1.6
APPLICATION DU MODéLE NOAA-HYSPLIT AU TRANSPORT ET AU DÉPďT DU MERCURE
DANS LES GRANDS LACS
(PCDF) en provenance de partout au Canada et aux États-
1.6.1
Introduction
1.5
Unis (1997-1999 Priorités et progrès accomplis dans le cadre
L
de l’Accord sur la qualité de l’eau dans les Grands Lacs,
a contamination par le mercure est de plus en plus
1.6
1999).
reconnue comme une question environnementale
névralgique dans de nombreuses régions du monde, et
Outre la dioxine, le modèle NOAA-HYSPLIT a été abondam-
le bassin des Grands Lacs ne fait pas exception. En plus de
ment évalué dans des simulations du transport et du dépôt
susciter d’importantes questions de santé publique, qui sont
d’une diversité de composés et de contaminants, et on a
traitées ailleurs dans le présent document, cette contamina-
démontré qu’il pouvait produire des sorties et des estima-
tion a également des répercussions économiques de fond. La
tions qui se comparaient favorablement avec les mesures
présence de substances toxiques persistantes chez les
dans le milieu ambiant et d’autres données semblables
poissons d’eau douce et de mer s’est traduite par l’interdic-
(Cohen et al., 1997; Draxler et Hess, 1998; Draxler, 1991,
tion de consommer diverses espèces. Comme le montre la
2000; Stein et al., 2000; Rolph et al., 1992, 1993; McQueen et
figure 3, le nombre accru d’avis concernant des plans d’eau
Draxler, 1994, Draxler et al., 1994). L’analyse par modélisa-
particuliers est attribuable à l’augmentation des concentra-
tion de la dioxine a également donné des résultats compati-
tions de mercure. À mesure qu’on limite la consommation
bles avec les mesures dans le milieu ambiant (Cohen et al.,
de nombreuses espèces d’eau douce et de mer qui remplis-
2002). L’un des principaux avantages de cette méthode est
sent un rôle important sur le plan économique et récréatif,
qu’elle permet d’obtenir, lorsque les données complémentai-
l’impact économique de telles restrictions se fait de plus en
res adéquates sont disponibles, particulièrement des
plus sentir.
inventaires des émissions de bonne qualité, des relations
source-récepteur exceptionnellement détaillées.
Les dépôts atmosphériques sont une voie d’entrée impor-
tante du mercure et, dans bien des cas, la principale voie
Lorsqu’on envisage d’utiliser le modèle de transport atmos-
d’entrée dans de nombreux écosystèmes. Les données
phérique NOAA-HYSPLIT afin de déterminer les sources
disponibles semblent indiquer que cela est effectivement le
importantes de dépôt de mercure dans le bassin des Grands
cas dans les Grands Lacs. Le calcul du bilan massique pour le
Lacs, il faut tenir compte de plusieurs questions liées à la
lac Michigan (Mason et Sullivan, 1997) et le lac Supérieur
nature même du mercure.
(Dolan et al., 1993) indique que les dépôts atmosphériques
constituent environ 75 % de la charge globale de mercure
Nature du contaminant
dans ces lacs.
Nombre d’espèces mercurielles ont une incidence
Fort de son expérience de la modélisation des sources et de
environnementale. On sait toutefois relativement peu de
l’apport de dioxine dans le bassin des Grands Lacs, le CCIQA
chose sur la différenciation de ces espèces dans l’atmosphère.
a convenu que sa contribution au titre des priorités bienna-
En règle générale, les scientifiques classent néanmoins le
les de la CMI (2001-2003) relatives aux Grands Lacs consiste-
mercure atmosphérique en trois grandes catégories
rait à tenter de modéliser le transport du mercure provenant
(Schroeder et Munthe, 1998); le tableau 3 présente quelques
de sources continentales et les dépôts atmosphériques dans
renseignement sur le comportement du mercure de ces trois
le bassin.
classes dans l’atmosphère.
Justification
Mercure élémentaire Hg0
Plusieurs travaux de modélisation liés au mercure ont été
effectués en Amérique du Nord (Bullock et al., 1998; Bullock
et Brehme, 2002; Dvonch et al., 1998; Lin et al., 2001; Pai et
Le mercure élémentaire est simplement du mercure sous
al., 1997; Seigneur et al., 2001; Shannon et Voldner, 1995;
forme atomique. En raison de sa solubilité limitée, comme le
Xu et al., 2000a, b, c), mais aucun ne présente de relations
montre la valeur de la constante de la loi de Henry, seules de
source-récepteur détaillées pour les Grands Lacs, comme le
petites quantités sont dissoutes en gouttes d’eau atmosphéri-
préconise l’annexe 15 de l’Accord relatif à la qualité de l’eau
ques et, étant donné sa volatilité relative, il est peu adsorbé à
dans les Grands Lacs. Au cours du cycle des priorités
la surface des particules d’aérosol. Dans l’atmosphère, on le
biennales 1997-1999 de la CMI, le CCIQA s’est concentré sur
trouve donc principalement en phase gazeuse et, à la plupart
l’application du modèle NOAA-HYSPLIT au transport et au
des endroits, surtout ceux situés à une certaine distance de
dépôt dans le bassin des Grands Lacs des polychlorodibenzo-
sources importantes d’émissions, la majorité du mercure
p-dioxines (PCDD) et des polychlorodibenzofurannes
atmosphérique (~ 95 %) se présente sous cette forme.
27