2.3
CONSULTATIONS À L’ÉGARD DU PLAN D’ACTIONS CORRECTRICES DU PORT DE HAMILTON
Le plan d’actions correctrices a porté fruit grâce à l’engage-
2.3.1
Contexte
2.2
ment des responsables à l’échelle locale, qui ont su développer
L
e
les compétences communautaires et favoriser la reconnais-
e CQEGL a tenu sa 146  réunion à Hamilton (Ontario)
2.3
sance des problèmes environnementaux et leur résolution. Le
les 26 et 27 juin 2002. Le Conseil a profité de l’occasion
Bay Area Restoration Council et la Bay Area Implementation
pour consulter le personnel impliqué dans le plan d’actions
Team ont offert des moyens efficaces de faire appel à l’engage-
correctrices pour le port de Hamilton. L’objectif du CQEGL était de
ment, au leadership et au sens des responsabilités des interve-
connaître les moyens employés pour arriver aux résultats obtenus,
nants locaux en vue de planifier et de mettre en oeuvre des
en apprendre davantage sur les questions clés du jour et détermi-
programmes et des mesures visant à restaurer et à protéger le
ner comment il pourrait contribuer à la restauration et à la
port de Hamilton. Le Bay Area Restoration Council est le
protection du port de Hamilton.
groupe communautaire chargé de promouvoir le plan d’ac-
tions correctrices, et la Bay Area Implementation Team est
Outre une tournée du port offerte par l’autorité portuaire de
formée de personnes chargées de la mise en application du
Hamilton, le CQEGL a eu droit à quatre présentations instructives
plan d’actions correctrices, en collaboration avec le coordonna-
et a obtenu de la documentation connexe :
teur du plan
RAP State of the Harbour Update (le point sur le plan
d’actions correctrices pour le port de Hamilton).  John Hall,
En outre, la participation des intervenants locaux a contribué à
Environnement Canada, coordonnateur du plan d’actions
maintenir les efforts et l’engagement de la collectivité à l’égard
correctrices.
du plan d’actions correctrices.
Randle Reef Remediation Project (projet de restauration du
récif Randle).  John Shaw, Environnement Canada.
La collectivité contribue actuellement à la mise à jour du
Hamilton Wastewater Treatment Plant Upgrades
rapport de deuxième étape du plan d’actions corectrices de
(modernisation de l’usine de traitement des eaux usées de
1992 ainsi qu’à la modification des objectifs de retrait de la
Hamilton).  Lou di Gironimo, ville de Hamilton.
liste, de façon à établir des objectifs encore plus ambitieux.
Report Card 2002 and Comments (compte rendu 2002 et
commentaires).  Marilyn Baxter, Bay Area Restoration
La modernisation des installations de traitement des eaux usées
Council.
est essentielle à la restauration du port. Les installations sont
administrées par la ville de Hamilton et la région de Halton.
Les membres du CQEGL ont également eu l’occasion de participer
Ces municipalités participent activement au processus du plan
à des discussions informelles et candides.
d’actions correctrices et, en vue de répondre aux objectifs
établis dans le plan d’actions correctrices, elles se sont enga-
gées à améliorer le rendement de leurs usines pour qu’il soit
2.3.2
Constatations du Conseil de la qualité de l’eau
supérieur aux normes provinciales.
des Grands Lacs
Grâce à son appui financier pour le poste de coordonnateur du
Le 8 aožt 2002, le CQEGL a soumis à la CMI les constatations et les
plan d’actions correctrices, le gouvernement fédéral a contri-
conseils décrits ci-après. Les réactions de la CMI à l’égard des
bué au succès du plan.
conseils formulés sont également résumées dans le présent
document.
Bien que d’importants progrès aient été réalisés jusqu’à
maintenant, il reste encore beaucoup à faire. Il faut pouvoir
Voici les principaux points découlant des consultations.
compter sur l’appui continu des gouvernements fédéral et
provincial, notamment par l’apport de conseils scientifiques et
D’importants progrès ont été réalisés à l’égard de la restauration
techniques, pour que la mise en oeuvre du plan d’actions
du port de Hamilton et de son bassin hydrographique. Voici
correctrices puisse continuer à progresser et pour veiller à
quelques exemples de ce qui a été accompli depuis 1990 :
l’atteinte des objectifs du plan d’actions correctrices d’ici 2015.
l’accès au rivage du port par le public est passé de 5 à 21 p.
100;
Les gouvernements fédéral et provincial doivent défrayer les
un nouvel habitat a été établi sur 340 hectares, et 170 hectares
cožts liés à la modernisation et à l’agrandissement des installa-
de flore aquatique sont revenus dans le port.
tions de traitement des eaux usées et d’assainissement des
sédiments. Voici un aperçu des fonds nécessaires :
De plus, grâce à l’amélioration de la qualité de l’eau, la population
il faudra environ 478 millions de dollars au cours des 10 à
peut nager dans le port pour la première fois en
12 prochaines années pour moderniser les usines de
50 ans.
65