Commission mixte internationale (CMI)
Plus d’un siècle de coopération pour la protection des eaux communes
Abonnez-vous pour recevoir des notifications de nouveaux articles.
Abonnez-moi
Go Back

L’initiative de restauration des Grands Lacs redessine les méandres

IJC admin | 2014/08/13

Cameron Davis
Conseiller principal auprès de l’administrateur
Agence des États-Unis pour la protection de l’environnement

 

« Il éprouvait de la répugnance à l’idée d’aller patauger dans l’eau profonde, de sentir l’eau lui monter sous les aisselles, pour accrocher de grosses truites dans des endroits où il était ensuite impossible de les amener à terre. » – Ernest Hemingway, La grande rivière au coeur double.

Il se peut qu’Hemingway parlât plutôt de la rivière Fox qui coule par Seney dans la péninsule supérieure du Michigan, mais qu’importe. Une opération qui a duré six ans est maintenant achevée – grâce aux fonds de l’initiative de restauration des Grands Lacs (Great Lakes Restoration Initiative) et d’autres sources. Il s’agissait de reconnecter un tronçon de 35 miles – environ 55 km – de la rivière Two Hearted, ou « rivière au cœur double ». La rivière constitue maintenant un des cours d’eau libres les plus longs du bassin des Grands Lacs.

La Two Hearted est la seule rivière sauvage classée au Michigan, ce qui ne veut pas dire que son bassin ne se soit pas fait saccager – surtout par les grandes coupes rases opérées il y a des dizaines d’années pour récolter le pin blanc. Plus récemment, des ouvrages de franchissement sur ponceau se sont effondrés, créant des embâcles et entraînant des flux de sédiments dans la rivière, dont le cours a été interrompu et dont les frayères se sont retrouvées étouffées sous le limon.

La rivière Two Hearted, qui sillonne le Michigan. Photo : archives de The Nature Conservancy.

La rivière Two Hearted, qui sillonne le Michigan. Photo : archives de The Nature Conservancy.

Bienvenue dans l’univers de ce que les biologistes spécialistes de la restauration appellent la « connectivité », notion qui renvoie au besoin des poissons de remonter les rivières sans encombre pour aller frayer sans s’enliser. Dans ce cas, les victimes ont été les espèces indigènes bien connues d’omble de fontaine, du ménomini rond et du grand brochet et d’autres dont la migration naturelle a été entravée.

Elle ne l’est plus. Un partenariat public-privé, dirigé par The Nature Conservancy (TNC), le ministère des Ressources naturelles du Michigan, le Superior Watershed Partnership, les autorités du comté de Luce, Trout Unlimited, des propriétaires fonciers (particuliers et entreprises), un ou deux townships et plusieurs clubs sportifs et petites entreprises, a été mis sur pied pour faire revivre la Two Hearted.

« La Two Hearted a été réparée », clame Patrick Doran, directeur de la conservation au bureau du Michigan de TNC, en ajoutant : « Nous avons rarement l’occasion de reconnecter tout un bassin versant. Grâce, en grande partie, à la Great Lakes Restoration Initiative et à nos nombreux partenaires publics et privés, la rivière s’écoule à nouveau librement, sans obstacle ».

Autre vue de la rivière. Photo : archives de The Nature Conservancy.

Autre vue de la rivière. Photo : archives de The Nature Conservancy.

Les travaux, qui ont coûté 990 000 $, ont permis de supprimer 100 % des obstacles – 27 passages routiers et sources de sédimentation – ou de les repenser de façon à rétablir l’écoulement naturel de la rivière. Selon Doran, quand la restauration aura produit tous ses effets, on estime qu’elle éliminera 626 tonnes par an des sédiments qui empêchent les poissons de frayer, soit l’équivalent du chargement de 22 camions à benne remplis de terre.

L’équipe a remplacé les ponceaux en tôle ondulée, qui avaient tendance à s’effondrer pour ensuite laisser passer une grande quantité de sédiments dans la rivière, par des ponceaux en béton préfabriqué. Dans un cas, elle a plutôt remplacé le vieux ponceau par un pont amovible. En déplaçant le pont à différents endroits selon les besoins, on réduit encore l’impact. Pourquoi aménager trois ponts permanents qui accumulent les sédiments quand un seul fait l’affaire? L’équipe a constaté que l’ouvrage pouvait réduire la sédimentation de 98 % par rapport aux ponceaux employés traditionnellement.

Aujourd’hui, le partenariat dynamique, les démarches innovantes et le financement ciblé appliqués à résoudre des problèmes écologiques réels font de la Two Hearted une excellente étude de cas. Le rétablissement de cette rivière d’importance nationale et culturelle aurait réjoui Hemingway comme son protagoniste, Nick Adams.

0 Responses to L’initiative de restauration des Grands Lacs redessine les méandres