Commission mixte internationale (CMI)
Plus d’un siècle de coopération pour la protection des eaux communes

L’ébauche de rapport produite par la CMI à des fins d’examen public contient une évaluation des progrès réalisés par les gouvernements dans la restauration et la protection des Grands Lacs

2017/01/18

Dans son ébauche de Rapport triennal d’évaluation des progrès (RTE) produit en vertu de l’Accord relatif à la qualité de l'eau dans les Grands Lacs de 2012, la Commission mixte internationale (CMI) félicite le Canada et les États-Unis de leur engagement binational exemplaire et des efforts qu’ils consacrent à l’atteinte de plusieurs objectifs de l’Accord. L’évaluation est fondée sur un rapport d'étape fourni en octobre dernier par les deux pays, le travail de la Commission et les avis des Conseils consultatifs des Grands Lacs de la CMI. L’ébauche du rapport est publiée aujourd’hui pour recueillir les commentaires du public au cours des trois prochains mois.

« À présent que la Commission mixte internationale a publié une ébauche de l’évaluation du rapport d’étape, elle souhaite vivement recevoir les commentaires des résidents des Grands Lacs », dit Rich Moy, le commissaire américain.

« C’est un moment clé dans l’histoire des Grands Lacs et de l’Accord et nous encourageons fortement tout le monde à fournir des commentaires et à participer aux assemblées publiques à venir », dit Gordon Walker, le président canadien. « Les commentaires du public sont essentiels à la réussite de l’Accord. »

Les commentaires sur l’ébauche du RTE de la CMI ainsi que sur le rapport d'étape des deux pays pourront être envoyés jusqu’au 15 avril 2017 par courriel à ParticipateIJC@ottawa.ijc.org et en ligne à ParticipezCMI.org. Des assemblées publiques seront également tenues aux emplacements suivants :

2 mars 2017 : Sault Ste. Marie (Ontario)
21 mars 2017 : Detroit (Michigan) 
22 mars 2017 : Sarnia (Ontario)
23 mars 2017 : Toledo (Ohio)*
28 mars 2017 : Buffalo (New York)
29 mars 2017 : St. Catharines (Ontario) 

Les détails sur chaque assemblée seront fournis sur le site Web de Participez CMI ainsi que dans les trois prochains numéros du bulletin mensuel de la CMI sur les Grands Lacs, Connexion Grands Lacs, et seront publiés sur le site Web de la CMI, Facebook et Twitter.

Voici certaines des conclusions de l’ébauche du rapport sur lesquelles la CMI souhaite recueillir les commentaires du public :

  • Les processus et les procédures ont été institutionnalisés pour respecter les engagements initiaux de l’Accord, comme l’élaboration d’un cadre pour restaurer les régions proches du rivage dans le cadre des plans d’aménagement panlacustres et la détermination des priorités en matière de science et d’action.
     
  • Un important investissement gouvernemental nouveau a accéléré le travail visant à restaurer les secteurs préoccupants contaminés et à élaborer des outils pour mesurer la santé de l’habitat et restaurer les terres humides qui sont essentielles à la santé des écosystèmes. Les terres humides côtières s'améliorent dans tout le bassin, ce qui profite aux espèces indigènes et réduit la quantité de polluants et d’éléments nutritifs qui pénètre dans les lacs.

  • Une première liste de huit produits chimiques sources de préoccupations mutuelles a été créée. Plusieurs autres doivent encore y être ajoutés et les dates limites de l’élaboration des stratégies de contrôle binationales pertinentes sont depuis longtemps dépassées. Les progrès réalisés dans la réduction de la pollution par les contaminants anciens tels que les BPC et les dioxines sont encourageants, mais des contaminants nouveaux tels que les PBDE sont tout aussi toxiques et de longue durée et nécessitent donc une attention immédiate.

  • La qualité de l'eau dans l'ouest et le centre du lac Érié est insatisfaisante et inacceptable. L'engagement à réduire les apports en éléments nutritifs de 40 pour cent est louable, mais des contrôles obligatoires sont essentiels pour assurer la réussite.

  • L'arrêt de l'introduction des espèces aquatiques envahissantes au moyen de contrôles de l'eau de ballast et de programmes de prévention a produit d'excellents résultats. Parallèlement, les espèces aquatiques et terrestres envahissantes existantes telles que Phragmites, le longicorne asiatique et l’alliaire officinale demeurent une menace pour l'ensemble de l'écosystème.

  • Les gouvernements ont fourni un résumé complet de la science disponible sur les impacts des changements climatiques dans le bassin des Grands Lacs. Sur la base de ces conclusions et des travaux du Conseil de la qualité de l'eau des Grands Lacs de la CMI, le Canada et les États-Unis peuvent faire preuve d’un leadership mondial en élaborant une approche binationale à l'adaptation et à la résistance aux changements climatiques des Grands Lacs.

« Le Canada et les États-Unis se sont engagés à aborder un plus vaste éventail de questions dans l'Accord de 2012, en ajoutant les espèces aquatiques envahissantes, l'habitat, l’eau souterraine et les changements climatiques aux priorités antérieures comme les polluants toxiques et les éléments nutritifs », a déclaré Benoit Bouchard, le commissaire canadien. « Au cours des quatre dernières années, ils ont réalisé des progrès importants dans plusieurs domaines. »

« Ce qui est peut-être le plus remarquable dans ces progrès, c'est qu'ils résultent de l'engagement ferme et du travail ambitieux de deux pays, de centaines de chercheurs scientifiques gouvernementaux et non gouvernementaux, du milieu universitaire, de nombreuses organisations non gouvernementales et de la CMI », a déclaré Lana Pollack, la présidente américaine. « C'est une réalisation binationale remarquable que tant de gens travaillent à l’atteinte d’objectifs communs. » 

Un ébauche de l’annexe technique (en anglais seulement) préparée par le personnel de la CMI sera publiée sur le site Web de la CMI d’ici le 31 janvier 2017 pour fournir des explications supplémentaires sur l’ébauche du RTE. 

La Commission mixte internationale est un organisme indépendant binational établi par les États-Unis et le Canada dans le cadre du Traité des eaux limitrophes de 1909. En vertu du Traité, les deux pays collaborent à la prévention et à la résolution des différends au sujet de l’utilisation et de la qualité des nombreux lacs et cours d’eau le long de la frontière partagée. L’Accord relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs donne à la CMI le rôle d’évaluer les progrès, de faire participer la population et de fournir des conseils scientifiques et stratégiques pour aider les deux pays à rétablir et à préserver l’intégrité chimique, physique et biologique des eaux des Grands Lacs.
 

Personnes-ressources

Frank Bevacqua

Washington

202-736-9024

bevacquaf@washington.ijc.org

Sarah Lobrichon

Ottawa

613-992-5368

lobrichons@ottawa.ijc.org

Sally Cole-Misch

Windsor

519-257-6733

colemischs@windsor.ijc.org


*La date de l'assemblée publique à Toledo (Ohio) a été changée du 21 mars 2017 au 23 mars 2017.