Bannière
.

COMMUNIQUÉ

Commission mixte internationale

Canada et États-Unis

Pour une renaissance des Grands Lacs
Réunion biennale sur les Grands Lacs 2003

Ann Arbor, Michigan, le 20 septembre 2003 - Aujourd’hui, les commissaires de la Commission mixte internationale (CMI) ont conclu leur conférence-réunion biennale sur les Grands Lacs de deux jours en s’engageant à aider les gouvernements du Canada et des États-Unis dans leur prochain examen de l’Accord de 1978 relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs. De nombreux responsables et citoyens du bassin des Grands Lacs ont affirmé que le Canada et les États-Unis devraient élaborer un programme amélioré visant à restaurer l’intégrité des eaux de l’écosystème du bassin des Grands Lacs et s’engager à assurer la mise en œuvre complète d’un tel programme.

Au cours des deux derniers jours, les participants aux ateliers ont étudié un vaste éventail de défis posés aux Grands Lacs, notamment le changement climatique, l’urbanisation, l’introduction d’espèces exotiques envahissantes, la restauration des habitats et l’évaluation des impacts du mercure. Plusieurs entités, dont les gouvernements, ont présenté leur point de vue sur les avantages d’une vision claire pour la restauration des lacs.

En guise de reconnaissance publique de l’importance de la recherche scientifique dans les initiatives de restauration, les commissaires ont pour la première fois présenté le « prix au scientifique des Grands Lacs des deux dernières années », qu’ils ont décerné au Dr Jan Ciborowski, professeur renommé de l’Université de Windsor (Ontario) qui est affilié au Great Lakes Institute. Ses recherches sur la dynamique du lac Érié ainsi que le Lake Erie Millennium Network qu’il a établi ont considérablement contribué à la compréhension et à la gestion de l’écosystème du bassin des Grands Lacs.

Au cours des deux jours, les commissaires ont fait les observations suivantes : les connaissances scientifiques et les conditions écologiques ont considérablement changé au cours des 30 ans d’histoire de l’Accord relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs; de nombreux objectifs spécifiques et annexes doivent être mis à jour pour être utiles à l’atteinte des buts de l’Accord; de nouveaux défis touchant les eaux de l’écosystème entier doivent être examinés.

L’Accord relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs est une entente historique qui sert de plan directeur pour la coopération et la coordination de la gérance efficace des Grands Lacs depuis plus de trois décennies. En vertu de l’Accord, les gouvernements du Canada et des États-Unis doivent procéder à son examen après le dépôt de chaque troisième rapport biennal de la CMI (c’est-à-dire tous les six ans). La version de 1978 de l’Accord n’a pas été mise à jour ni modifiée depuis l’ajout du protocole de 1987.

Avec la convergence de plusieurs facteurs, soit la nécessité d’examiner l’Accord après la publication du 12e rapport biennal en 2004, l’intérêt croissant au sein du Congrès américain à l’égard d’une initiative majeure de restauration des Grands Lacs et le renouvellement potentiel du programme fédéral canadien des Grands Lacs en 2005, c’est le moment idéal pour effectuer un examen de l’Accord. Grâce à cet examen, nous pourrons renforcer la restauration des eaux, cette ressource inestimable.

La Commission conseillera les gouvernements canadien et américain sur des aspects de l’Accord qui doivent être révisés. Elle déterminera également les questions ne faisant pas actuellement l’objet de l’Accord. La Commission considérera, puis recommandera aux gouvernements, la production de rapports nécessaire au suivi des progrès, l’établissement de mécanismes efficaces de mise en œuvre et la meilleure démarche pour continuer à rendre compte à la population. La Commission publiera un rapport spécial décrivant en détail ses conseils aux gouvernements.

Dans leur conclusion, les Commissaires se sont engagés à consulter, au moment de fournir des conseils et de formuler des recommandations aux gouvernements au sujet des révisions possibles à l’Accord relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs, un vaste éventail de représentants d’entités binationales du bassin ainsi qu’à tenir compte du plus grand ensemble de perspectives possible.

 

Salle de presse         Haut de page
Bannière