7.6
PATHOGéNES D’ORIGINE HYDRIQUE DANS LES GRANDS LACS :
BESOINS ACTUELS ET NOUVEAUX EN MATIéRE D’ÉVALUATION DES RISQUES ET SOLUTIONS
7.6.1
Information
1974 et de la Clean Water Act, une loi de 1977 modifiant la
Federal Water Pollution Control Act de 1972. Bien qu’on
L
a salubrité des approvisionnements en eau est un des
déplore souvent l’absence de lien entre ces deux lois qui
fondements de la santé publique et communautaire,
n’examinent pas le cycle hydrologique dans son ensemble, les
qui fut mis en lumière lorsque John Snow a démontré
approches communes en matière de protection des bassins
que l’exposition à de l’eau polluée contribuait à la manifesta-
hydrographiques, de même que l’utilisation de données basées
tion de maladies d’origine hydrique dans la population
sur la science et sur les risques et l’approfondissement des
(Vinten-Johansen et al., 2003). Alors que le choléra et la
connaissances dans le but de protéger la santé
typhoïde furent les préoccupations sanitaires des XIXe  et
environnementale et humaine, ont contribué à établir des
XXe siècles, les pays développés font face, en ce début du
rapprochements entre ces lois. Les contaminants microbiens
XXIe siècle, à de nouveaux défis, dont l’émergence et la
(pathogènes d’origine hydrique) ont souvent été exclus des
résurgence de bactéries, de parasites et de virus. Au début du
programmes d’évaluation et de protection de la qualité de
siècle, l’apparition de maladies infectieuses d’origine
l’eau, lesquels ont ciblé plutôt les contaminants chimiques. Or
hydrique dans les grandes villes de l’ensemble des Grands
dans 60 p. 100 des cas, la dégradation des eaux utilisées à des
Lacs, ainsi que la menace que laissait planer la pollution d’un
fins récréatives est due au dépassement d’indicateurs bacté-
côté de la frontière pour la santé publique de l’autre pays, ont
riens fécaux, et des risques connus pour la santé ont été
entre autres mené à la ratification du Traité des eaux limitro-
associés à une exposition à des pathogènes d’origine hydrique.
phes de 1909.
Santé Canada participe à un certain nombre d’activités liées à
De même, parmi les principales préoccupations qui ont mené
la qualité de l’eau au Canada, dont l’élaboration des Recom-
à la négociation et à la signature de l’Accord relatif à la
mandations pour la qualité de l’eau potable au Canada et des
qualité de l’eau dans les Grands Lacs de 1972 figuraient les
Recommandations au sujet de la qualité des eaux utilisées à
maladies causées par des agents microbiologiques. Bien que
des fins récréatives au Canada. Les Recommandations pour la
la majeure partie des travaux réalisés en vertu de l’Accord
qualité de l’eau potable au Canada sont établies en collabora-
relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs de 1978,
tion avec les provinces, les territoires et d’autres ministères
par la suite modifié par le Protocole de 1987, aient porté sur
fédéraux, par l’entremise du Comité sur l’hygiène du milieu et
les substances toxiques persistantes, le CCS est conscient de
du travail. Santé Canada a aussi collaboré avec ce comité à la
la responsabilité permanente qu’il a de conseiller la CMI sur
production du document De la source au robinet, lequel
l’état des recherches sur les agents microbiologiques. À la 27
propose une stratégie à « barrières multiples Č pour assurer la
réunion du Groupe de travail sur la santé de l’écosystème qui
salubrité des approvisionnements en eau potable. Et bien que
s’est tenue à Windsor le 13 novembre 2002, Tom Edge, de
les pratiques de gestion optimales qui y sont proposées
l’Institut national de recherche sur les eaux de Burlington
portent sur la qualité de l’eau potable, l’approche préconisée
(Ontario), a justement traité de l’avancement des recherches
pour protéger les sources d’approvisionnement en eau peut
sur les questions pressantes en microbiologie.
aussi s’appliquer aux eaux utilisées à des fins récréatives.
Selon de récentes statistiques des Centers for Disease
Santé Canada a relevé un certain nombre de lacunes dans les
Control, les poussées épidémiques de maladies d’origine
recherches sur les pathogènes préoccupants pour la santé
hydrique, associées aux eaux récréatives et à la consomma-
humaine dans les Grands Lacs, notant entre autres qu’il faut
tion d’eau potable,  sont en hausse aux États-Unis (Lee et al.,
chercher à mieux comprendre les sources de pathogènes, leur
2002) et ce, malgré les nouvelles règles et les nouveaux
prévalence et leur distribution pour être en mesure d’élaborer
règlements régissant les eaux. Les poussées épidémiques de
des stratégies d’assainissement.
maladies d’origine hydrique sont également une préoccupa-
tion croissante au Canada (Edge et al., 2001), en particulier
La question des nouveaux pathogènes retient beaucoup
depuis les récents foyers qui se sont déclarés à Walkerton
l’attention ces derniers temps, et un grand nombre de facteurs
(Ontario) et à North Battleford (Saskatchewan). Cependant,
ont été invoqués pour expliquer cette « émergence Č appa-
on ne possède aucune estimation quant à l’ampleur des
rente de pathogènes, dont les suivants :
maladies endémiques d’origine hydrique dans la région des
Sensibilité ou vulnérabilité des populations : Nos commu-
Grands Lacs.
nautés comptent de plus en plus de personnes âgées et
immunodéprimées (greffés, sidéens), sans parler des
Aux États-Unis, l’Environmental Protection Agency est
diabétiques, des bébés et des femmes enceintes, qui tous
l’organisme fédéral chargé de la protection et de la réglemen-
peuvent être plus sensibles aux effets sérieux (Gerba et al.,
tation des eaux en vertu de la Safe Drinking Water Act de
1996).
134