6.3
EXAMEN DE LA NAVIGATION DANS LE BASSIN DES GRANDS LACS
C
er
Le 1
’est pour plusieurs raisons que le U.S. Army Corps of
mai 2003, comme suite aux discussions tenues entre
Engineers a entrepris un examen de la navigation
des représentants des États-Unis et du Canada, les deux
dans le système des Grands Lacs, notamment :
parties ont signé un mémoire de coopération pour assurer le
mandat émis en 1999 par la Water Resources Development
maintien de la Voie maritime du Saint-Laurent et des Grands
Act des États-Unis; accroissement de l’activité économique et
Lacs. Cette entente facilitera la collaboration entre le
commerciale; infrastructure vieillissante de la Voie maritime
Department of Transportation des États-Unis et Transports
du Saint-Laurent; l’importance économique soutenue de la
Canada sur une étude détaillée du transport sur la voie
région des Grands Lacs, particulièrement à la lumière de la
navigable. L’étude portera précisément sur les éléments
capacité restreinte du réseau d’écluses actuel de répondre
suivants [TRADUCTION] :
aux besoins en transport maritime international. Le 24 avril
« identification des facteurs et des tendances touchant
2002, le Corps of Engineers a publié l’ébauche de son
les industries du transport maritime domestique et
rapport intitulé Great Lakes Navigation System, Reconnais-
international;
sance Report.
« évaluation des besoins actuels et futurs en matière de
transport sur la voie navigable;
Après examen et révision, le rapport a été approuvé le 13
« évaluation de la fiabilité et des conditions de la voie
février 2003 à titre de document de base servant à étudier
navigable, dont les cožts et les avantages du maintien de
davantage la nécessité d’appuyer une décision du gouverne-
l’infrastructure actuelle;
ment fédéral des États-Unis de procéder ou non à des études
« évaluation des facteurs environnementaux, techniques
de faisabilité. Les responsables ont cependant déterminé
et économiques liés aux besoins actuels et futurs de la
qu’il faudrait obtenir de plus amples renseignements avant
voie maritime des Grands Lacs et du Saint-Laurent et de
de prendre une décision quant au lancement d’une étude de
l’infrastructure de transport sur laquelle la voie mari-
faisabilité. Un supplément au rapport préliminaire compren-
time dépend. Č
dra une évaluation des conditions de base de l’environne-
ment, des caractéristiques techniques et des conditions
L’examen nécessitera également une étroite collaboration
économiques, de même que des consultations du public et
avec le U.S. Army Corps of Engineers, la Corporation de
des activités de coordination.
gestion de la Voie maritime du Saint-Laurent (du Canada) et
la St. Lawrence Seaway Development Corporation (du
Department of Transportation des États-Unis).
On  se  préoccupe  de  la  possibilité  que  des
On se préoccupe de la possibilité que des changements à
l’infrastructure de la Voie maritime du Saint-Laurent aient un
changements à l’infrastructure de la Voie maritime
impact négatif sur la qualité et l’intégrité environnementales
du  Saint-Laurent  aient  un  impact  négatif  sur  la
de l’écosystème du bassin des Grands Lacs. Voici quelques-
unes des préoccupations soulevées : accès accru et habitat
qualité  et  l’intégrité  environnementales  de
plus invitant pour les espèces étrangères envahissantes;
exposition, dragage et rejet accrus de sédiments contaminés;
l’écosystème du bassin des Grands Lacs.
érosion des rivages; modification du niveau d’eau des lacs,
ce qui pourrait avoir une incidence sur la température de
l’eau et l’habitat du poisson. Le Conseil de la qualité de l’eau
des Grands Lacs fait donc le suivi de la situation au fur et à
mesure que l’étude pluriannuelle progresse et tiendra la CMI
au courant des changements. On peut suivre l’évolution de
l’étude en consultant le site web suivant :  http://
www.lre.usace.army.mil/glnav/index.htm.
120