8.2.4
Recommandations – Nécessité d’effectuer
des recherches sur les agents pathogènes
Il est clair que les agences responsables de la santé
publique dans la région des Grands Lacs et ailleurs
On ne dispose pas d’information suffisante sur l’occurrence,
la répartition, le transport, la rémanence ou l’écologie des
doivent  multiplier  les  efforts  pour  identifier  et
agents pathogènes dans les Grands Lacs. Les méthodes de
contrôle qui reposent sur les indicateurs bactériens de
quantifier les dangers potentiels que présentent les
pollution fécale ne donnent que peu ou pas d’information
produits chimiques et les agents pathogènes non
sur la présence d’agents pathogènes tels que les virus, les
8.2
protozoaires ou les bactéries non fécales qui pourraient être
contrôlés  dans  les  eaux  utilisées  pour  la
présents dans les eaux des Grands Lacs et qui pourraient
consommation humaine ou la récréation.
affecter la santé humaine. En dépit de quelques travaux
réalisés sur des sites spécifiques aux États-Unis, on ne dispose
que de très peu d’information sur la prévalence, la répartition
les sources et la rémanence des agents pathogènes pour
des occurrences majeures d’affections d’origine hydrique
l’ensemble des Grands Lacs, d’oť le besoin d’accroître la
survenues entre 1971 et 1998, et contractées dans les eaux
recherche à leur sujet.
de recréation ou par l’eau potable aux États-Unis était causé
par une gastroentérite aiguë d’étiologie inconnue(CDC
Recommandations du Conseil à la CMI 
2000). Une situation semblable prévaut au Canada.
Que la CMI recommande aux Parties d’effectuer les
Les Grands Lacs subissent des stress environnementaux
types de recherches et de contrôles suivants :
semblables à ceux que connaissent d’autres grandes masses
-
détermination de la prévalence des agents
d’eau affectées par le développement urbain, l’agriculture et
microbiens pathogènes entériques spécifiques et
l’action de divers secteurs industriels. Plusieurs secteurs
des toxines microbiennes comme les toxines des
d’activité ont un impact sur le type, la prévalence et la
cyanobactéries dans les Grands Lacs ;
persistance des pathogènes dans les Grands Lacs, incluant
-
identification des sources d’agents pathogènes
des opérations comme le commerce maritime international,
microbiens contaminant les eaux destinées à la
l’agriculture, les industries de transformation alimentaire,
consommation humaine ou à la récréation, telles
l’étalement urbain menant à un accroissement des eaux de
les eaux de ballast des navires, les effluents des
ruissellement, les perturbations atmosphériques extrêmes
usines de traitement des eaux, les eaux de
reliées au changement climatique et l’augmentation de la
ruissellements pluviales ou agricoles, les eaux
baignade et de la navigation de plaisance. Quelques-uns de
grises et noires des navires et les fosses septi-
ces secteurs d’activité peuvent mener à l’introduction de
ques ;
nouveaux agents pathogènes possédant des caractéristiques
-
développement de tests et de procédures
génétiques uniques, incluant, peut être, la résistance à tout
d’échange d’information pour faciliter l’identifi-
un éventail d’antibiotiques.
cation d’agents pathogènes dans les échantillons
environnementaux et harmonisation de ces
Malgré l’amélioration de l’hygiène publique et du traitement
données afin de les comparer à celles des
des eaux au cours du siècle dernier, les risque d’atteintes à la
rapports de flambées épidémiques ;
santé associés à l’exposition aux agents pathogènes et aux
-
étude de l’écologie environnementale des agents
produits chimiques dans les Grands Lacs pourraient bien
pathogènes dans les réseaux aquatiques pour
être en croissance. La combinaison de trois facteurs pourrait
identifier des façons d’affecter leur distribution
rendre les humains plus vulnérables à la pollution micro-
et leur cycle vital avant qu’ils ne puissent
bienne.
entraîner de pathologies chez l’humain ;
Le risque accru de l’exposition à de nouveaux agents
-
détermination du rôle de l’exposition à l’eau
pathogènes résultant de l’augmentation du commerce
dans un contexte récréatif et professionnel par
international – eaux de ballast, nourriture, immigration.
rapport au développement de maladies gastro-
L’évolution de la résistance microbienne aux antibioti-
intestinales, et identification des facteurs de
ques à cause de la généralisation de leur utilisation.
risque ;
Le nombre accru d’individus ayant un système immuni-
-
mise au point de priorités et de stratégies
taire déficient causé par le VIH, le lupus, l’utilisation de
correctrices telles que la vidange appropriée des
médicaments immunosuppresseurs chez les receveurs
eaux de ballast ou des eaux grises ou noires à
de greffes d’organes, etc.
partir de l’identification des facteurs de risque ;
-
détermination de la prévalence et de la réma-
Il est clair que les agences responsables de la santé publique
nence de ces agents pathogènes, avant ou après
dans la région des Grands Lacs et ailleurs doivent multiplier
des phénomènes climatiques extrêmes, et
les efforts pour identifier et quantifier les dangers potentiels
comme résultante des changements climatiques
que présentent les produits chimiques et les agents pathogè-
à long terme, par exemple, la baisse de niveau
nes non contrôlés dans les eaux utilisées pour la consomma-
des lacs ou une augmentation de la température.
tion humaine ou la récréation.
153