Rapport du Conseil consultatif scientifique des Grands Lacs
5.1
INTRODUCTION
5.1
L
e mandat du Conseil consultatif scientifique des Grands
l’Accord relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs.
Voici quelques-uns des sujets de discussion traités : nou-
Lacs (CCSGL) s’étend également aux aspects scientifi
veaux agresseurs non chimiques; nouveaux produits
ques des « nouveaux enjeux Č, ce qui comprend les
chimiques; nouveaux effets; évolution de l’écologie des
questions nouvellement incluses dans les politiques
Grands lacs; nouvelles politiques.
gouvernementales ainsi que les questions qui y sont déjà
mais dont le fond, la portée ou l’importance ont changé. Le
point central de cette activité prioritaire pour la période
L’un des points tournants de la réunion d’experts était la
bisannuelle de 2001-2003 était la tenue d’une réunion
reconnaissance des dimensions des nouveaux enjeux, des
d’experts, en collaboration avec d’autres groupes de la CMI
points de vue organisationnel et politique. On a documenté
mis sur pied dans le cadre de l’Accord relatif à la qualité de
les besoins de recherche, de supervision et d’analyse de
données liés à l’identification des nouveaux enjeux, mais on
l’eau dans les Grands Lacs (soit le Conseil de la qualité de
a remarqué que les exercices scientifiques ne peuvent être
l’eau des Grands Lacs, le Conseil des directeurs de recherche
efficaces que lorsqu’ils sont menés dans le cadre d’ententes
des Grands Lacs et le Conseil consultatif international sur la
organisationnelles favorisant leur application dans le
qualité de l’air, Environnement Canada, la U.S.
processus décisionnel. À cette fin, plusieurs recommanda-
Environmental Protection Agency et la Johnson Foundation).
Voici quelques-uns des objectifs : définition des questions
tions obligatoires ont été formulées. Le respect de ces
importantes, en vertu de l’Accord relatif à la qualité dans les
recommandations est primordial pour la mise en
Grands Lacs, pour les 25 prochaines années; tenue de
application,  selon une démarche scientifique, de
discours binationaux entre d’éminents scientifiques cana-
l’Accord relatif à la qualité de l’eau dans les Grands
Lacs. Celui-ci doit faire l’objet d’un examen complet et
diens et américains; élaboration d’initiatives précises pour
être modifié de façon à refléter la vision actuelle en
veiller à ce que des progrès soient réalisés dans le cadre de
matière d’objectifs, de priorités et d’ententes organisa-
tionnelles.
À cette fin, plusieurs recommandations obligatoires
Pour assurer la mise en application de l’Accord relatif à la
qualité de l’eau dans les Grands Lacs, il faut un plus grand
ont  été  formulées.  Le  respect  de  ces
degré de responsabilisation, des points de repère pour
recommandations  est  primordial  pour  la  mise  en
mesurer les progrès réalisés et un calendrier de mise en
oeuvre ambitieux, qui reflète l’urgence des efforts de
application,  selon une démarche scientifique, de
restauration et de protection de l’écosystème du bassin des
l’Accord relatif à la qualité de l’eau dans les Grands
Grands Lacs. De plus, il faut également établir un système
scientifique binational d’aide à la prise de décisions,
Lacs. Celui-ci doit faire l’objet d’un examen complet
comportant des composants obligatoires de surveillance et
et être modifié de façon à refléter la vision actuelle
de gestion de l’information. Il faut également des mécanis-
mes organisationnels nouveaux ou révisés qui permettront
en  matière  d’objectifs,  de  priorités  et  d’ententes
de concrétiser la notion d’une « approche fondée sur les
écosystèmes Č à l’égard de la qualité de l’eau, par l’intégra-
organisationnelles.
tion des responsabilités de régie de l’air, du sol et de l’eau à
tous les paliers de gouvernement pertinents.
105