Commission mixte internationale (CMI)
Plus d’un siècle de coopération pour la protection des eaux communes
Abonnez-vous pour recevoir des notifications de nouveaux articles.
Abonnez-moi
Go Back

« Managing for Climate Change and Drought in Global Watersheds »

IJC admin | 2016/08/29

Par Paul W. Allen et Mark F. Colossimo, CMI

 


De nombreux pays se débattent pour maintenir un équilibre entre les besoins humains et environnementaux, alors que les pénuries en eau se multiplient. Les changements climatiques aggravent ce problème et entraînent des changements dans la législation et les politiques en matière de gestion de l’eau.

C’était là le thème du symposium international, dont le titre était « Coping with Water Scarcity in River Basins Worldwide: Lessons Learned from Shared Experiences », qui s’est tenu à l’université du Colorado à Boulder en juin dernier.

Afin de mieux relever le défi des changements climatiques, certains pays en sont à mettre en œuvre des activités destinées à encourager les citoyens locaux, les organismes des bassins versants et les communautés à s’impliquer plus à fond pour ce qui est des pratiques de gestion des bassins versants.

Ainsi, la Colombie-Britannique a récemment revu sa loi sur l’eau, la Water Sustainability Act, de manière à déléguer davantage de pouvoirs aux communautés locales et aux conseils locaux de bassins versants. De même, le gouvernement australien détermine les politiques concernant les bassins et les plans globaux, mais permet aux citoyens locaux de définir les détails concernant le plan et sa mise en œuvre. L’Espagne aussi inclut la participation des utilisateurs et du public dans les processus de gestion des bassins versants. Les participants au symposium ont appris comment l’Initiative internationale sur les bassins hydrographiques de la CMI fait appel à la mobilisation des groupes communautaires populaires pour prévenir et résoudre les différends relatifs aux bassins versants transfrontaliers que se partagent le Canada et les États-Unis.

La préservation de débits environnementaux nécessaires au maintien des écosystèmes aquatiques demeure un point essentiel de la politique de gestion de l’eau. En Espagne et en Colombie-Britannique, la législation et la réglementation quant aux débits environnementaux orientent le choix des utilisations de l’eau permises. Dans l’Ouest des États-Unis, la plupart des débits minimaux sont définis et quantifiés par chaque État dans le cadre de leurs obligations en vertu de leur mandat public ou de programmes sur les droits relatifs à l’eau.

Exemple d’irrigation d’un champ agricole. Photo : Delaware Cooperative Extension
Exemple d’irrigation d’un champ agricole. Photo :
Delaware Cooperative Extension

Dans certains pays qui ont connu des sécheresses graves récurrentes, des marchés de l’eau ou des banques d’eau font partie des efforts en vue de s’attaquer aux pénuries d’eau. Ces méthodes peuvent se révéler utiles pour réattribuer les ressources en eau entre plusieurs utilisateurs. L’Espagne est un des rares pays de la Communauté européenne à les avoir adoptées, après avoir connu des sécheresses graves récurrentes depuis. Le recours à des marchés de l’eau en Espagne est régi par une loi nationale sur l’eau; cette loi et la réglementation connexe qui limitent le commerce de l’eau aux titulaires actuelles et interdisent les transferts d’eau entre bassins ont aidé à faire accepter au public l’idée de vendre de l’eau comme un produit de consommation. Le Brésil a constitué des comités sur les bassins hydrographiques composés de représentants du gouvernement (34 % des membres), de représentants du secteur privé (40 %) et de simples citoyens (26 %), qui ont pour tâche de gérer et d’établir le prix de l’eau du bassin de la rivière Sao Francisco, touché par la sécheresse.

Une sécheresse grave a motivé le recours à une approche semblable pour le bassin Murray-Darling en Australie, où la loi sur l’eau (Water Act 2007) et le Murray Darling Basin Plan de 2012 ont fixé des limites de diversion durables pour les eaux de surface et les eaux souterraines, établi des règles sur le commerce de l’eau et défini une stratégie environnementale concernant l’eau. Dans la partie de la rivière Columbia qui se situe aux États-Unis, le Columbia Basin Water Transactions Program a permis certaines transactions commerciales de l’eau à une échelle restreinte. Dans le bassin du Rio Grande et dans celui du fleuve Colorado, des marchés de l’eau ont fourni aux communautés un mécanisme assurant une capacité d’adaptation, grâce auquel elles peuvent faire une utilisation plus efficace de l’eau tout en permettant la croissance économique et dans le secteur agricole.

Les répercussions des changements climatiques sur la gestion de l’eau ont donné lieu à de nombreux défis complexes. Lorsque surviennent des crises attribuables à une sécheresse, et aux endroits où la demande en eau dépasse l’approvisionnement, les décideurs et les législateurs peuvent avoir à regarder au-delà de leurs frontières et prendre en considération des approches novatrices utilisées ailleurs. S’ils se prêtent à cet exercice, il vaudrait la peine qu’ils examinent les précieux renseignements diffusés dans le cadre de ce symposium.

Paul W. Allen est le gestionnaire des Politiques, programmes et communications du bureau de la Section canadienne de la CMI, à Ottawa (Ontario).

Mark F. Colossimo est conseiller en ingénierie de la section américaine de la CMI à Washington, D.C.

0 Responses to « Managing for Climate Change and Drought in Global Watersheds »