19 novembre 1997

ÉTUDE INTERNATIONALE DE L'INONDATION DU BASSIN DE LA RIVIÈRE ROUGE

L'inondation de la rivière Rouge en 1997 a provoqué des dommages catastrophiques aux biens résidentiels, commerciaux, industriels, agricoles et publics dans une grande partie de la vallée de la rivière Rouge, dans les États du Minnesota et du Dakota du Nord ainsi que dans la province du Manitoba. On a pris urgemment d'importantes mesures de lutte contre les crues aux États-Unis et au Canada pour réduire l'ampleur des dommages. Toutefois, ces mesures, incomplètes et trop timides devant l'ampleur du sinistre, n'ont pas réussi à protéger de nombreuses petites localités, certaines zones rurales et l'infrastructure du transport en commun. En 1997, des inondations record ont frappé beaucoup d'endroits des deux côtés de la frontière internationale.

Le 3 mai 1997, le Premier ministre du Canada Jean Chrétien et le Président de É.-U. William Clinton ont convenu de la nécessité d'une approche internationale pour trouver des solutions à long terme aux crues du bassin de la rivière Rouge. Il a été demandé à la Commission mixte internationale (...) d'examiner les causes et les effets des inondations dans le bassin de la rivière Rouge et de formuler des recommandations sur les moyens de réduire, d'atténuer et de prévenir les dommages dus aux inondations futures dans le bassin de la rivière Rouge . La Commission doit produire, d'ici au 31 décembre 1997, un rapport intérimaire indiquant les mesures à mettre en place à court terme et un rapport final d'ici à la fin de décembre 1998.

L'étude de la Commission aura une envergure internationale : elle portera sur plusieurs organismes fédéraux et d'états du Canada et des États-Unis ainsi que sur les principaux intérêts locaux du bassin de la rivière Rouge. L'évaluation reposera sur des concepts généraux en utilisant la masse de renseignements recueillis et disponibles sur les crues passées et sur l'information la plus récente collectée pendant l'inondation de 1997. On a fixé des objectifs qui guideront l'évaluation concernant l'orientation, l'ampleur et les résultats.

La Commission a chargé un groupe de travail de coordonner l'étude. Le Groupe de travail consultera le public sur les besoins et les préoccupations et procurera, si possible, une base empirique pour formuler des recommandations sur la préparation, les interventions, la reprise et les mesures de réduction des risques en cas d'inondation dans le bassin de la rivière Rouge. On a cerné les points suivants à examiner :

1) Histoire, étendue et effets des inondations dans le bassin de la rivière Rouge. Comment l'inondation de 1997 se compare-t-elle aux événements antérieurs dans le bassin? Quels sont les risques d'inondations semblables ou plus importantes?

2) Inondations futures prévues dans le bassin de la rivière Rouge. Quels sont les effets potentiels des changements climatiques sur les risques d'inondation dans le basin et comment pourraient-ils toucher la planification et la gestion des eaux pour le bassin? Quels sont les effets potentiels de la variabilité climatique sur la fréquence, les pointes et la durée des crues?

3) Interventions d'urgence. Y a-t-il des leçons à tirer de cette inondation en ce qui concerne le leadership, la coordination et les ressources? Y a-t-il possibilité d'accroître la collaboration transfrontalière?

4) Phase de reprise. Les secours aux sinistrés répondent-ils aux besoins des personnes et des entreprises? Existe-t-il des incitatifs suffisants de réinstallation à l'extérieur des zones inondables à haut risque?

5) Efficacité des mesures de réduction des dommages causés par les inondations. Quelle a été l'efficacité des mesures (y compris les mesures permanentes et temporaires ainsi que les pratiques d'utilisation et d'aménagement des terres)? Existe-t-il des possibilités de réparation et/ou d'amélioration? Quelles sont les priorités?

6) Prévisions des inondations. Quelles améliorations s'imposent dans le domaine des prévisions des débits du courant et des niveaux? Les réseaux de données météorologiques et hydrologiques des deux pays sont-ils suffisants? Se complètent-ils? Quelle possibilité s'offre pour incorporer l'information télédétectée?

7) Modélisation hydraulique. Quelle est l'exactitude des cotes relatives à la vallée? Est-t-il possible de définir les conditions hydrauliques en débit de pointe? Si la base d'information et les techniques de modélisation sont inadéquates, quelles mesures faut-il prendre?

8) Utilisation des terres. Quels sont les effets de l'utilisation des terres et des changements qui y sont apportés (y compris le drainage) sur les inondations et l'atténuation des crues? En découle-t-il des effets transfrontaliers?

9) Santé humaine et environnement. Quelles sont les conséquences à court et à long terme? Quelles mesures peuvent être prises afin de diminuer les dégâts environnementaux (prévenir la contamination des eaux souterraines, p. ex.) et ainsi aider à atténuer les risques pour la santé physique et mentale des sinistrés? Quels dossiers sur la qualité des eaux se rapportent aux inondations?

10) Gestion de la plaine inondable. Quelles politiques et quels programmes sont en vigueur pour gérer l'utilisation des terres dans la plaine inondable? Quel est le degré et la valeur de l'application des lois et règlements, des incitatifs et des autres mesures de gestion pour réduire les risques de dommages aux biens, aux personnes et à l'environnement dans la plaine inondable? L'actuelle norme théorique de la crue centennale est-elle encore appropriée?

11) Synthèse et rapport final. Cette étude permettra de produire des données, des modèles et des travaux considérables qui faciliteront la future gestion de la plaine inondable de la vallée de la rivière Rouge. Il s'agit d'examiner les données et les renseignements existants, les pratiques de modélisation et de prévision et les ententes institutionnelles ainsi que de profiter des expériences et des leçons apprises de l'inondation du siècle pour fournir aux gouvernements des recommandations en vue de prendre des mesures pour réduire l'impact des crues dans la vallée de la rivière Rouge. Avant de finaliser son rapport en décembre 1998, la Commission tiendra des audiences publiques dans le bassin pour connaître les opinions des personnes et des organisations intéressées.

On peut obtenir de plus amples renseignements via Internet aux adresses suivantes :

Au Canada : redriver@achilles.net

Aux États-Unis : redriver@prairie.nodak.edu

 


Revised February 1, 2002
Maintained by GLRO, Commission@windsor.ijc.org



home