8.2.5Recommandations — Nécessité d’effectuer
des recherches sur les contaminants chimiques
non contrôlés
Pour parvenir à une meilleure compréhension de l’étendue
du problème que représentent les produits chimiques
bioactifs dans les eaux des Grands Lacs, il faudra agir dans
trois domaines majeurs :
prêter une plus grande attention au problème pour faire
en sorte que l’on dispose d’une meilleure évaluation de
l’état actuel de ces substances ;
disposer d’une meilleure compréhension du devenir de
ces substances dans le sol, dans les sédiments et au sein
des systèmes aquatiques ;
évaluer leur activité pharmacologique et toxicologique
afin d’évaluer les risques auxquels on s’expose à leur
des polluants organiques des eaux usées couvrant 139 cours
contact dès que l’on comprendra la concentration de
d’eau dans 30 États (USGS, 2000), les études de résistance
ces substances.
antimicrobienne des Centers for Disease Control and
Prevention, et l’Initiative canadienne de recherche sur les
Recommandations du Conseil à la CMI
substances toxiques, qui évalue l’occurrence et la concentra-
tion des médicaments vendus sur ordonnance et disponibles
Que la CMI recommande aux parties de faire
en vente libre dans les effluents des usines de traitement des
effectuer les types de recherche et de contrôle
eaux usées (Metcalf et al., 2002). Le laboratoire de recherche
suivants :
de l’environnement des Grands Lacs de la National Oceanic
-
vérification de la présence de ces produits
and Atmospheric Administration poursuit des travaux de
chimiques dans les eaux usées et les effluents
recherche sur les eaux de ballast qui comprennent des
des usines de traitement des eaux ;
analyses d’échantillons d’eau de ballast pour rechercher des
-
compilation des niveaux actuels de concentra-
agents pathogènes. L’Institut national de recherche sur les
tion de ces produits dans l’eau afin de les
eaux du Canada, en collaboration avec des institutions
comparer à des valeurs étalonnées ou à des
universitaires, mène présentement des recherches sur
seuils de toxicité, et détermination de ces
l’application de techniques de repérage de sources micro-
seuils s’ils ne sont pas encore connus ;
biennes (résistance antimicrobienne et rep-PCR) pour
-
recherche et détermination de l’existence
déterminer les sources de contamination fécale et de
d’indicateurs biotiques des effets ou de la
pollution par des agents pathogènes dans les Grands Lacs, et
présence de ces produits chimiques ;
effectue une étude des eaux souterraines, des effluents
-
réalisation d’analyses expérimentales sur la
d’usines de traitement des eaux usées, ainsi que des usines
durée de la dégradation de ces produits
de traitement d’eau potable pour déterminer les niveaux de
chimiques dans des conditions naturelles ;
concentration de produits pharmaceutiques. Tous ces efforts
-
étude des processus de traitement de l’eau
doivent être reconnus, subventionnés et endossés entière-
potable et des eaux usées pour déterminer s’ils
ment.
peuvent être modifiés afin de réduire les
quantités de ces produits chimiques qui s’y
Les travaux entrepris afin de documenter la présence et la
trouvent ou de les faire disparaître.
concentration d’agents pathogènes, de produits pharmaceu-
tiques et de polluants chimiques non réglementés ne
représentent qu’un tout premier pas pour en évaluer les
En résumé, les problèmes reliés aux agents pathogènes et
risques pour la santé humaine. Il faudra en faire beaucoup
ceux reliés aux nouveaux produits chimiques contaminants
plus si l’on veut procurer aux décideurs politiques les
sont pratiquement les mêmes : ils sont tous présents dans
connaissances nécessaires pour déterminer si des agents
l’environnement, ne sont pas réglementés et pourraient
pathogènes et des polluants chimiques non réglementés
constituer des risques pour la santé. Des travaux novateurs
sont présents en quantités dangereuses et pour y appliquer
ont été effectués récemment aux États-Unis et au Canada à
la réaction appropriée. Il faut donc poursuivre les recherches
partir d’études sur la concentration de produits pharmaceu-
pour connaître l’occurrence des agents pathogènes et des
tiques et d’autres polluants organiques. Parmi eux, notons
nouveaux polluants chimiques, leur devenir et leur circula-
l’inventaire national du programme hydrologique des
tion dans l’environnement, les risques qu’ils présentent pour
substances toxiques de la United States Geological Survey,
la population et si ces risques peuvent être corrigés par un
une étude des produits pharmaceutiques, des hormones et
traitement approprié de l’eau potable et des eaux usées.
154