modèle a été en mesure de reproduire la répartition des
des différences semblables ont été observées entre les deux
précipitations d’effet de lac dans l’ensemble du bassin des
modèles ailleurs en Amérique du Nord.
Grands Lacs (Bates et al, 2002).  Dans les plus importants
secteurs de la ceinture de neige, les précipitations ont été
Modèles régionaux du climat
sous-estimées dans les quatre résolutions de modèle, mais
les prédictions sont devenues plus précises à des résolutions
Les modèles régionaux du climat ont été conçus de façon à
plus précises (Bates et al, 2002). On s’attend à ce que les
tenir compte du relief régional dans les modèles de circula-
changements climatiques n’entraînent à peu près pas de
tion générale. En réduisant l’étendue visée par les mailles de
changement dans les ceintures de neige situées plus au nord,
grille pour qu’elle soit généralement de 50 km, par opposi-
4.3
mais qu’une baisse d’environ 50 p. 100 de la quantité de
tion à 300 km dans les modèles de circulation générale, le
neige d’effet de lac soit observée dans les ceintures situées
modèle régional du climat est mieux en mesure de prédire
plus au sud  (Kunkel et al, 2002).
les changements climatiques en région (Hadley Centre,
2001). Autrefois appelés modèles pour zone restreinte, les
Le Hadley Centre, au Royaume Uni, a conçu un modèle
modèles régionaux du climat sont beaucoup plus efficaces
régional du climat, soit le modèle PRECIS (Providing
pour simuler les processus de convection, qui surviennent
Regional Climates for Impact Studies),  qui est maintenant
normalement sur une distance de quelques kilomètres. La
offert gratuitement aux pays en développement. Ce modèle
convection étant le phénomène entraînant la plupart des
régional du climat a l’avantage de pouvoir être exploité à
précipitations et des violentes tempêtes, ces modèles à
partir d’un ordinateur personnel relativement peu perfec-
échelle réduite devraient prédire de façon plus précise les
tionné, contrairement aux modèles de circulation générale,
précipitations estivales, ce que les modèles de circulation
qui doivent être exploités à partir de superordinateurs
générale font très mal.
(Hadley Centre, 2001). Il faut de quatre à six mois pour faire
une simulation sur 30 ans.  Des simulations effectuées au
Royaume Uni, en Afrique du Sud et au Japon ont démontré
Les modèles régionaux du climat font partie intégrante d’un
que le modèle était plus efficace pour déterminer les
modèle de circulation générale. Les prédictions de certaines
moyennes des précipitations antérieures, ce qui permet de
conditions climatiques faites par le modèle de circulation
croire en la réussite future de ce modèle (Hadley Centre,
générale proviennent des données recueillies pour le
2001).
modèle régional du climat. Les problèmes liés à cette
méthode sont flagrants : les erreurs de calcul ou les erreurs
Il est important de souligner que les modèles régionaux du
de prédictions dans le modèle de circulation générale sont
climat peuvent être combinés à d’autres modèles pour
amplifiées dans le modèle régional du climat. Cependant,
prédire des changements climatiques autres que la tempéra-
ces problèmes sont ignorés, puisque l’objet est de simuler
ture et les précipitations. Le modèle PRECIS a été conçu pour
les phénomènes climatiques influencés par des éléments du
fonctionner en combinaison avec d’autres modèles pour
relief régional, comme les Grands Lacs.
prédire les ondes de tempête (Hadley Centre, 2002b).
L’utilisation d’un modèle régional du climat permet de
Les résultats des simulations du modèle canadien régional
déterminer avec plus de précision la fréquence et l’intensité
du climat ne sont pas disponibles pour le moment. Cepen-
des ondes de tempête à venir. La conception d’un modèle
dant, des essais initiaux effectués à l’aide d’un autre modèle
hydrologique d’eau souterraine à l’aide des données
régional ont donné des résultats fiables. Les observations
provenant du modèle régional du climat pour le bassin des
pour des périodes de 10 jours et de 24 mois correspondaient
Grands Lacs pourrait permettre de déterminer si la quantité
aux résultats obtenus séparément sur la base des données
d’eau souterraine augmentera ou diminuera selon les
provenant de rapports météorologiques recueillis. En
changements climatiques.
utilisant un modèle régional du climat plutôt qu’un modèle
de circulation générale, les changements relatifs à la
Analogues historiques
température de surface des lacs et à la couche de glace
étaient assez bien reproduits. Les interrelations importantes
Les analogues historiques, c’est-à-dire des observations sur
entre le sol, les lacs et l’atmosphère ont été simulées à une
les variations climatiques observées dans le passé, sont de
plus petite échelle, ce qui a permis au modèle de prédire un
bons indicateurs des changements climatiques qui pour-
climat semblable aux conditions observées (Goyette et al.,
raient survenir dans l’avenir. En examinant les renseigne-
2000).
ments climatiques recueillis dans le passé, il est possible
d’évaluer la variabilité du climat et de déterminer quand une
Les essais ont démontré que les modèles régionaux du climat
condition extrême dépasse les limites de la variabilité
étaient particulièrement efficaces pour simuler l’interaction
naturelle. Pour utiliser les analogues historiques, il faut
entre les lacs, le sol et l’atmosphère, de façon à prédire les
choisir, dans le dossier historique, des années qui ont été
précipitations d’effet de lac. Puisque les chutes de neige
plus chaudes que la moyenne et déterminer si l’augmenta-
d’effet de lac représentent environ 30 à 50 p. 100 de toutes
tion de la température moyenne a eu un effet sur les
les chutes de neige dans la région des Grands Lacs (Goyette
précipitations, la sécheresse et la croissance des cultures. Les
et al., 2000), il est très important que les modèles régionaux
analogues historiques représentent une façon fiable de
du climat puissent simuler cet élément. Au cours d’une
déterminer les conséquences des changements climatiques
période de simulation de 10 jours en décembre 1985, le
97