8.2
L’IMPACT DE LA POLLUTION MICROBIENNE ET DES POLLUANTS CHIMIQUES NON
CONTRďLÉS DANS LE BASSIN DES GRANDS LACS
Que la CMI recommande aux Parties d’effectuer les types de recherches et de contrôles suivants :
-
détermination de la prévalence des agents microbiens pathogènes entériques spécifiques et des toxines
microbiennes comme les toxines des cyanobactéries dans les Grands Lacs ;
-
identification des sources d’agents pathogènes microbiens contaminant les eaux destinées à la consom-
mation humaine ou à la récréation, telles les eaux de ballast des navires, les effluents des usines de
traitement des eaux, les eaux de ruissellements pluviales ou agricoles, les eaux grises et noires des
navires et les fosses septiques ;
-
développement de tests et de procédures d’échange d’information pour faciliter l’identification
d’agents pathogènes dans les échantillons environnementaux et harmonisation de ces données afin de
les comparer à celles des rapports de flambées épidémiques ;
-
étude de l’écologie environnementale des agents pathogènes dans les réseaux aquatiques pour identi-
fier des façons d’affecter leur distribution et leur cycle vital avant qu’ils ne puissent entraîner de
pathologies chez l’humain ;
-
détermination du rôle de l’exposition à l’eau dans un contexte récréatif et professionnel par rapport au
développement de maladies gastro-intestinales, et identification des facteurs de risque ;
-
mise au point de priorités et de stratégies correctrices telles que la vidange appropriée des eaux de
ballast ou des eaux grises ou noires à partir de l’identification des facteurs de risque ;
-
détermination de la prévalence et de la rémanence de ces agents pathogènes, avant ou après des
phénomènes climatiques extrêmes, et comme résultante des changements climatiques à long terme,
par exemple, la baisse de niveau des lacs ou une augmentation de la température.
Que la CMI recommande aux parties de faire effectuer les types de recherche et de contrôle suivants :
-
vérification de la présence de ces produits chimiques dans les eaux usées et les effluents des usines de
traitement des eaux ;
-
compilation des niveaux actuels de concentration de ces produits dans l’eau afin de les comparer à des
valeurs étalonnées ou à des seuils de toxicité, et détermination de ces seuils s’ils ne sont pas encore
connus ;
-
recherche et détermination de l’existence d’indicateurs biotiques des effets ou de la présence de ces
produits chimiques ;
-
réalisation d’analyses expérimentales sur la durée de la dégradation de ces produits chimiques dans des
conditions naturelles ;
-
étude des processus de traitement de l’eau potable et des eaux usées pour déterminer s’ils peuvent
être modifiés afin de réduire les quantités de ces produits chimiques qui s’y trouvent ou de les faire
disparaître.
8.3
INVENTAIRE DES RECHERCHES SUR LES GRANDS LACS ET LE SAINT-LAURENT
Que la CMI recommande aux parties d’encourager les organismes qui octroient des fonds pour la recher-
che sur les Grands Lacs à utiliser de façon routinière l’Inventaire des recherches des Grands Lacs et du
Saint-Laurent comme outil servant à identifier les lacunes dans les recherches actuelles sur les Grands Lacs
et à inciter les chercheurs et les gestionnaires de recherche à y participer.
8.4
COORDINATION DES ACTIVITÉS RELIÉES À L’USAGE DES NAVIRES SCIENTIFIQUES
Que la Commission mixte internationale continue son appui massif aux ateliers annuels de coordination
des navires scientifiques.
9