investir dans ce que Jane Jacobs a appelé « le remplacement
des importations Č (Jacobs 1961). Cela veut dire que les
Il existe un large consensus sur le fait que les impacts
municipalités devraient explorer la possibilité de produire
sur la qualité de l’eau en milieu urbain peuvent être
localement les biens et les services qui sont actuellement
importés de sources externes impliquant des réseaux routiers
réduits au moyen d’un aménagement soigneux des
et la pollution automobile. Le remplacement des importations
sites  pour  réduire  le  couvert  imperméable  et
peut constituer un moyen de créer une gamme de possibilités
d’emploi, associé à un aménagement économique, plus proche
augmenter la retenue des eaux.
des habitations et donc réduisant la circulation industrielle et
commerciale et les trajets quotidiens.
la forme et le contenu de ces dernières varient, celles-ci
Plusieurs orateurs ont mentionné qu’il serait souhaitable de
incluent des exigences comme les suivantes :
reconcevoir les codes d’aménagement à la lumière de program-
mes basés sur le consensus, comme Builders for the Bay du
objectifs de l’aménagement du territoire de l’État et
Maryland. L’aménagement basé sur le consensus est un outil
schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme de
important pour obtenir le soutien de ceux qui sont le plus
l’État, comme pour le couvert imperméable;
affectés par les modifications de l’aménagement, particulière-
développement simultané des capacités des infrastruc-
ment les entrepreneurs et les promoteurs immobiliers; il a, de
tures et des nouveaux aménagements;
plus, l’avantage de créer un mécanisme d’éducation pour un
cohérence entre les plans locaux, régionaux et de l’État,
large public.
ainsi qu’avec les objectifs et les règlements légaux de
l’État;
Options pour la prévention et la gestion des impacts sur
la densité des nouvelles expansions.
la qualité de l’eau en milieu urbain
L’exigence de cohérence donne aux schémas directeurs
Lawrence Libby et William Page ont examiné un certain
d’aménagement et à leurs règlements de mise en oeuvre,
nombre d’options permettant d’éviter et de gérer les impacts
comme le zonage, force de loi. Ainsi, cela met fin à la brèche
sur la qualité de l’eau provenant de zones urbaines et d’urbani-
de base que constituent les mesures institutionnelles qui
sation.
gouvernent la prise de décisions relatives à l’utilisation des
terres.
Gestion de l’étendue géographique et de
l’empreinte écologique de la croissance
Toutefois, Larry Bourne a souligné le fait que les mesures
urbaine
actuelles de l’étalement urbain mettaient l’accent sur
Les municipalités peuvent établir des limites distinctes à la
l’utilisation résidentielle des terres alors que l’utilisation non
croissance urbaine, surtout en dessinant une ligne sur une
résidentielle, comme l’utilisation commerciale et industrielle
carte à l’intérieur de laquelle l’aménagement urbain peut
n’était largement pas reconnue. En fait, l’utilisation non
s’effectuer et qui porte le nom de limites de croissance
résidentielle crée les impacts écologiques et
urbaine. Ces dernières sont habituellement examinées et
socioéconomiques les plus importants. D’un point de vue
révisées à peu près tous les 20 ans. Leur efficacité dépend de la
écologique, l’utilisation non résidentielle des terres con-
façon dont ces limites sont mises en oeuvre, du moment oť
somme de grandes quantités disproportionnées de territoi-
elles le sont et des personnes qui le font. Les limites du service
res pour la construction et les réseaux de transports pris sur
urbain, qui est un concept connexe, limitent géographique-
les zones naturelles. La majorité de ces aménagements
ment le réseau de distribution d’eau et d’égout. Couplées à
conduisent à un couvert imperméable et génèrent des
une exigence d’aménagement qui impose à tout nouvel
quantités disproportionnées d’émissions provenant des
aménagement d’être desservi par des services centralisés, les
véhicules de grande dimension et de l’écoulement des eaux
limites du service urbain peuvent de facto limiter l’étendue de
pluviales. D’un point de vue socioéconomique, la dispersion
la croissance. Les limites de l’aménagement urbain peuvent
des utilisations non résidentielles augmente la séparation
être administrées par un organisme régional, comme le Metro
géographique entre les lieux de travail et d’habitation.
Portland (Oregon) ou le palier supérieur du gouvernement
Bourne a indiqué que c’était les utilisations commerciales et
municipal de Toronto, comme le Metro Toronto.
industrielles qui généraient le plus de circulation routière et
d’émissions de gaz d’échappement et consommaient le plus
Protection des terres agricoles
de terres aux périphéries urbaines. Les municipalités hésitent
Si la conversion de terres agricoles en aménagement urbain ou
souvent à limiter ce type d’aménagement parce que ceux-ci
suburbain constitue un problème, différentes politiques et
génèrent de l’emploi ainsi que des recette fiscales immédia-
différents outils peuvent servir à les protéger. Parmi ceux-ci, il y
tes et mesurables. Ces pressions dérivent en partie de
a les règlements de zonage agricole, les incitations foncières, le
l’augmentation de la globalisation de l’industrie et de
droit à la protection légale des fermes et la régionalisation de
l’aménagement à « mégaéchelle Č dans de nombreux
l’agriculture. L’achat de nouveaux droits d’aménagement,
secteurs industriels.
connu sous le nom d’achat de servitudes du patrimoine
agricole, et le transfert des droits d’aménagement attirent de
John Sewell a mentionné que les municipalités devraient
plus en plus l’attention parce qu’ils préservent la propriété
82