substances toxiques persistantes, il a déclaré qu’une
justesse des donnés de surveillance du milieu ambiant
en vue de la comparaison avec les analyses des modèles.
augmentation des émissions de mercure attribuable à la
déréglementation irait à l’encontre de l’engagement pris par
les gouvernements des États-Unis et du Canada dans
Le travail de M. Cohen a confirmé que les contaminants de
l’Accord relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs à
niveau 1 de la Stratégie binationale relative aux toxiques et
l’égard de la quasi-élimination de ces émissions. Le CCIQA
les polluants critiques seraient sujets au transport et au
allait davantage prendre en considération ces sources
dépôt atmosphériques. Mais la connaissance partielle des
propriétés physiques et chimiques des substances, la qualité
d’émissions dans ses travaux de modélisation du transport
du mercure, qui sont décrits plus loin dans le présent
et l’étendue peu connues ou inconnues des inventaires des
rapport.
émissions aux États-Unis et au Canada, le faible soutien
1.4
accordé aux tentatives de modélisation du transport et du
Dans le Huitième rapport biennal sur la qualité de l’eau
dépôt de celles-ci et l’absence de certains des polluants
dans les Grands Lacs (juin 1996), la CMI a également
critiques des programmes de surveillance de l’air ambiant
limitaient gravement le nombre de contaminants dont le
constaté qu’étant donné les progrès accomplis dans la
réduction des apports de substances toxiques persistantes
transport et le dépôt pouvaient être modélisés avec succès.
des effluents dans le bassin des Grands Lacs, la voie atmos-
M. Cohen a déterminé que la modélisation n’était possible
phérique devenait plus importante. Cette observation
que pour trois des contaminants de niveau 1 de la Stratégie
s’inspirait des données sur les émissions de l’inventaire
binationale relative aux toxiques — la dioxine, le cadmium et
américain des rejets de substances toxiques et de l’Inventaire
le mercure.
national des rejets de polluants du Canada. La CMI a
également élargi son champ d’intérêt pour qu’il inclue « la
Le CCIQA a par la suite retenu les services de M. Cohen pour
majeure partie de l’Amérique du Nord , et parfois la Terre
qu’il affine davantage son application du modèle NOAA-
entière Č.
HYSPLIT par rapport au transport et au dépôt atmosphéri-
ques de dioxine dans le bassin des Grands Lacs. Les résultats
de ces travaux peuvent être trouvés dans 1997-1999 Priorités
et progrès accomplis dans le cadre de l’Accord sur la
1.4.4
Le modèle HYSPLIT de Mark Cohen
qualité de l’eau dans les Grands Lacs de la CMI et sont
En mars 1995, le Groupe de travail sur la mise en oeuvre par
décrits davantage dans le rapport 1999-2001 Priorités et
les Parties du Conseil consultatif scientifique des Grands Lacs
progrès accomplis dans le cadre de l’Accord sur la qualité
a été parmi les premiers intervenants à consulter un rapport
de l’eau dans les Grands Lacs. Les sorties de modèle ont
de Commoner et Cohen intitulé Quantitative Estimation of
montré que la dioxine aéroportée de sources lointaines
représente une part importante de la charge totale des lacs,
the Entry of Dioxins, Furans and Hexachlorobenzene into
the Great Lakes from Airborne and Waterborne Sources
particulièrement le lac Supérieur, et a permis de définir les
(Cohen et al., 1996). Réaction directe à l’un des éléments de
secteurs sources les plus importants. La figure 1 est une des
l’annexe 15, ce rapport représentait une première tentative
nombreuses représentations de l’apport des sources locales
de modélisation du dépôt atmosphérique de dioxine et des
et lointaines de dioxine en ce qui concerne les dépôts
composés apparentés dans les lacs en provenance de
atmosphériques dans le lac Supérieur. Pour obtenir beau-
coup plus de précisions sur ce processus de modélisation,
différentes sources et catégories de sources partout aux
États-Unis et au Canada.
on peut consulter le rapport de 1997-1999 et un article
récent (Cohen et al., 2002).
Au cours de la même année, la CMI a également invité le
CCIQA à travailler directement avec les conseils créés au titre
Dans son Dixième rapport biennal sur la qualité de l’eau
de l’Accord (Conseil de la qualité de l’eau des Grands Lacs,
dans les Grands Lacs (juillet 2000), la CMI recommandait de
repérer les autres sources (tant à l’extérieur qu’à l’intérieur
Conseil consultatif scientifique des Grands Lacs et Conseil
des gestionnaires de la recherche des Grands Lacs) à
du bassin) de dépôts atmosphériques de substances toxiques
l’établissement et à la mise à exécution des priorités bienna-
persistantes dans les Grands Lacs. Elle préconisait également
les de la CMI concernant les Grands Lacs.
d’ajouter la dioxine et le mercure à l’ensemble des
contaminants étudiés aux sites de surveillance du Réseau de
Dans les mois qui ont suivi, à titre de priorité, le CCIQA a
mesure des dépôts atmosphériques dans le bassin des
Grands Lacs.
demandé à M. Cohen de rendre compte de la pertinence des
données, de l’information et des programmes disponibles
dans les quatre domaines suivants qui sont essentiels pour
une modélisation réussie du transport et du dépôt atmos-
1.4.5
Le CCIQA et le rapport 1999-2001 Priorités et
phériques :
progrès accomplis dans le cadre de l’Accord
propriétés physiques et chimiques des contaminants de
sur la qualité de l’eau dans les Grands Lacs
niveau 1 visés par la Stratégie binationale relative aux
toxiques (polluants critiques);
La partie du CCIQA dans le rapport 1999-2001 Priorités et
inventaires des émissions de ces contaminants;
progrès accomplis dans le cadre de l’Accord sur la qualité
disponibilité de modèles pouvant évaluer le transport et
de l’eau dans les Grands Lacs précisait davantage l’estima-
le dépôt atmosphériques;
tion de l’impact des sources lointaines de dioxine sur les
23