que les gouvernements soient informés de l’importance de l’engagement des pays, des États et de la
province pour tous les secteurs préoccupants du bassin des Grands Lacs;
qu’on donne au Groupe de travail sur  l’annexe 2 le mandat d’étudier et de donner des conseils sur les
options et les solutions de rechange à l’égard de la gestion et du transfert des connaissances et de l’informa-
tion.
CONSEIL CONSULTATIF SCIENTIFIQUE DES GRANDS LACS
Lors de l’élaboration des recommandations, il est apparu que le rôle consultatif du CCS en vertu de l’Accord sur
la qualité de l’eau des Grands Lacs était au coeur de chacune d’entre elles. En effet, la CMI et les parties ne
peuvent aller de l’avant sans une institution qui leur fournit des avis scientifiques sur lesquels elles pouront
baser leurs décisions.
À cette fin, le CCS reitère sa recommandation voulant que l’Accord sur la qualité de l’eau des Grands Lacs soit
entièrement révisé afin que les accomplissements passés soient protégés tout en reconnaissant les nouveaux
enjeux, les besoins croissants des écosystèmes ainsi que les percées scientifiques depuis la dernière révision de
l’Accord il y a 16 ans.
Le CCSGL présente les recommandations suivantes à la CMI :
1.3
CONSULTATION RELATIVE AUX EFFETS DU MERCURE SUR LA SANTÉ, 27 FÉVRIER 2002
Il est recommandé que les Parties fassent appel à des techniques de modélisation et de suivi puissantes et à
grande échelle pour estimer la contribution du mercure provenant de sources précises émis dans
l’atmosphère et ultérieurement transporté puis déposé dans les Grands Lacs. Il faut recueillir de
l’information plus détaillée sur les émissions de mercure, y compris les différentes formes de mercure, pour
affiner les estimations et mieux cibler les activités de réduction des concentrations dans les Grands Lacs.
Il est recommandé que les Parties réduisent davantage les émissions de mercure, dont celles résultant de la
combustion du charbon, étant donné que la teneur en mercure du poisson est encore supérieure au seuil
des concentrations dangereuses pour la santé humaine et animale et parce que plus de 2 000 avis sur la
consommation de poisson par rapport au mercure ont été diffusés aux États-Unis et en Ontario.
Il est recommandé que les Parties mènent des études épidémiologiques prospectives et rétrospectives
auprès des grands consommateurs de poisson et de leurs nourrissons dans les secteurs préoccupants et
d’autres régions du bassin des Grands Lacs, afin de mieux comprendre les effets potentiels sur la neurologie
associés au mercure et à des contaminants qui lui sont associés, comme les BPC.
Il est recommandé que les Parties entreprennent des études des sédiments et des sols des rives dans les
secteurs préoccupants oť la teneur en mercure des poissons est élevée et oť il existe ou existait des
sources industrielles de mercure.
3.2
RÉUNION D’EXPERTS SUR L’IMPACT DE L’AMÉNAGEMENT URBAIN
ET DE L’URBANISATION SUR LA QUALITÉ DE L’EAU DES GRANDS LACS
Il recommande que les parties entreprennent une enquête et des efforts de recherches binationaux majeurs
sur les effets de l’aménagement urbain et de l’urbanisation sur la qualité de l’eau des Grands Lacs et mettent
au point une réponse complète pour pallier à ces effets.
7