1.7
LE PROJET METAALICUS, UNE ÉTUDE EXPÉRIMENTALE DU BILAN MASSIQUE DU MERCURE
D
L’information ainsi recueillie devrait permettre de répondre
epuis qu’il est engagé dans la modélisation du
1.7
à plusieurs interrogations fondamentales, entre autres :
transport et du dépôt de mercure par voie atmosphé
établir le rapport entre la quantité de mercure déposée et les
rique dans les Grands Lacs, le Conseil consultatif
quantités de méthylmercure mesurées chez le poisson;
international sur la qualité de l’air (CCIQA) a reconnu à
mesurer la vitesse à laquelle la teneur en mercure des
maintes reprises la nécessité d’utiliser un modèle global
poissons baisserait à la suite d’une réduction des dépôts;
pour suivre le devenir du mercure depuis son dépôt dans un
déterminer les effets de divers facteurs environnementaux
plan d’eau jusqu’à son introduction dans différents biotes de
sur l’ampleur et le moment de la baisse de la teneur en
la colonne d’eau. Le projet METAALICUS, qui se déroule
mercure. Ces questions prennent une part essentielle dans
dans la région des lacs expérimentaux du nord-ouest de
l’élaboration des stratégies de réglementation des secteurs
l’Ontario (figure 23), a pour objet le suivi du mercure entre
d’activité qui sont sources de mercure, dont celui de la
le moment oť celui-ci se dépose en milieu terrestre, dans
production d’électricité.
des milieux humides ou dans des zones d’eau libre jusqu’au
moment oť il s’introduit dans des poissons.
L’expérience, qui entre dans sa troisième année complète, a
permis de produire des masses de données, dont la diffusion
Plus d’une cinquantaine de chercheurs du Canada et des
dans la littérature scientifique est en cours, des articles ayant
États-Unis et de scientifiques de Suède, soutenus par des
déjà été publiés. L’intégration et l’interprétation des données
pouvoirs publics, des universités et le secteur privé, se
forment un processus continu, et la publication de plusieurs
servent de différentes méthodes pour simuler le dépôt
synthèses est prévue. Qui plus est, par sa nature même, la
d’infimes quantités de différents isotopes de mercure non
région des lacs expérimentaux se prête à un suivi sur une
réactifs stables dans des segments distincts d’un lac de tête.
longue période, idéalement pendant plusieurs années après
Ce petit lac (8,3 ha) est bordé par un milieu humide de 1,9
2003, du devenir des isotopes de mercure introduits.
ha et fait partie d’un bassin hydrographique de 42 ha; il se
distingue par un temps de rétention hydraulique de trois
Des observations préliminaires ont déjà été faites. Le
ans. On a également créé de petites sous-zones circonscrites
mercure introduit dans le lac a été repéré dans le zooplanc-
dans le lac pour l’exécution de travaux particuliers.
ton en moins de quatre semaines, et sous la forme de
mercure total et de méthylmercure dans les sédiments. La
À l’heure actuelle, on mesure dans le lac un flux de dépôt de
2
présence de mercure était apparente chez les poissons dès la
mercure relativement faible, de 6 µg/m  an. L’introduction,
fin de juillet la première année. Jusqu’à 14 % du
dans le cadre d’une expérience, de 25 g (une demi-cuiller à
méthylmercure dosé chez les poissons se présentait sous la
thé) de divers isotopes de mercure sur trois ans fera augmen-
forme d’isotopes, le reste étant à l’état naturel. Selon les
ter le dépôt, par un facteur de quatre à cinq, à un flux
résultats préliminaires, aucun des isotopes introduits en
comparable à celui mesuré dans certaines régions de la
milieu terrestre et dans les milieux humides n’a été repéré
Floride et du nord-est des États-Unis.
dans le lac.
Après des travaux préliminaires menés en 1999-2000, les
D’après les estimations, de 20 à 30 % du mercure appliqué
expériences véritables ont commencé à l’été 2001; elles se
directement se sont libérés ou volatilisés du lac vers l’atmos-
poursuivront jusqu’à la fin de 2003.
phère.
Les auteurs de l’expérience emploient différentes méthodes
Le groupe de recherche, qui a son propre site Web, se réunit
pour introduire des quantités distinctes de différents
en mars chaque année pour faire le point sur l’avancement
isotopes de mercure dans la partie terrestre, les milieux
des travaux et planifier les activités de la saison suivante.
humides et les eaux libres du bassin : pulvérisation de
Après 2003, il n’y aura plus d’introduction de mercure avec
mélanges d’eau du lac à partir d’aéronefs et au sol et
indicateurs isotopiques, mais on continuera de suivre le
dispersion dans l’eau du lac à partir d’une petite embarca-
mouvement du mercure dans les diverses composantes de
tion. Après les applications, on soumet les trois secteurs à
l’écosystème, dont les poissons.
des échantillonnages et à des analyses continus par des
méthodes permettant de distinguer les différents isotopes.
Le CCIQA compte poursuivre son interaction avec les
Comme l’indique la figure 24, on peut suivre le déplacement
membres de l’équipe de recherche du projet METAALICUS et
du mercure dans l’ensemble de l’écosystème jusqu’à son
utiliser les résultats de l’étude dans son travail d’examen de
introduction dans les poissons et de déterminer le milieu de
la question du mercure.
transfert (partie terrestre, milieu humide, eau de surface) du
mercure introduit initialement.
39