Des épidémies de botulisme de type E ont frappé la popula-
d’algues bleu-vert. Les concentrations de phosphore dans
tion de poissons des Grands Lacs à plusieurs reprises :
l’eau du bassin central et du bassin ouest ont semblé
portion sud du lac Huron (1998-1999); portions ouest et
diminuer entre 1990 et 1995, mais ils ont augmenté de
centre du lac Érié (1999-2000); portion est du lac Érié (2000-
nouveau par la suite. Il ne s’agit pas de changements
2002); lac Ontario (2002).  Dans le cas de la portion est du
unidirectionnels : ceux-ci reflètent plutôt les changements
lac Érié, un certain nombre d’espèces de poissons ont été
causés par l’accroissement rapide et les fluctuations subsé-
touchées, de même que le necture tacheté (espèce benthi-
quentes de la population de moules Dreissena.
que). En termes du nombre d’oiseaux et d’espèces touchés
par la maladie, le U.S. Geological Survey a déterminé que la
Depuis longtemps, on mesure l’état trophique du lac Érié
plus grande épidémie de botulisme avien a eu lieu dans la
par la réduction de l’oxygène dans l’hypolimnion, qui peut
portion est du lac Érié en 2002, ce qui coïncide avec
mener à la formation d’une « zone morte Č anoxique. Bien
l’épidémie remarquée chez le poisson. Environnement
qu’il y ait lieu de se préoccuper des changements dans cet
Canada a étudié les cas de botulisme le long de la côte nord
important outil de mesure, le CQEGL a reçu l’instruction de
du lac Érié.
ne pas s’alarmer par des niveaux peu élevés d’oxygène
dissout dans l’eau. En raison de ses caractéristiques naturel-
L’État de New York a mené des études sur le taux de morta-
les, le bassin central du lac Érié a toujours éprouvé, à
lité des poissons et sur le moment de leur mort. Le botu-
l’occasion, des problèmes d’anoxie, dont la sévérité dépend
lisme de type E existe depuis longtemps, alors qu’est-ce qui a
de l’épaisseur de l’hypolimnion. Ce sont les conditions
provoqué soudainement une épidémie massive de la
atmosphériques – la température et les tempêtes – qui en
maladie? Dans le cadre des études sur les relations de cause à
déterminent l’épaisseur. La taille et le maintien de la « zone
effet, l’État a étudié l’évolution récente de l’écosystème du
morte  Č ne peuvent pas servir à évaluer la réussite ou
lac Érié, comme la baisse de productivité, l’accroissement de
l’échec des politiques et des programmes de réduction de la
la limpidité de l’eau (changements relatifs à la répartition du
charge de phosphore mis sur pied dans les années 1970.  Ces
poisson) et la présence d’espèces étrangères envahissantes
programmes ont contribué à l’élimination des conditions
(les moules Dreissena zébrées et quagga ainsi que les gobies
anoxiques dans les secteurs riverains et dans le bassin ouest
à taches noires). Il semble y avoir un lien entre les épidémies
du lac Érié, de même qu’à l’amélioration des conditions dans
de botulisme de type E et la présence et l’abondance de
le bassin central. Cependant, il pourrait être irréaliste de
gobies à taches noires. Environnement Canada signale que
gérer les charges de phosphores en vue d’éliminer complète-
les changements naturels mais subits dans la température de
ment l’anoxie dans le lac Érié.
l’eau peuvent entraîner la mortalité chez le poisson, ce qui,
combiné à d’autres facteurs, peut créer des conditions
Le CQEGL signale que d’autres cas d’anoxie ont été décelés
propices au déclenchement d’une épidémie. Toutefois, les
dans de plus petits lacs intérieurs.
épidémies de botulisme de type E n’ont probablement rien à
voir avec la question de l’anoxie de l’hypolimnion dans le
bassin central.
6.2.3
Épidémie de Botulisme de type E
– Constatations
La réalisation de recherches sur l’évolution des toxines dans
la chaîne alimentaire et sur les raisons pour lesquelles
La bactérie Clostridium botulinum est considérée comme
certaines espèces sont grandement touchées, tandis que
une importante cause de mortalité depuis le début des
d’autres espèces semblables le sont à peine, est un élément
années 1900. Elle est classée en sept différents types, selon
clé de la prestation de conseils sur la gestion et les politi-
les caractéristiques des neurotoxines qu’elle produit. Le
ques. Les chercheurs reconnaissent les rôles essentiels joués
décès survient après l’ingestion de la toxine. Le botulisme de
par l’hôte de la bactérie, les agents et l’environnement. Ils
type C et de type E se trouve naturellement dans des
cherchent à trouver des indices quant à la source de la toxine
environnements anaerobies. On retrouve le botulisme de
et le mode de transfert auprès des gobies, des moules
type C dans le gibier d’eau du monde entier, tandis que le
zébrées, du poisson, du gibier et des larves. Les études en
botulisme de type E se retrouve dans les oiseaux piscivores
cours portent sur les questions suivantes :
des Grands Lacs. Les spores peuvent demeurer dans
l’écosystème pendant des années et résistent bien aux
Oť se trouvent les conditions anoxiques favorisant la
températures extrêmes et à la sécheresse.
germination des spores et la production subséquente de
la toxine?
En absence d’oxygène, s’il y a une source adéquate d’élé-
Quel est le lien clé qui unit les poissons aux dreissenids
ments nutritifs, des conditions atmosphériques favorables et
ou à d’autres invertébrés?
l’acidité requise, les spores peuvent germiner et entraîner la
Quel est le rôle des sédiments de fond?
croissance végétative des cellules bactériennes. Les toxines
La bactérie provient-elle des Grands Lacs ou d’une
botuliniques sont seulement produites au cours de la
espèce étrangère envahissante?
croissance végétative. L’étiologie du botulisme est bien
définie; on en connaît très bien les signes cliniques, et des
Des études sont également en cours pour déterminer les
tests de diagnostic de l’empoisonnement ont déjà été
risques pour la santé humaine du botulisme de type E. Ces
conçus.
risques peuvent résulter de la consommation du poisson,
118