approuver un financement d'urgence pour maintenir en activité la première barrière expérimentale contre les carpes asiatiques (barrière no 1) jusqu'à l'achèvement de la nouvelle barrière permanente (barrière no 2). Selon les plans actuels, le U.S. Army Corps of Engineers doit couper l'électricité à la barrière no 1 le 8 mai, au moment où entrera en service la barrière no 2. Cependant, cette dernière n'étant qu'à moitié achevée, le degré de protection des Grands Lacs sera loin du niveau promis, ce qui va mettre en péril la santé de l'écosystème.

« Pour assurer un niveau maximal de protection des Grands Lacs contre la possibilité d'invasion des carpes asiatiques, il faut intervenir immédiatement, a affirmé Dennis Schornack, président de la Section américaine de la CMI. C'est une situation d'urgence, et nous ne pouvons pas nous contenter de demi-mesures qui mettraient en péril les Grands Lacs et leur industrie de la pêche, secteur évalué à 4,5 milliards de dollars. »

« Nos gouvernements sont forcés de dépenser chaque année des millions de dollars pour combattre l'infestation de la grande lamproie marine dans les Grands Lacs. Or les carpes asiatiques pourraient devenir aussi sinon plus dévastatrices que la lamproie », a souligné de son côté le très honorable Herb Gray, président de la Section canadienne de la CMI.

Cette proposition de financement d'urgence, qui est soutenue par les deux parties, reçoit aussi l'appui d'une vaste gamme d'organisations, dont la Commission des pêches des Grands Lacs et le Great Lakes Sport Fishing Council.

La CMI soutient depuis longtemps et avec fermeté l'implantation de la barrière anti-carpes, et a félicité tant le gouvernement des États-Unis que l'État de l'Illinois lorsqu'ils se sont engagés, il y a deux ans, à financer entièrement la construction de la barrière no 2. Cet ouvrage permanent devait comporter deux dispositifs électriques assurant un double niveau de protection pour les Grands Lacs. Le second dispositif doit aussi jouer un rôle critique de secours en cas d'arrêt de fonctionnement du premier pour cause de panne ou pour l'entretien.

La Commission a publié en 2004 un rapport spécial sur les espèces aquatiques exotiques (Then and Now: Aquatic Alien Invasive Species, disponible en version papier et accessible en direct : http://www.ijc.org/php/publications/pdf/ID1562.pdf). La version française se trouve à l'adresse : http://www.ijc.org/rel/pdf/ThenandNow_f.pdf.

La Commission mixte internationale s'emploie à prévenir et à résoudre les différends entre les États-Unis d'Amérique et le Canada en vertu du Traité des eaux limitrophes de 1909 et veille au bien commun des deux pays en tant qu'organe indépendant et objectif conseillant les deux gouvernements.

Contacts

Ottawa Nick Heisler (613) 992-8367
Washington John Nevin (202) 256-1368

 

Salle de presse         Haut de page
Bannière