Commission mixte internationale (CMI)
Plus d’un siècle de coopération pour la protection des eaux communes

La CMI recommande au Canada et aux États-Unis d’élaborer un plan binational pour tenir les microplastiques hors des Grands Lacs

2017/02/13

Devant l’accumulation de preuves démontrant que des quantités significatives de petits morceaux de plastique entrent dans les Grands Lacs, la Commission mixte internationale (CMI) a publié un rapport à l’intention des gouvernements du Canada et des États‑Unis qui recommande plusieurs mesures pour prévenir l’introduction de ces microplastiques (que l’on définit généralement comme des morceaux de plastique de 5 millimètres ou moins) dans les Grands Lacs. 

Lors d’un atelier de la CMI sur les microplastiques qui s’est tenu à Windsor les 26 et 27 avril 2016, 33 spécialistes du Canada et des États-Unis ont examiné les plus récents résultats scientifiques et stratégiques et ils ont formulé des ébauches de recommandations. À la suite d’une période de commentaires publics l’automne dernier, la CMI est parvenue aux conclusions et recommandations suivantes :

  • Le Canada et les États-Unis devraient élaborer un plan binational comportant des objectifs mesurables pour prévenir l’introduction des microplastiques dans les Grands Lacs, par une combinaison de politiques, d’instruments fondés sur le marché, d’éducation, de sensibilisation et de recherche. Comme les microplastiques n’ont pas fait l’objet de grandes études dans les systèmes d’eau douce, comme celui des Grands Lacs, les connaissances sur leurs sources, leur abondance et leur répartition sont grandement insuffisantes, et on ne connaît pas les effets de la consommation du poisson sur la vie aquatique et humaine. Le Canada et les États-Unis devraient collaborer à des travaux scientifiques, de recherche et de surveillance pour évaluer l’étendue des microplastiques dans les Grands Lacs. Ces données pourraient ensuite être utilisées dans les processus décisionnels pour évaluer leurs répercussions potentielles sur la santé écologique et humaine, déterminer les principales sources de ces plastiques et leur devenir, et trouver le meilleur moyen de réduire leur rejet.

  • Les États-Unis et le Canada devraient adopter des politiques visant à responsabiliser les producteurs de plastiques quant au cycle de vie et à soutenir les politiques étatiques, provinciales et locales visant à réduire la pollution par les plastiques. Cela devrait également comprendre des fonds pour effectuer la comparaison et l’analyse des programmes existants, pour en connaître l’efficacité, et pour faire la promotion des programmes qui fonctionnent bien.

  • Les États-Unis et le Canada devraient accorder des fonds aux programmes et organismes locaux qui font de la sensibilisation sur la réduction des plastiques et des microplastiques dans les Grands Lacs.

Comme plusieurs organisations et programmes peuvent contribuer à la réduction et à la prévention de l’introduction de microplastiques dans les Grands Lacs, la CMI recommande que les représentants fassent participer divers intervenants des deux pays pour que ces recommandations fassent effet. 

La CMI a été créée en vertu du Traité relatif aux eaux limitrophes de 1909 pour aider les États-Unis et le Canada à prévenir et à résoudre les différends relatifs à l’utilisation des eaux qu’ils partagent. Elle s’occupe notamment de rendre compte, sous le régime de l'Accord relatif à la qualité de l'eau dans les Grands Lacs que les deux pays ont conclu, des progrès réalisés en vue de rétablir et de conserver l’intégrité chimique, physique et biologique des eaux des Grands Lacs et des voies interlacustres. La CMI prépare actuellement sa première évaluation des progrès accomplis par les gouvernements dans le rétablissement et la protection des Grands Lacs en vertu de l’Accord de 2012. Les citoyens peuvent participer au processus d’évaluation jusqu’au 15 avril 2017; ils peuvent se renseigner à ce sujet à l’adresse participezcmi.org/.

Pour plus de renseignements sur les microplastiques dans les Grands Lacs, consulter le rapport complet.

Pour de plus amples renseignements : 

Sarah Lobrichon

Ottawa

613-992-5368

lobrichons@ottawa.ijc.org 

Frank Bevacqua

Washington

202-736-9024

bevacquaf@washington.ijc.org

Sally Cole-Misch

Windsor

519-257-6733

colemischs@windsor.ijc.org