acceptable? Comment l’Accord relatif à la qualité de l’eau
jugement scientifique des gestionnaires des ressources et des
dans les Grands Lacs protégera-t-il ou maintiendra-t-il
biologistes. On peut observer de nouveaux effets à différents
l’intégrité biologique visée, si l’on néglige de définir la
niveaux de la structure biologique, du niveau cellulaire à
condition visée? Pour répondre à ces questions, les États-
l’écosystème, mais la plupart de ces effets sont d’abord
Unis et le Canada doivent avoir une vision partagée des
observés dans les organismes. Des enquêtes systématiques
Grands Lacs, et cette vision doit être appuyée par des
sont en cours à une échelle restreinte dans les Grands Lacs.
objectifs de gestion à long terme. Par exemple, on pourrait
Il s’agit d’enquêtes restreintes, puisqu’elles sont menées à
établir des démarches binationales intégrées de gestion de la
court terme et qu’elles s’appliquent à des espèces et à des
qualité de l’eau, répondant à des exigences de base (comme
emplacements déterminés. Dans l’avenir, de nouvelles
les éléments nutritifs,  les contaminants et l’utilisation du
techniques, comme la toxicogénomique regroupant
sol), en vue d’adopter intégralement la démarche fondée sur
plusieurs disciplines – dans ce cas-ci, les Relations quantitati-
les écosystèmes décrite dans l’Accord relatif à la qualité de
ves entre la structure et l’activité et le potentiel de toxicolo-
l’eau dans les Grands Lacs de 1978. Par exemple, on pourrait
gie – pour que les scientifiques acquièrent le pouvoir de
viser, comme objectif de gestion à long terme, la restitution
prédiction en vue de prévoir les nouveaux effets de façon
des prédateurs de niveau trophique supérieur, à titre
plus précise.
d’indicateur principal de la viabilité.
L’imposante superficie des Grands Lacs rend ceux-ci
Nouvelles politiques
vulnérables au dépôt atmosphérique de nouveaux agresseurs
chimiques, et leur grand volume, ces substances pourraient y
Depuis l’entrée en vigueur de l’Accord relatif à la qualité de
rester longtemps.
l’eau dans les Grands Lacs de 1972, l’établissement des
politiques a été fondé sur trois démarches itératives : les
Deux questions centrales sont ressorties des discussions sur
années 1970 ont marqué l’adoption de la réglementation, les
la façon dont on peut se parer aux effets. Elles peuvent être
années 1980 ont marqué l’introduction de la notion de
résumées comme suit :
prévention de la pollution, et les années 1990 ont été
caractérisées par l’intégration des décisions économiques et
Oť se trouve le juste milieu entre les efforts en vue de
environnementales ainsi que par l’établissement de protoco-
prévoir les nouveaux effets et l’approfondissement des
les globaux. Depuis la fin des années 1990, l’émergence du
connaissances et de la compréhension des effets déjà
principe de prudence a entraîné l’adoption d’une nouvelle
connus?
démarche visant à traiter des cas oť les décisions ne peuvent
Quel type d’engagement scientifique et de programme
pas être fondées sur des notions scientifiques.
devra-t-on établir pour veiller à ce que les deux pays
fassent preuve de diligence au cours de l’identification
Une plus grande collaboration entre le Canada et les États-
d’éventuels nouveaux effets dans le cadre de leur
Unis serait salutaire dans plusieurs domaines; c’est pourquoi
objectif global de protection des Grands Lacs?
la région des Grands Lacs doit devenir le chef de file à ce
chapitre. Voici quelques-unes des plus importantes politi-
Évolution de l’écologie des Grands Lacs
ques : politique agricole axée sur l’usage du fumier et le
contrôle des pesticides; gestion des espèces étrangères
Les écosystèmes résistent généralement aux changements à
envahissantes; contrôle amélioré des éléments nutritifs;
la suite de perturbations externes, ce qu’on appelle l’ho-
émission de produits chimiques; restauration du paysage.
méostasie. Cependant, les Grands Lacs ont subi d’importants
Mais malgré cette liste, et malgré l’importance grandissante
changements écologiques au cours des 200 ans d’exploita-
des politiques multilatérales globales touchant les Grands
tion humaine dans le bassin, et aujourd’hui, les scientifiques
Lacs, il n’existe pas de mécanisme institutionnel à l’égard de
en sont venus à « prévoir l’imprévisible Č. La croissance de la
l’élaboration de politiques ou la conclusion d’ententes qui
population et ses répercussions ont mené à une grande
soit efficace à l’échelle binationale pour traiter des politiques
augmentation du type et de l’ampleur des agresseurs,
à établir pour les Grands Lacs.
comme : charges d’éléments nutritifs,  charges de sédiments,
charges de produits chimiques synthétiques, destruction des
zones  humides, nouveaux microbes, modification des
5.2.3
Difficultés à venir
régimes thermiques, arrivée d’espèces exotiques, pratiques
d’empoissonnement et de pêche, et retrait et détournement
Un fait intéressant est ressorti des discussions : aucune
de l’eau. Bien que ces agresseurs aient eu un certain impact
menace entièrement nouvelle pour les Grands Lacs n’a été
initial, la réduction de leur sévérité pourrait expliquer les
décelée. C’est peut-être dž à la présence de mécanismes à
conditions de restauration qui semblent avoir préséance
jour pour identifier efficacement les nouvelles menaces et au
dans les Lacs.
fait que les problèmes à venir dans les Grands Lacs seront le
prolongement ou la permutation de problèmes déjà connus,
Malgré la restauration remarquée, l’écosystème du bassin des
ce qui peut être principalement expliqué par notre incapa-
Grands Lacs a évolué bien au-delà de son état naturel
cité, à l’heure actuelle ou dans le passé, de régler ces
d’auparavant. Si l’on accepte le fait que les Grands Lacs ne
problèmes efficacement.
reviendront jamais au point oť ils étaient avant l’industriali-
sation, quelle condition est maintenant atteignable ou
108