11e Rapport biennal -- Qualité de l'eau des grands lacs


Accueil  |  Table des matières  |  1er Chapitre  |  2e Chapitre  |  3e Chapitre  |  Autres questions  |  Signatures  |   Références  |  English

   

POUR DIFFUSION
9 h 30, le 12 septembre 2002

Les gouvernements fédéraux des États-Unis et du Canada font des progrès, mais l'assainissement des Grands Lacs n'est pas gagné

Dans son onzième rapport biennal sur la qualité de l'eau des Grands Lacs, la Commission mixte internationale (CMI) reconnaît qu'il y a nombre de programmes et d'activités en cours au Canada et aux États-Unis, mais trouve lents les progrès pour redonner aux eaux de l'écosystème du bassin des Grands Lacs leur intégrité chimique et biologique.

L'Accord entre le Canada et les États-Unis relatif à la qualité de l'eau dans les Grands Lacs vise à rétablir et à conserver l'intégrité chimique, physique et biologique des eaux de l'écosystème. Tous les deux ans, la CMI évalue les progrès en vue d'atteindre les objectifs de l'Accord.

Selon Dennis Schornack, « les objectifs que les les gouvernements se sont fixés en vue de restaurer les Grands Lacs n'ont pas été atteints. Des percées intéressantes ont été enregistrée, mais la progession est trop lente. L'assainissement des sédiments contaminés et la lutte aux espèces exotiques envahissantes sont deux questions prioritaires qu'il faudra traiter pour restaurer l'intégrité biologique et chimique de ce vaste écosystème.

« L'Accord a maintenant trente ans, et on progresse, mais lentement. Rien n'indique, d'après la nature et le rythme des activités actuelles, que les Grands Lacs seront assainis pour la prochaine génération » indique Herb Gray, président de la Section canadienne de la Commission mixte internationale. »

Le onzième rapport biennal sur la qualité de l'eau des Grands Lacs souligne la lenteur des progrès et formule des recommandations précises pour trois grands enjeux.

L'état des Grands Lacs

Peut-on, sans crainte, se baigner dans les Grands Lacs, en manger les poissons et en boire l'eau? Les habitants du bassin ont besoin de réponses à ces questions, parce que ce sont là les trois principaux usages qu'ils font des lacs. Surveiller les lacs et établir des informations fiables est important, afin de savoir si les programmes pour rétablir et préserver la santé des Grands Lacs fonctionnent. Rendre ces informations accessibles au public est également important, parce que les enjeux ont des répercussions sur les utilisations humaines et sur la santé de l'écosystème.

L'enjeu des sédiments contaminés et de leurs impacts sur la santé humaine

Un grand enjeu de la restauration des Grands Lacs est le nettoyage des grandes quantités de sédiments contaminés qui jonchent le fond de beaucoup de nos ports urbains, affluents et zones à proximité des rives. Sans un vaste effort d'assainissement, la restauration ne se fera pas en l'espace d'une génération. Une masse convaincante de recherches scientifiques montre que les toxiques s'accumulent chez les humains qui mangent certains poissons des Grands Lacs, et que cette exposition peut porter de graves atteintes à la santé.

L'enjeu des espèces exotiques envahissantes

Les Grands Lacs sont constamment menacés d'invasions par des espèces allogènes susceptibles de nuire énormément à l'écosystème et à l'économie du bassin, davantage même que les tristement célèbres moule zébrée et lamproie. Il nous faut agir maintenant, parce que les espèces entrées par les États-Unis ou le Canada dans cet écosystème d'eau douce, une fois implantées, ne peuvent être éradiquées.

Autres enjeux importants

Dans son onzième rapport biennal, la CMI présente aussi des observations sur plusieurs questions qui préoccupent dans le bassin. La CMI vise à soutenir le dialogue entre les États-Unis et le Canada et avec eux sur ces questions très importantes et cherche des solutions acceptables. Les enjeux englobent : le nettoyage des secteurs préoccupants, les concentrations de phosphore dans les lacs, le dragage, les toxiques aéroportés, les eaux souterraines contaminées, la recherche-développement, le Programme binational du lac Supérieur, les questions nucléaires et les produits chimiques non surveillés.

La Commission mixte internationale est un organisme binational créé par le Traité des eaux limitrophes de 1909 pour aider les gouvernements à empêcher les conflits concernant les eaux le long de la frontière canado-américaine. Selon l'Accord relatif à la qualité de l'eau des Grands Lacs, la CMI évalue la pertinence et l'efficacité des programmes et les progrès réalisés pour rétablir et conserver la santé des Grands Lacs et présente ses conclusions et ses recommandations aux gouvernements tous les deux ans.

Des images et graphiques reliés aux sujets traités dans le 11e Rapport biennal seront disponibles le 12 septembre à partir du site Internet de la CMI.

Les conférences de presse de Toronto, Ontario, et de Washington, DC, seront diffusées sur Internet à 9h30 (HNE) le 12 septembre 2002. Veuillez visiter le site Internet de la CMI pour obtenir plus d'information.

-30-

Pour renseignements, prière de communiquer avec :

Windsor et Detroit : Jennifer Day 519 257-6733 ou 313 226-2170
Washington (D.C.) : Frank Bevacqua 202 736-9024
Ottawa : Fabien Lengellé 613 995-0088