ANNEXE C
AUTRES PRÉOCCUPATIONS ET ENJEUX SOULEVÉS PAR LE PUBLIC

Les Parties à l'Accord reconnaissent « que le rétablissement et l'amélioration de la qualité des eaux limitrophes ne peuvent se faire indépendamment des autres éléments de l'écosystème du bassin des Grands Lacs avec lesquels ces eaux sont en interaction » (préambule). En plus des toxiques et des substances toxiques rémanentes, un certain nombre d'autres questions ont été portées à l'attention de la Commission. Nombre d'entre elles ont trait au paysage naturel du bassin, à la contamination biologique, aux éléments nutritifs et à la quantité d'eau.

  • Les préoccupations soulevées au sujet du paysage naturel ont trait à l'utilisation des terres, à l'altération des zones riveraines, à l'aménagement du bassin hydrographique et à l'étalement urbain. Ces facteurs exercent un effet nuisible sur les milieux humides, sur l'habitat de la faune aquatique et terrestre, notamment la perte de frayères et de zones d'alevinage pour les poissons des Grands Lacs ainsi que la perturbation et l'altération, peut-être permanente, de la chaîne alimentaire et de la biodiversité.
  • La contamination biologique comprend le problème de longue date des lamproies de mer, celui des moules zébrées, de la salicaire pourpre et de toute une gamme d'autres plantes et animaux qui ont également un impact sur la santé et l'intégrité de l'écosystème. Les programmes d'aquaculture et d'empoissonnement peuvent conduire à la contamination biologique.
  • Le surenrichissement concerne principalement l'excès de phosphore.
  • Les questions de quantité d'eau comprennent les utilisations de consommation, les dérivations et l'eau souterraine.

Les autres enjeux particuliers portés à l'attention de la Commission ont trait à l'exploitation minière, au forage pétrolier et gazier et à la récupération de billes de bois immergées. On a aussi exprimé des craintes au sujet de la nécessité de maintenir la biodiversité et la santé des communautés écologiques, qui peuvent être perturbées par un large éventail d'activités, y compris le génie génétique. La Commission tente de déterminer où et comment elle peut le mieux contribuer à la résolution de ces questions et préoccupations.

La Commission continue d'appuyer les programmes qui portent sur les espèces exotiques et sur les pratiques appropriées d'utilisation des terres. Elle reconnaît le lien entre ces facteurs de stress ainsi qu'avec la qualité de l'eau. Elle est aussi consciente que, en raison de la nature complexe de l'écosystème, les décisions prises pour résoudre le problème des substances toxiques rémanentes influeront aussi bien sur d'autres enjeux.